: 6 min

Sur les traces des impressionnistes : les sites Safran du bord de Seine

Au XIXème siècle, la Seine a inspiré de nombreux peintres, notamment dans la deuxième moitié du siècle, alors que les rives du fleuve sont en transition entre nature et industrialisation croissante. Aujourd’hui, ces espaces ont bien souvent été transformés en centres urbains ou en zones industrielles : Safran dispose de plusieurs sites le long de ce « chemin des impressionnistes ». Prêts pour une promenade virtuelle ?

​Le Havre

L'année 1872 marque la naissance du courant impressionniste avec l'oeuvre « Impression, soleil levant » de Claude Monet. Inspirée d'une vue de l'ancien avant-port du Havre, ce  tableau est présenté à la première exposition de la Société anonyme des artistes peintres, sculpteurs et graveurs de 1874 à Paris. C'est le critique d'art Louis Leroy qui, cherchant à moquer le nom du tableau, intitula son article « L'exposition des impressionnistes » : le résultat sera fort éloigné de l'intention et donnera son nom à ce nouveau mouvement artistique qu'est l'impressionnisme.

C'est donc au Havre que prend racine ce courant révolutionnaire, dans la ville où Safran Nacelles dispose de son établissement principal. Avec plus de 1 600 collaborateurs, ce site héberge des bureaux d'études, ainsi que des activités de production des inverseurs de poussée des nacelles pour des programmes tels que le Falcon 5X, l'Airbus A320neo, l'Airbus A380 ou encore le Comac C919. C'est également là-bas que sont fabriquées les tuyères pour l'Airbus A380 et A330neo ainsi que pour le Boeing 777X.

Giverny

Souvent considéré comme « la capitale » de l'impressionnisme, le village de Giverny a accueilli la maison de Claude Monet. Ce dernier a beaucoup exploité les paysages alentour afin de réaliser ses toiles, et notamment à Vernon, ville siège de l'activité de propulsion électrique pour satellites de Safran. En effet, entre 1883 et 1894, Claude Monet a peint de nombreux tableaux représentant la collégiale de Vernon. Aujourd'hui, la ville accueille notamment un Musée dédié à l'impressionnisme, mais aussi deux sites Safran !

800px-claude_monet_038.jpg

 

 

Vue aérienne du site de Safran Aircraft Engines Vernon

En effet, les locaux de l'unité propulsion électrique (dite aussi plasmique) de Safran Aircraft Engines sont situés à Vernon : c'est là-bas que le Groupe développe, produit et teste les moteurs plasmiques destinés aux satellites. Le site de Vernon dispose notamment d'une salle blanche de 200 m2, d'un atelier de soutien, d'équipements de contrôle non-destructif, de magasins et de bancs d'essai. Ces moteurs équipent entre autres les propulseurs PPS®5000 et PPS®1350. Le PPS®5000 assurera la propulsion des plateformes « tout-électriques » des satellites de Thales Alenia Space France et d'Airbus Defense & Space. Le Groupe est pionnier de la propulsion électrique qui permet de réduire les coûts, ainsi que l'impact environnemental du lancement. C'est également à Vernon qu'est implanté un site ArianeGroup (co-entreprise 50/50 entre Safran et Airbus) dédié à la fabrication du lanceur européen Ariane.

 

Argenteuil

 

Le pont d'Argenteuil, 1874 - Claude Monet

 

La commune d'Argenteuil et ses bords de Seine, situés à quelques kilomètres seulement de Paris, ont eux aussi inspiré de nombreux peintres du mouvement impressionniste. Alfred Sisley, Edouard Manet, Gustave Caillebotte, Claude Monet… Tous y sont séjourné à plusieurs reprises et se sont imprégnés de ces paysages. Ainsi, Claude Monet y a vécu durant plusieurs années entre 1871 et 1877, et y recevait la visite de nombre de ses amis impressionnistes. Il y a peint certaines de ses plus célèbres toiles (« Coquelicots » – 1873, « Le pont d'Argenteuil » – 1874).

 

 

 

 

Argenteuil, 1875 - Edouard Manet

 

C'est aussi là-bas qu'Alfred Sisley a peint, en 1872, « La Seine près d'Argenteuil » qui met en scène des pêcheurs. Edouard Manet y a également réalisé en 1875 son célèbre tableau « Argenteuil » qui représente un canotier en compagnie d'une jeune femme avec, en arrière-plan, le village d'Argenteuil. Enfin, c'est dans ces lieux que Gustave Caillebotte a trouvé l'inspiration pour son « Bateau à l'ancre sur la Seine à Argenteuil » en 1888.

Si ces différentes toiles donnent une image rurale de cette commune, qui n'était encore qu'un bourg de campagne nouvellement relié à Paris par le train, elles montrent néanmoins les prémices de son industrialisation, ainsi que l'activité et le travail induits par la présence du fleuve… En effet, l'arrivée du chemin de fer va marquer le début d'un fort développement industriel. Argenteuil est aujourd'hui une ville de plus de 100 000 habitants qui accueille, entre autres, plusieurs sites Safran.

 

 

Safran Electrical & Power dispose ainsi à Argenteuil d'une équipe détachée sur un site de fabrication du Rafale de Dassault : cette équipe de 40 personnes travaille à l'installation du système électrique du fuselage du Rafale et à l'ajustage des pièces de structure sur le haut fuselage de l'avion. C'est également à Argenteuil qu'est situé le siège de Safran Martin Baker France, société commune 50/50 entre Safran et Martin-Baker. Depuis près de 60 ans, Safran Martin Baker conçoit, produit et commercialise des sièges éjectables à destination des avions de chasse de conception française. Fort d'un savoir-faire et d'une technologie uniques, ces sièges éjectables ont déjà sauvé la vie de plus de 700 personnes.

 

Gennevilliers

 

Vue aérienne du site de Gennevilliers

Le lien entre Safran et Gennevilliers est ancien et remonte au temps de Louis Seguin et de Gustave Caillebotte. En effet, à la mort de ce dernier, Louis Seguin se porte acquéreur du site qui était jusque-là exploité par Caillebotte pour son chantier de construction navale, ainsi que de sa maison, situés au Petit-Gennevilliers. En 1895, Louis Seguin décide d'y établir un atelier de fabrication de moteurs. C'est ainsi que le Petit-Gennevilliers, quartier champêtre et lieu de canotage favori des parisiens jusqu'à la fin du XIXème siècle, devient l'une des plus importantes zones industrielles du nord parisien.

 

 

Gennevilliers est donc une ville très importante dans l'histoire de Safran. Aujourd'hui encore y est implanté un site majeur pour l'activité propulsion aéronautique du Groupe: près de 1 500 personnes y travaillent. Au total, le site Safran Aircraft Engines de Gennevilliers s'étend sur 15 hectares et regroupe des activités de forge, fonderie et usinage de pièces.

 

La Plaine de Gennevilliers, 1888 - Gustave Caillebotte

Gennevilliers est également une ville clé pour les impressionnistes, tous y ont peint plusieurs toiles – voire certains de leurs chef-d'oeuvre. C'est notamment dans ce décor qu'Edouard Manet a réalisé en 1863 son célèbre « Déjeuner sur l'herbe » qui a inspiré la version impressionniste réalisée par Claude Monet en 1865. Gustave Caillebotte a quant à lui trouvé l'inspiration dans les paysages entourant Gennevilliers (« La Plaine de Gennevilliers », 1888), mais surtout dans le jardin de sa maison du Petit-Gennevilliers pour nombre de ses oeuvres. Véritable havre de paix grâce aux soins méticuleux de ce passionné d'horticulture, ce jardin lui a notamment inspiré « Les Roses, jardin du Petit Gennevilliers » (1886).

 

Une forte empreinte sur le territoire national

En remontant la Seine jusqu'au Havre, on peut encore croiser d'autres sites Safran sur le parcours des paysages qui ont inspiré les peintres du mouvement impressionniste (tel Camille Pissaro à Eragny par exemple, où se situe un site de Safran Electronics & Defense). En effet, Safran est largement présent en France où il compte plus de 36 500 collaborateurs et dispose de sites dans toutes les régions du territoire.

Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer