Safran démontre sa résilience au 1er semestre 2020 grâce à son excellence opérationnelle

Paris, le 30 juillet 2020

Covid-19

  • Les activités de Safran se sont bien tenues au 1er trimestre mais ont été fortement impactées au 2e trimestre
  • Réactions rapides et proactives pour adapter l'ensemble des coûts et préserver la liquidité du Groupe
  • Signature en France de l'accord de « Transformation d'Activité » du Groupe afin de faire face aux conséquences de la crise du Covid-19


Données ajustées

  • Chiffre d'affaires de 8 767 M€, en baisse de -27,6 % sur une base publiée et de -29,0 % sur une base organique
  • Résultat opérationnel courant de 947 M€, en recul de -49,7 % sur une base publiée et de -54,4 % sur une base organique
  • Marge opérationnelle impactée dans toutes les divisions. En conséquence, repli de la marge opérationnelle du Groupe à 10,8 % du chiffre d'affaires
  • La génération de cash-flow libre est de 901 M€
  • Nouveaux objectifs pour 2020 malgré les nombreuses incertitudes


Données consolidées

  • Le chiffre d'affaires consolidé s'établit à 8 902 M€
  • Le résultat opérationnel courant consolidé s'établit à 859 M€
  • Le résultat opérationnel consolidé s'élève à 715 M€
  • Le résultat net part du Groupe ressort à -340 M€
  • Le cash-flow libre est de 901 M€

 

Le Conseil d'administration de Safran (Euronext Paris : SAF), présidé par Ross McInnes, lors de sa réunion tenue à Paris le 29 juillet 2020, a arrêté et autorisé la publication des comptes consolidés de Safran et celle du compte de résultat ajusté pour le semestre clos le 30 juin 2020.

 

Préambule

  • Toutes les données chiffrées de ce communiqué de presse sont exprimées en données ajustées[1], sauf mention contraire. Les définitions des retraitements ainsi que la table de passage du compte de résultat consolidé au compte de résultat ajusté pour le 1er semestre 2020 sont disponibles dans ce communiqué. Les définitions sont disponibles dans les Notes en page 13 de ce communiqué.
     
  • Les variations organiques excluent les effets de périmètre et les effets de change pour la période.


Commentaire du Directeur Général

Philippe Petitcolin a déclaré :

« Comme nous l'avions indiqué à différentes reprises, nos activités ont été fortement affectées par cette crise au deuxième trimestre. Je souhaite remercier toutes nos équipes qui ont mis en place avec détermination et rapidité le plan d'adaptation décidé fin mars. Malgré les incertitudes entourant la seconde partie de l'année, nous visons une marge opérationnelle de 10 % en 2020 et un cash-flow libre à nouveau positif au second semestre. Ces objectifs supposent une reprise progressive du trafic aérien. »



Point sur l'impact du Covid-19 pour Safran


1  - Opérations industrielles

Le premier trimestre a été bon mais cette tendance s'est inversée en mars. Le deuxième trimestre a été affecté par une baisse similaire des activités de première monte et de services. Safran a réagi rapidement en adaptant les capacités aux besoins et en ajustant les livraisons suite à l'annonce par les avionneurs d'importantes baisses des cadences.

  • Propulsion :
    • fort recul du chiffre d'affaires en première monte et des ventes de pièces de rechange pour les avions court et moyen-courriers ;
    • baisse limitée des ventes de turbines d'hélicoptères, dans un contexte de marché moins affecté par la crise sanitaire et un effet prix favorable ;
    • activités militaires en ligne avec les prévisions antérieures à la crise du Covid-19.
  • Équipements aéronautiques, Défense et Aerosystems :
    • baisse des activités de première monte et des services pour l'ensemble des activités ;
    • résilience des activités Electronics & Defense avec une légère croissance des systèmes de visée et de navigation.
  • Aircraft Interiors :
    • activité fortement impactée par l'exposition aux long-courriers et aux décisions discrétionnaires des compagnies aériennes dans un contexte de hausse des reports et des annulations de livraisons.

Tout en mettant en oeuvre des protocoles sanitaires visant à assurer une reprise d'activité de ses collaborateurs en toute sécurité, Safran a adapté ses activités à ce nouvel environnement.
Au 17 juillet 2020, 50 % des salariés du Groupe travaillaient sur site, 10 % étaient en télétravail et 25 % étaient en activité partielle.
Le retour à la normale se poursuit, avec 14 sites fermés, contre 30 le 18 mai 2020.

La chaîne d'approvisionnement fait l'objet d'un suivi attentif. Dans ce contexte, un groupe de travail a été mis en place dès le début de la crise afin d'identifier et de soutenir les fournisseurs les plus critiques. Safran, aux côtés de l'Etat et d'autres acteurs du secteur aéronautique, contribuera à hauteur de 58 M€ au fonds d'investissement (« Ace Aéro Partenaires ») annoncé par le gouvernement français dans le cadre du plan de soutien à la filière aéronautique permettant d'intervenir en fonds propres auprès des PME/ETI et de renforcer ainsi la chaine d'approvisionnement.

 

2 - Plan d'adaptation

Le plan mis en oeuvre en janvier pour répondre à la situation du Boeing 737 MAX a été considérablement renforcé en mars afin de faire face aux conséquences de la crise du Covid-19 qui devrait se prolonger au-delà de 2020. Il est aujourd'hui déployé dans toutes les entités du Groupe :

  • Les effectifs ont été ajustés : baisse de -12 % des effectifs, -14 % en tenant compte des intérimaires au 17 juillet 2020 ;
  • Rationalisation industrielle des activités Electrical & Power, Nacelles et Aircraft Interiors avec la fermeture de 4 sites, 3 transferts de production et une dizaine de plans de restructuration.

Les coûts de restructuration (indemnités de licenciement et coûts associés) comptabilisés au 1er semestre 2020 s'établissent à -77 M€.

  • Les programmes d'achats ont été réduits en ligne avec la diminution de l'activité : baisse de plus de -30 % des achats de matières premières et de fournitures, et réduction de plus de -40 % des dépenses de sous-traitance. Les encours de production et les stocks se stabilisent en conséquence.
  • Les engagements d'investissement (CAPEX) ont été réduits de -74 % au 1er semestre 2020, dépassant l'objectif initial d'une diminution de -60 % au cours de l'exercice.
  • Les dépenses de R&D ont été diminuées de -31 % au 1er semestre 2020, en ligne avec l'objectif fixé pour 2020 d'une baisse de -30 % par rapport à 2019.
  • Les coûts opérationnels1 ont été réduits de -17 % au 1er semestre 2020, en ligne avec l'objectif de baisse de plus de -20 % par rapport à 2019.

1 Hors achats et y compris dépenses de R&D.

Le 8 juillet 2020, un accord de « Transformation d'Activité » du Groupe a été conclu avec l'ensemble des organisations syndicales représentatives en France (valable jusqu'au 31 décembre 2021 et reconductible). Il permettra à Safran de passer les 12 à 18 prochains mois de crise en préservant les compétences et la compétitivité des activités françaises.
Cet accord s'appuie sur des leviers économiques tels que la modération salariale, le plafonnement de l'intéressement, de la participation et de l'épargne salariale, le déploiement d'un dispositif d'activité partielle longue durée et des mesures d'incitation au départ volontaire en retraite avec un objectif de 3 000 départs.
Les impacts financiers positifs de cet accord commenceront à se matérialiser dès le 2e semestre 2020.

 

3 - Safran et les enjeux du changement climatique

L'aviation décarbonée émergera de la crise comme une tendance majeure. L'impact de la crise sur le trafic aérien devrait entraîner une diminution des émissions de CO2 par rapport aux prévisions d'avant la crise. Pour autant, Safran renforcera son engagement et les actions pour répondre aux enjeux du changement climatique.
Les priorités environnementales de Safran en matière de R&T sont en cohérence avec l'ambition du plan de soutien à l'industrie aéronautique annoncé en juin 2020 par le gouvernement français, qui vise un avion neutre en carbone en 2035. Le soutien des pouvoirs publics permettra à Safran de maintenir un niveau d'activité R&T soutenu, compensant ainsi la baisse des dépenses autofinancées durant les prochaines années.
Safran étudie différentes solutions telles que la propulsion thermique ultra-optimisée, une plus grande utilisation des carburants durables dans l'aviation et l'utilisation d'hydrogène liquide. Une étape majeure pour sélectionner la technologie la plus avancée devrait être franchie en 2025.

 

4 - Transition managériale

La période de transition managériale à la Direction générale du Groupe a été adaptée pour tenir compte des priorités opérationnelles et des contraintes limitant certains déplacements. Comme initialement annoncé, Olivier Andriès succèdera à Philippe Petitcolin en tant que Directeur Général de Safran le 1er janvier 2021.

 

 

Faits marquants

 

1 - Propulsion aéronautique et spatiale

Livraisons de moteurs d'avions court et moyen-courriers
Fin juin 2020, les livraisons de moteurs CFM56 et LEAP totalisaient 534 unités, contre 1 119 pour le 1er semestre 2019.

Succès commerciaux et livraisons du LEAP
Au 1er semestre 2020, les commandes et intentions d'achat de LEAP s'élèvent à 126 moteurs.
CFM International a livré 450 moteurs LEAP au 1er semestre 2020, contre 861 au 1er semestre 2019.

Programme CFM56
Les livraisons de moteurs CFM56 ont ralenti, pour atteindre 84 unités au 1er semestre 2020, contre 258 au 1er semestre 2019.

Activités de services pour moteurs civils 2
Au 1er semestre 2020, le chiffre d'affaires des activités de services pour moteurs civils enregistre une baisse de -34,4 % en USD, sous l'effet du recul des ventes de pièces de rechange pour les moteurs CFM56 de dernière génération et, dans une moindre mesure, des opérations de maintenance, réparation et révision. Au 2e trimestre, le chiffre d'affaires des services pour moteurs civils a chuté de -66,0 % en raison de la diminution du nombre de passages en atelier (shop visits).

Turbines d'hélicoptères
Safran a signé un contrat avec NAHEMA (NATO Helicopter Management Agency) pour réaliser la maintenance de 276 moteurs de NH90. Ces moteurs RTM322 vont bénéficier du contrat de service Global Support Package (GSP) de Safran géré par NAHEMA.
Safran a également conclu un contrat pluriannuel avec l'Armée de l'air royale néerlandaise pour la maintenance, jusqu'à la fin de leur vie, des 40 moteurs Makila équipant sa flotte d'hélicoptères Cougar Mk.II.

2 Activités de services pour moteurs civils (agrégat exprimé en USD) : cet agrégat extracomptable (non audité) comprend le chiffre d'affaires des pièces de rechange et des contrats de prestations de service (maintenance, réparation et révision) pour l'ensemble des moteurs civils de Safran Aircraft Engines et de ses filiales et reflète les performances du Groupe dans les activités de services pour moteurs civils comparativement au marché.

 

2 - Équipements aéronautiques, Défense et Aerosystems

Malgré l'impact de la crise du Covid-19, l'activité Défense a enregistré de nouveaux contrats.
Héli-Union3 a sélectionné les nouveaux systèmes optroniques d'observation Euroflir™ 410 de Safran pour équiper les Dauphins N3 de la Marine Nationale.
Safran a également signé un contrat avec une compagnie aérienne asiatique pour la fourniture de freins carbone de 10 Boeing 787.

3 Héli-Union : acteur majeur du soutien hélicoptère auprès de l'Etat français et opérateur Oil&Gas.

 

3 - Aircraft Interiors

Malgré le nombre réduit d'appels d'offres et de décision des clients, la division Aircraft Interiors a poursuivi ses activités et conclu des nouveaux contrats.
Safran a signé un nouveau contrat avec une compagnie aérienne européenne en vue de fournir des sièges de classe premium économie et économie pour ses nouveaux A350.
Pour l'activité Cabin, deux compagnies aériennes asiatiques ont choisi les chariots (trolleys) de Safran, l'une pour équiper sa flotte d'A320 et l'autre, sa flotte de Boeing 787-10.
Concernant Passenger Solutions, Safran a remporté plusieurs contrats pour équiper de systèmes de divertissement à bord (IFE) des A350 et en retrofit des Boeing 777. Le Groupe a remporté deux contrats ferroviaires de gestion de l'eau et des déchets dont les livraisons sont prévues fin 2020 et 2021.

 

 

Résultats semestriels 2020

Le chiffre d'affaires du 1er semestre 2020 s'élève à 8 767 M€, en baisse de -3 335 M€, soit -27,6 %, par rapport à la même période de l'année dernière. La contribution nette de l'effet de périmètre représente -20 M€. L'effet de change net s'élève à 194 M€, traduisant un effet de conversion positif du chiffre d'affaires en devises étrangères, notamment en USD. Le taux de change spot EUR/USD moyen est de 1,10 USD pour 1 € au 1er semestre 2020, comparé à 1,13 USD pour 1 € à la même période il y a un an. Le taux couvert du Groupe est de 1,16 $ pour 1 € au 1er semestre 2020, contre 1,18 $ pour 1 € au 1er semestre 2019.

Sur une base organique, le chiffre d'affaires recule de -29,0 %, la baisse concerne toutes les divisions :

  • le chiffre d'affaires de la Propulsion diminue de -33,0 %, du fait des faibles volumes en première monte (avions civils) et de la baisse des activités de services (moteurs civils).
  • Les turbines d'hélicoptères et les activités militaires ont été moins affectées par la crise actuelle (baisse comprise entre 7 % et 9 % comparativement à 2019). Le chiffre d'affaires de la Propulsion a chuté de -51,8 % au 2e trimestre, du fait des activités de services pour moteurs civils et des livraisons de moteurs LEAP ;
  • le chiffre d'affaires des Équipements aéronautiques, Défense et Aerosystems enregistre un recul de -21,7 % dû au repli des livraisons pour les activités de câblage, de trains d'atterrissage, de nacelles et d'avionique. Dans les services, les activités de trains d'atterrissage, de freins carbone et, dans une moindre mesure, celles d'Aerosystems et de nacelles ont été les plus affectées. Les activités Electronics & Defense ont été moins touchées (baisse comprise entre 7 % et 9 %) au 1er semestre 2020. La baisse de -39,3 % du chiffre d'affaires au 2e trimestre s'explique par les trains d'atterrissage (première monte et services), ainsi que par les nacelles (principalement en première monte) ;
  • le chiffre d'affaires d'Aircraft Interiors (-35,1 %) a été fortement impacté par les activités de Cabin et de Seats (première monte et services) et, dans une moindre mesure, par les activités de Passenger Solutions. Le chiffre d'affaires d'Aircraft Interiors a particulièrement baissé au 2e trimestre (-54,6 %).

Au 1er semestre 2020, Safran affiche un résultat opérationnel courant4 de 947 M€, en baisse de -49,7 % par rapport au 1er semestre 2019. Ce recul intègre un effet de périmètre de -4 M€, ainsi qu'un effet de change positif de 93 M€.

4 Résultat opérationnel avant résultats de cession d'activités/changement de contrôle, pertes de valeur, coûts de transaction et d'intégration et autres.

Sur une base organique, le résultat opérationnel courant recule de -54,4 % en raison de la contraction des volumes et ce, malgré la baisse des dépenses de R&D et les économies provenant du plan d'adaptation :

  • le repli du résultat opérationnel courant de la Propulsion de -47,5 %, s'explique principalement par les activités de services pour moteurs civils et de maintenance pour moteurs militaires, en dépit de la contribution positive des turbines d'hélicoptères ;
  • le résultat opérationnel courant des Équipements aéronautiques, de la Défense et d'Aerosystems affiche une baisse de -47,3 % due aux activités de services pour les trains d'atterrissage et les freins carbone et au recul des volumes dans toutes les activités ;
  • la forte contraction du résultat opérationnel courant d'Aircraft Interiors (-220,0 %) s'explique par les ventes en première monte (y compris le retrofit) et les services dans l'ensemble des activités.

La marge opérationnelle courante du Groupe s'établit à 10,8 % du chiffre d'affaires, contre 15,6 % à la même période en 2019.
Les éléments non récurrents, d'un montant de -144 M€, correspondent à des coûts de restructuration (-77 M€) et à la dépréciation de deux programmes.

Le résultat net ajusté (part du Groupe) pour le 1er semestre 2020 ressort à 501 M€ (résultat par action de base : 1,18 € ; résultat par action dilué : 1,14 €), comparé à 1 353 M€ au 1er semestre 2019 (résultat par action de base : 3,13 € ; résultat par action dilué : 3,09 €). Il comprend :

  • un résultat financier ajusté net de -117 M€, dont -51 M€ d'écarts de change et -20 M€ de coût de la dette ;
  • une charge d'impôts ajustée de -169 M€ (taux d'imposition apparent de 24,7 %).

La table de passage du compte de résultat consolidé au compte de résultat ajusté du 1er semestre 2020 est présentée et commentée dans les Notes à la page 14.

 

 

Cash-flow et dette nette

Les opérations ont généré 901 M€ de cash-flow libre5. La génération de cash-flow libre résulte d'un flux de trésorerie opérationnel de 1 154 M€, principalement au 1er trimestre, d'une diminution du besoin en fonds de roulement de -168 M€ et d'une baisse des investissements (à 421 M€, en baisse de 24 % par rapport au 1er semestre 2019)6. L'évolution du besoin en fonds de roulement au 1er semestre 2020 s'explique par une augmentation limitée des impayés, par la stabilité des stocks et par des éléments positifs non récurrents dans la mesure où Safran n'a pas remboursé les concessions commerciales des moteurs dont les livraisons d'avions ont été retardées.

Dette nette
La dette nette s'élève à 3 082 M€ au 30 juin 2020, comparée à une dette nette de 4 114 M€ au 31 décembre 2019. Cette baisse s'explique par la génération de cash-flow libre.

5 Cet agrégat extracomptable (non audité) correspond à la capacité d'autofinancement minorée de la variation du besoin en fonds de roulement et des investissements incorporels et corporels.
6 Hors plus-values au 1er semestre 2019

 

 

Recherche et Développement

Les dépenses totales de Recherche et Développement (R&D), dont celles vendues aux clients, s'élèvent à -597 M€, par rapport à -851 M€ au 1er semestre 2019. La baisse des dépenses de R&D entre le 1er semestre 2019 et le 1er semestre 2020 est conforme à l'objectif du plan d'adaptation.
Les dépenses de R&D avant Crédit d'Impôt Recherche s'établissent à -447 M€, contre -651 M€ au 1er semestre 2019.
La R&D brute capitalisée s'élève à 124 M€, contre 152 M€ au 1er semestre 2019.
La charge d'amortissement et de dépréciation de la R&D s'élève à -124 M€, contre -144 M€ au 1er semestre 2019.
L'impact sur le résultat opérationnel courant de la R&D comptabilisée en charges atteint -373 M€, contre -560 M€ à la même période de l'année précédente.

 

 

Financement

A fin juin, la trésorerie et équivalent de trésorerie de Safran était à 4 373 M€. Elle était de 2 632 M€ à fin 2019.
Safran dispose d'une ligne de crédit non tirée de 2,52 Mds€ arrivant à échéance en décembre 2022. Cette facilité sert principalement de ligne de sécurité pour le programme de papier commercial (NEU CP) dont l'encours était de 1,5 Md€ au 30 juin 2020. Le plafond du programme de NEU CP est de 3,0 Mds€.

Safran a mis en place le 22 avril une ligne de crédit de 3,0 Mds€ syndiqué auprès de plusieurs banques françaises et internationales. Cette ligne de crédit, qui a une maturité maximum de 2 ans, au choix de Safran, n'a pas été tirée depuis sa mise en place.

Safran a refinancé 800 M€ de cette facilité dès le 15 mai sous la forme d'une émission d'obligations convertibles7 à 7 ans portant un coupon annuel de 0,875 % et faisant ressortir une prime de conversion de 40 % (soit un prix d'exercice de 108,23 €).

Le 29 juin, Safran a continué à sécuriser ses sources de financement à long terme et a allongé la maturité de sa dette en émettant 564 M€ de billets non garantis de premier rang sur le marché privé américain (USPP), dont 282 M€ ont une maturité de 10 ans, et 282 M€ une maturité de 12 ans. 286 M€ ont été directement levés en euros et 278 M€ ont initialement été émis en dollars américains, puis swappés en euros le 21 juillet via des swaps de devises. Le taux d'intérêt moyen des différentes tranches et après swaps de devises est de 2,07 % pour ce financement.
Compte tenu de cette émission d'obligations convertibles et de ce financement USPP, la ligne de crédit relais non tirée de 3,0 Mds€ a été réduite à 1,6 Md€.

7 Obligations à option de conversion et/ou d'échange en actions nouvelles et/ou existantes (OCEANE).

 

 

Couvertures de change

Le 28 juillet 2020, le portefeuille de couverture de Safran s'élevait à 21,6 Mds$ en baisse de -5,4 Mds$ depuis la dernière communication du 29 avril 2020, sous l'effet de l'exercice des contrats au deuxième trimestre et de l'atteinte de barrière désactivantes.

2020 est totalement couverte pour une exposition nette estimée de 8,0 Mds$ à un cours couvert cible de 1,16 $.
2021 est totalement couverte pour une exposition nette estimée de 9,0 Mds$, avec un cours couvert cible entre 1,14 $ et 1,16 $.
2022 : la couverture ferme de l'exposition nette estimée est de 5,4 Mds$. Le cours couvert cible pour une exposition de 10 Mds$ devrait être compris entre 1,12 $ et 1,14 $.
2023 : la couverture ferme de l'exposition nette estimée est de 3,2 Mds$. Le cours couvert cible pour une exposition de 11 Mds$ sera mis à jour ultérieurement.

Le portefeuille de couverture comprend des options à barrières désactivantes allant de 1,18 $ à 1,26 $ avec des échéances jusque fin 2021, représentant un risque de perte de couverture et un risque sur l'atteinte des cours couverts cibles dans certains cas de fluctuations des taux de change.

 

 

Nouveaux objectifs pour l'année 2020

Compte tenu de la base de comparaison élevée de 2019, en dépit d'une très grande incertitude et en prenant l'hypothèse d'une reprise progressive du trafic aérien, Safran prévoit aujourd'hui pour l'exercice 2020 :

  • une baisse du chiffre d'affaires ajusté d'environ -35 %, au taux de change spot moyen estimé de 1,10 $ pour 1 €. Variation similaire en organique ;
  • une marge opérationnelle courante d'environ 10 % du chiffre d'affaires, sur la base d'un cours couvert de 1,16 $ pour 1 € ;
  • une génération de cash-flow libre positive au 2e semestre, malgré les incertitudes élevées sur l'évolution du besoin en fonds de roulement.

Ces objectifs sont basés notamment sur les hypothèses suivantes :

  • Propulsion aéronautique et spatiale :
    • dans un contexte de baisse globale des livraisons d'avions et sur la base du retour en service du 737 MAX annoncé par Boeing au 4e trimestre, Safran estime désormais que le nombre de livraisons de LEAP devrait être de l'ordre de 800 moteurs en 2020. La baisse des livraisons de moteurs militaires par rapport à 2019 prévue en début d'année reste inchangée ;
    • baisse des activités de services pour moteurs civils estimée autour de -50 % sur l'année 2020.
  • Équipements aéronautiques, Défense et Aerosystems :
    • sur la base de la réduction annoncée par les avionneurs des quantités restant à livrer au 2e semestre pour les principaux programmes long-courriers, la baisse organique du chiffre d'affaires du 2e semestre devrait être supérieure à celle du 1er semestre ;
    • amélioration de la marge opérationnelle courante du 2e semestre par rapport au 1er semestre, grâce à la montée en puissance du plan d'adaptation.
  • Aircraft Interiors :
    • en retenant l'hypothèse de très faibles niveaux d'activité de retrofit des compagnies aériennes au 2e semestre, la baisse organique du chiffre d'affaires au 2e semestre devrait être supérieure à celle du 1er semestre ;
    • nette amélioration du résultat opérationnel courant du 2e semestre par rapport au 1er semestre grâce aux économies et aux restructurations. Marge opérationnelle courante de l'exercice fortement négative.
  • Déploiement des mesures du plan d'adaptation relatives aux ressources humaines : activité partielle, accord de « Transformation d'Activité » du Groupe en France impactant les provisions liées à l'intéressement et la participation 2020 ;
  • Baisse des dépenses de R&D d'environ -450 M€ par rapport à 2019 ;
  • Réduction de -200 M€ des décaissements d'investissements entre 2019 et 2020, reflétant la réduction de 60 % des engagements par rapport à 2019.

 

 

Commentaires sur l'activité du 1er semestre 2020
 

Propulsion aéronautique et spatiale

Au 1er semestre 2020, le chiffre d'affaires s'élève à 4 047 M€, en baisse de -31,4 % par rapport aux 5 902 M€ enregistrés au premier semestre 2019. Sur une base organique, le chiffre d'affaires accuse une baisse de -33,0 %.

  • Les activités de première monte ont chuté de -38,4 % (-40,0 % sur une base organique) par rapport au 1er semestre 2019, compte tenu de la baisse des ventes de moteurs équipant les avions court et moyen-courrier (LEAP et CFM56). Les livraisons de moteurs installés et de rechange ont baissé par rapport au 1er semestre 2019. Les moteurs de forte puissance ont été moins affectés au 1er semestre 2020. Comme prévu, les livraisons de moteurs M88 sont en léger recul, à 19 unités contre 22 au 1er semestre 2019. Les ventes de turbines d'hélicoptères en première monte ont légèrement baissé au 1er semestre.
  • Le chiffre d'affaires généré par les services a diminué de -26,3 % (en euros, -27,9 % sur une base organique) représentant 62,1 % des ventes. Le chiffre d'affaires des activités de services pour moteurs civils (en USD) a été fortement impacté par la crise du Covid-19 depuis mars, et s'est contracté de -34,4 % (en USD). Ce recul s'explique principalement par une baisse des ventes de pièces de rechange pour les moteurs CFM56 de dernière génération et par la moindre contribution des contrats de services pour les CFM56 et les moteurs de forte puissance.

Les services pour moteurs militaires ont également diminué par rapport à la même période de 2019, qui constitue une base de comparaison élevée. Les activités de maintenance pour turbines d'hélicoptères (principalement des contrats de réparation pièces et main d'oeuvre (« Time & Material ») ont également reculé durant le semestre.

Le résultat opérationnel courant s'établit à 699 M€, en recul de -43,0 % par rapport aux 1 227 M€ réalisés au 1er semestre 2019. La marge opérationnelle a baissé, passant de 20,8 % à 17,3 %.
La rentabilité a été fortement affectée par la baisse des services pour moteurs civils et, dans une moindre mesure, des activités militaires. La profitabilité de l'activité de turbines d'hélicoptères a enregistré un impact positif dû à un évènement non récurrent.
La baisse des dépenses de R&D et les premiers effets des mesures prises dans le cadre du plan d'adaptation ont également eu un impact positif sur la division.

 

Équipements aéronautiques, Défense et Aerosystems

Le chiffre d'affaires du 1er semestre 2020 s'élève à 3 638 M€, en baisse de -20,1 % par rapport aux 4 553 M€ enregistrés au 1er semestre 2019. Sur une base organique, le chiffre d'affaires enregistre un repli de -21,7 %.

  • Le chiffre d'affaires des activités de première monte recule de -19,6 % (-21,0 % sur une base organique) au 1er semestre 2020, principalement du fait des activités de câblage, de la diminution des volumes de trains d'atterrissage pour les Boeing 787, les A330, A350 et A320, ainsi que des nacelles pour la famille des A320 et l'A330neo. Les livraisons de nacelles pour les A320neo équipés de LEAP-1A ont atteint 248 unités au 1er semestre 2020 (contre 280 unités au 1er semestre 2019). La crise du Covid-19 a également affecté les activités d'avionique (FADEC pour moteur LEAP) et d'Aerosystems (évacuation, oxygène et systèmes de contrôle de carburant). Dans les activités de Défense, les systèmes de visée et de navigation enregistrent une légère croissance par rapport à 2019.
  • La baisse des services de -21,0 % (-23,1 % sur une base organique) au 1er semestre 2020 est due plus particulièrement aux freins carbone, aux trains d'atterrissage, à Aerosystems et aux nacelles (principalement pour l'A320neo).

Le résultat opérationnel courant s'établit à 343 M€, en repli de -41,7 % par rapport aux 588 M€ réalisés au 1er semestre 2019. La marge opérationnelle recule, passant de 12,9 % à 9,4 %. Le recul de la rentabilité s'explique par la baisse des volumes des systèmes d'atterrissage (en particulier les services), des activités électriques, des nacelles, de l'avionique et d'Aerosystems. Cette baisse a été partiellement compensée par les activités de Défense et par le moindre impact de la R&D.

 

Aircraft Interiors

Au 1er semestre 2020, le chiffre d'affaires s'élève à 1 072 M€, en baisse de -34,6 % par rapport à 1 640 M€ au 1er semestre 2019. Sur une base organique, le chiffre d'affaires accuse une baisse de -35,1 %.

  • Le chiffre d'affaires en première monte recule de -36,9 % (-37,0 % sur une base organique) au 1er semestre 2020. L'activité Cabin a été fortement impactée par la baisse des volumes de galleys (réduction des capacités pour le Boeing 737 MAX et les programmes A320 et A350), et des activités liées aux inserts et aux toilettes (principalement A220 et A350). Les programmes de sièges de toutes les classes ont été affectés par la crise du Covid-19, de même que les activités Connected Cabin (IFE) et intérieurs de cabine sur mesure de Passenger Solutions.
  • Le chiffre d'affaires des activités de services diminue de -28,6 % (-30,2 % sur une base organique) au 1er semestre 2020, principalement à cause des services pour Seats, mais aussi des ventes de rechanges pour Cabin (galleys, trolleys, inserts) et aux activités de maintenance, réparation et révision (MRO). La baisse des activités de services de Passenger Solutions est moins marquée que celle des autres activités.

Le résultat opérationnel courant s'établit à -101 M€, en recul de -186 M€ par rapport aux 85 M€ réalisés au 1er semestre 2019. La marge opérationnelle enregistre une forte baisse, passant de 5,2 % à -9,4 %. La rentabilité de toutes les activités, aussi bien en première monte que dans les services, a chuté en raison de la baisse des volumes. Les premiers impacts des mesures du plan d'adaptation mis en place au 1er semestre 2020 (principalement baisse des dépenses de R&D en charge) ont commencé à se concrétiser.

 

Holding et autres

« Holding et autres » comprend les coûts de pilotage et de développement du Groupe ainsi que les services transversaux fournis à l'ensemble du Groupe, y compris les affaires financières et juridiques, la politique fiscale et de change, la communication et les ressources humaines.
En outre, la holding facture aux filiales les services partagés, notamment les centres de services administratifs (paie, recrutement, informatique, comptabilité), un organisme de formation centralisé et le centre R&T du Groupe. 

L'impact du secteur « Holding et autres » sur le résultat opérationnel courant de Safran s'établit à 6M€ au 1er semestre 2020, contre -17 M€ à la même période de 2019.

 

 

Calendrier

  • Chiffre d'affaires T3 2020 30 octobre 2020
  • Résultats annuels 2020 25 février 2021

 

* * * *

Safran organise aujourd'hui à 9h15, heure de Paris, une conférence téléphonique pour les analystes financiers, les investisseurs et les médias. Pour participer, composer le +33 1 70 71 01 59 depuis la France, le +44 207 194 3759 depuis le Royaume-Uni ou le +1 646 722 4916 depuis les États-Unis (code d'accès (tout pays confondu) : 18796432 #).
Veuillez demander la conférence Safran et donner votre nom. Les participants sont invités à se connecter dix minutes avant le début de la conférence téléphonique.

Le webcast sera accessible via le site Internet de Safran, sur inscription, à l'adresse suivante : https://onlinexperiences.com/Launch/QReg/ShowUUID=D4C3F55D-D544-40E1-9F97-FC8A9B5FC247
Les participants pourront accéder au webcast 15 minutes avant le début de la conférence.
Veuillez-vous assurer d'avoir la version la plus récente de votre système d'exploitation et de tout navigateur installé sur l'appareil que vous utiliserez avant de participer à cet événement.

Une rediffusion du webcast sera disponible via ce même lien jusqu'au 28 octobre 2020.
Une ré-écoute de la conférence téléphonique sera disponible jusqu'au 28 octobre 2020 au +33 1 70 71 01 60, +44 203 364 5147 et au +1 646 722 4969 (code d'accès pour tous les pays : 418941337 #).

Le communiqué de presse et la présentation sont disponibles sur le site Internet à l'adresse www.safran-group.com (section Finance).

* * * *

 

Chiffres clés

1 - Compte de résultat ajusté, bilan et trésorerie

s12020-fr-01.png

 

2 - Répartition sectorielle

s12020-fr-02.png

 

Notes

[1] Chiffre d'affaires ajusté

Pour refléter les performances économiques réelles du Groupe et permettre leur suivi et leur comparabilité avec celles de ses concurrents, Safran établit, en complément de ses comptes consolidés, un compte de résultat ajusté.

Le compte de résultat consolidé du Groupe est ajusté des incidences :

  • de l'allocation du prix d'acquisition réalisée dans le cadre des regroupements d'entreprises. Ce retraitement concerne depuis 2005 les dotations aux amortissements des actifs incorporels liés aux programmes aéronautiques, réévalués lors de la fusion Sagem/Snecma. À compter de la publication des comptes semestriels 2010, le Groupe a décidé de retraiter :
    • les effets des écritures relatives à l'allocation du prix d'acquisition des regroupements d'entreprises, notamment les dotations aux amortissements des actifs incorporels, reconnus lors de la transaction, avec des durées d'amortissement longues, justifiées par la durée des cycles économiques des activités dans lesquelles opère le Groupe et les effets de revalorisation des stocks, ainsi que
    • le produit de réévaluation d'une participation antérieurement détenue dans une activité en cas d'acquisition par étapes ou d'apport à une co-entreprise.

Ces retraitements s'appliquent également à compter de 2018 à l'acquisition de Zodiac Aerospace ;

  • de la valorisation des instruments dérivés de change afin de rétablir la substance économique réelle de la stratégie globale de couverture du risque de change du Groupe :
    • ainsi, le chiffre d'affaires net des achats en devises est valorisé au cours de change effectivement obtenu sur la période, intégrant le coût de mise en oeuvre de la stratégie de couverture, et
    • la totalité des variations de juste valeur des instruments dérivés de change afférentes aux flux des périodes futures est neutralisée.

Les variations d'impôts différés résultant de ces éléments sont aussi ajustées.

Table de passage du compte de résultat consolidé au compte de résultat ajusté pour le 1er semestre 2020 :

s12020-fr-03.png

Il est rappelé que seuls les états financiers consolidés semestriels condensés font l'objet d'un examen limité par les commissaires aux comptes, y compris les agrégats « chiffre d'affaires » et « résultat opérationnel » fournis en données ajustées dans la Note 5 « Information sectorielle ».

Les données financières ajustées, autres que celles fournies dans la Note 5 « Information sectorielle » des états financiers consolidés, font l'objet de travaux de vérification au titre de la lecture d'ensemble des informations données dans le rapport semestriel d'activité.

 

Safran est un groupe international de haute technologie opérant dans les domaines de l'aéronautique (propulsion, équipements et intérieurs), de l'espace et de la défense. Sa mission : contribuer durablement à un monde plus sûr, où le transport aérien devient toujours plus respectueux de l'environnement, plus confortable et plus accessible. Implanté sur tous les continents, le Groupe emploie 84 000 collaborateurs et occupe, seul ou en partenariat, des positions de premier plan mondial ou européen sur ses marchés. Safran s'engage dans des programmes de recherche et développement qui préservent les priorités environnementales de sa feuille de route d'innovation technologique.

Safran est une société cotée sur Euronext Paris et fait partie des indices CAC 40 et Euro Stoxx 50.

Pour plus d'informations : www.safran-group.com / Suivez @Safran sur Twitter 

 

 

AUTRES INFORMATIONS IMPORTANTES
Ce document contient des informations et déclarations prospectives relatives à Safran qui ne se fondent pas sur des faits historiques mais sur des anticipations, elles-mêmes issues des estimations et opinions des dirigeants, et impliquent des risques et des incertitudes, connues ou non, qui pourraient aboutir à des résultats, performances ou évènements significativement différents de ceux mentionnés dans ces déclarations. Ces déclarations ou informations sont susceptibles de porter sur des objectifs, intentions ou anticipations relatifs à des tendances, synergies, accroissements de valeur, plans, évènements, résultats d'opérations ou situations financières futures, ou comprendre d'autres informations relatives à Safran, fondées sur les opinions actuelles des dirigeants, ainsi que sur des hypothèses établies à partir de l'information actuellement à la disposition des dirigeants. Ces déclarations prospectives sont généralement identifiées par les mots « s'attendre à », « croire », « planifier », « anticiper », « pourrait », « prévoir », ou « estimer », ainsi que par d'autres termes similaires. Ces déclarations prospectives sont soumises à de nombreux risques et incertitudes, difficilement prévisibles et généralement en dehors du contrôle de Safran. Les investisseurs et les porteurs de titres devraient dès lors utiliser ces déclarations avec la plus grande précaution. Les facteurs qui pourraient impliquer que les résultats et développements attendus diffèrent significativement de ceux reflétés dans ces déclarations prospectives comprennent, sans que cela soit limitatif : les incertitudes liées notamment à l'environnement économique, financier, concurrentiel, fiscal ou règlementaire ; le risque que les nouvelles entités combinées ne réalisent pas les avantages escomptés, et notamment les synergies et les économies envisagées ; la capacité de Safran à mener à terme ses plans et sa stratégie, et à atteindre ses objectifs ; des résultats, obtenus par Safran, à l'issue de ces plans et de cette stratégie, inférieurs aux anticipations ; les risques décrits dans le Document d'Enregistrement Universel ; le plein impact de la pandémie du COVID-19.
La liste de facteurs qui précède n'est pas exhaustive. Les déclarations prospectives ne valent que le jour où elles sont données. Safran décline toute obligation de mettre à jour les informations publiques ou déclarations prospectives dans ce document pour refléter des événements ou circonstances postérieurs à la date du présent document, sauf si cette mise à jour est requise par les lois applicables.

 

UTILISATION D'INFORMATIONS FINANCIÈRES NON-GAAP
Ce document contient des informations financières complémentaires non-GAAP. Nous attirons l'attention de nos lecteurs sur le fait que ces indicateurs ne sont ni audités, ni reflétés directement dans les états financiers du Groupe établis selon les normes IFRS et qu'ils ne doivent donc pas être considérés comme des substituts aux indicateurs financiers GAAP. De plus, de tels indicateurs financiers non-GAAP pourraient également ne pas être comparables à d'autres informations de même intitulé, utilisées par d'autres sociétés.

Contactez-nous
Contacts Presse
Contact Analystes et Investisseurs
Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer