: 3 min

Marcel Môme, le fondateur de Sagem

La « Sagem », aujourd’hui Safran Electronics & Defense, a été fondée en 1925 par Marcel Môme, un Auvergnat animé d'une formidable volonté de réussir. Histoire d’une PME devenue une société Safran, leader mondial sur nombre de ses marchés.

Né à Clermont-Ferrand en 1899, Marcel Môme entre à l'Ecole des Arts et Métiers de Cluny en 1917 pour parfaire l'enseignement technique acquis jusque-là. Diplôme en poche, le jeune « gadzart » entre comme ajusteur chez Michelin, puis à la Compagnie des Signaux et d'Entreprises Electriques (CSEE).

Marcel Môme
Marcel Môme, le fondateur de Sagem

Un pragmatisme à toutes épreuves

 En 1925, il « monte à Paris », et la conjoncture étant très bonne, il fonde avec l'aide de quelques amis la Société d'applications générales d'électricité et de mécanique (Sagem*). Pour assurer le développement de l'entreprise, toutes les occasions sont bonnes pour développer des activités dans ce domaine très large. Ainsi, la Sagem fabrique des caméras et projecteurs Pathé Baby, répare des wagons de chemin de fer, s'impose dans l'alimentation en énergie des centraux téléphoniques et installe des colonnes montantes électriques dans les immeubles… Ce pragmatisme permettra à la société de résister aux crises et à la guerre.

Mécanique fine et Défense

 Très vite, l'entreprise amorce un premier virage technologique vers la mécanique fine en se lançant dans la fabrication d'équipements de précision pour la Marine nationale : des directions de tir, des télémètres, et surtout des gyrocompas. En dix ans, la Sagem décuple ses moyens humains et industriels. L'année 1936 est marquée par son introduction en bourse et un effectif de 1 000 salariés.

 

 

Regarder la vidéo

 

Haveuses et téléscripteurs

Les années d'Occupation sont une période de réflexion sur les produits civils et militaires qui seront nécessaires à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. C'est ainsi que naîtront les téléscripteurs ! Pour réaliser les études de ces nouveaux produits, l'entreprise embauche un grand nombre d'ingénieurs. A la fin de la guerre, malgré une situation financière critique, deux activités vont la sauver : la fabrication sous licence de haveuses pour l'extraction du charbon, et la production industrielle de téléimprimeurs. Parallèlement, dès les années 50, les commandes d'armement reprennent.

À la mort de Marcel Môme en 1962, le groupe, qui emploie alors 10 000 salariés, est déjà un leader mondial de la navigation inertielle et de l'imagerie thermique (infrarouge) : deux de ses domaines d'excellence aujourd'hui encore…

 

* C'est en 2005 que Sagem et Snecma fusionnent pour donner naissance à Safran.

 

En savoir +

Sur Safran Electronics & Defense

 

Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer