: 9 min

Observer l'infini... et au-delà !

Passionnée de sciences et d'astronomie, Cathy, future astrophysicienne, espère réaliser son rêve de découvrir les secrets du ciel grâce au plus grand télescope du monde, l’ELT, qui sera installé au Chili. Cette nouvelle story Safran met en scène le travail de polissage de ses miroirs de très grand format réalisé par Safran REOSC… leader mondial des optiques de haute performance pour l'astronomie terrestre.

Passionnée de sciences et d'astronomie, Cathy, future astrophysicienne, espère réaliser son rêve de découvrir les secrets du ciel grâce au plus grand télescope du monde, l'ELT, qui sera installé au Chili. Cette nouvelle story Safran met en scène le travail de polissage de ses miroirs de très grand format réalisé par Safran REOSC… leader mondial des optiques de haute performance pour l'astronomie terrestre.

Un rêve, une passion

Ce samedi 10 octobre, à l'occasion des journées Portes Ouvertes, ils sont nombreux à arpenter l'Institut d'Optique Graduate School. Parmi les jeunes gens présents, tous passionnés de sciences et d'astronomie, Cathy espère bien décrocher un stage de master au sein du très renommé Laboratoire Charles Fabry. Elle vise, plus particulièrement, la chaire baptisée Photonique Ultime. Créée par Safran en partenariat avec l'Institut, cette chaire de recherche et de formation est dédiée aux avancées les plus récentes en nano photonique et optique quantique. Au professeur qui la reçoit, elle fait part de ses souhaits :

 

Mon rêve est de découvrir de nouvelles exo-planètes en devenant astrophysicienne. J'aimerais avoir la chance d'utiliser un jour le plus grand télescope du monde actuel : le Gran Telescopio de Canarias !

 

Le professeur la regarde, intéressé :

Celui de l'observatoire du Roque de Los Muchachos sur l'île de La Palma aux Canaries… Je le connais bien ! Mais dans peu de temps, il y aura encore mieux. Je suppose que vous avez entendu parler du futur télescope géant européen ELT (Extremely Large Telescope) qui sera installé au Chili, sur le Cerro Armazones. Sa première lumière est prévue pour 2024. Il nous faudra donc attendre encore sept ans avant que des exo-planètes lointaines, et jusqu'alors invisibles, nous livrent leurs secrets !

 

Le télescope le plus puissant au monde

Affichant un large sourire, Cathy confirme :

J'ai en effet entendu dire que ce télescope sera le plus puissant jamais conçu au monde. Il ne me reste plus alors qu'à aller vivre en Amérique du Sud !

 

Tout en affichant sur sa tablette des images de synthèse du futur télescope, le professeur poursuit ses explications :

 

L'architecture de l'ELT à cinq miroirs est totalement innovante avec, d'une part, un concept à trois miroirs asphériques et d'autre part, deux miroirs plans déformables qui vont corriger les effets des turbulences atmosphériques, comme si le télescope était dans l'espace !

Safran Reosc, filiale de Safran Electronics & Defense, a été retenue par l'ESO (European Southern Observatory – Observatoire européen austral) pour produire et fournir l'ensemble des segments optiques formant le miroir primaire M1, réaliser le polissage du miroir secondaire M2 ainsi que du miroir tertiaire M3 mais aussi pour polir les fines feuilles de verre du miroir adaptatif M4.

 

Tandis que les images défilent sur l'écran, il commente : 

Voici le miroir primaire de 39 mètres de diamètre : il captera la lumière et la redirigera vers les miroirs suivants. Il sera constitué de 798 segments hexagonaux d'1,5 m chacun, polis avec une précision extrême, que Safran Reosc devra produire d'ici à 2024. Puis la lumière sera reprise par le miroir M2, qui sera installé 60 mètres au-dessus du M1 et sera, avec ses 4 mètres de diamètre, le plus grand miroir convexe jamais réalisé au monde. Enfin, le miroir M4, un concentré d'optico-mécanique de précision, aura pour fonction de corriger les imperfections liées aux perturbations atmosphériques, aussi faibles soient-elles…

 

Un savoir-faire unique au monde

Cathy s'approche de l'écran pour détailler une photo du futur miroir M4, composé de six segments :

On dirait des pétales !

Le professeur agrandit l'image :

En effet, ce miroir est constitué de six pétales extrêmement fins en vitrocéramique, d'à peine 2 millimètres d'épaisseur ! Sa face optique doit être très précise, à quelques nanomètres seulement, et son épaisseur uniforme à quelques microns...

 

Ces performances sont obtenues grâce à des robots de polissage de très haute précision. Pour arriver à un tel résultat, les ingénieurs de Safran Reosc commencent par polir la face avant à la précision requise, puis amincissent progressivement cette plaque par la face arrière jusqu'à obtenir l'épaisseur voulue. Cette opération nécessite plusieurs mois de travail pour chaque pétale. 

 

Cathy, de plus en plus songeuse :

Pas de doute, avec ce télescope géant, j'imagine qu'on pourrait sans difficulté analyser l'atmosphère de nouvelles exo-planètes, et détecter d'éventuelles traces de gaz sur certaines d'entre elles. 

 

Le professeur acquiesce :

Si un télescope doit permettre ce genre de découverte, indiscutablement, ce sera bien l'ELT !

Puis en lui tendant la main pour prendre congé, le professeur conclut :

Tenez, vous trouverez toutes les informations nécessaires à votre inscription dans ce dossier. J'espère que nous aurons l'occasion de nous revoir très bientôt… Et peut-être au Chili ! 

> Credits
© KCHANDE / IstockPhoto
© Timothée Cognard / Creative Commons
© cemagraphics / IstockPhoto
© gpointstudio / IstockPhoto
© olegkalina / IstockPhoto
© ESO/G. Hüdepoh
© ESO/L. Calçada/ACe Consortium
© Christel Sasso / CAPA Pictures / Safran
© ESO/L. Calçada/ACe Consortium
© Christel Sasso / CAPA Pictures / Safran
© ESO
© SCHOTT/ESO
© ESO/L. Calçada
© Christel Sasso / CAPA Pictures / Safran
© Christel Sasso / CAPA Pictures / Safran
© Christel Sasso / CAPA Pictures / Safran
© Christel Sasso / CAPA Pictures / Safran
© Christel Sasso / CAPA Pictures / Safran
© ESO
© ESO/L. Calçada
Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer