: 3 min

Marc Birkigt : parcours d’un des pionniers du Groupe

Au dernier Salon du Bourget, Safran Transmission Systems dévoilait sa nouvelle architecture de système de transmission de puissance mécanique, conçue pour les générations de moteurs d’avion à l’horizon 2025-2030. L’occasion de revenir sur les origines de cette société et sur le parcours de son fondateur, Marc Birkigt.
Marc Birkigt

Né en 1878 en Suisse à Genève, Marc Birkigt se passionne très tôt pour la mécanique et intègre à 17 ans l'École de mécanique de Genève.
Il se laisse convaincre par un camarade de promotion de le rejoindre à Barcelone en 1899, à la fin de ses études.

A 26 ans, il y fonde avec Damiàn Mateù (industriel catalan) La Hispano-Suiza Fábrica de Automóviles, qui développe et produit des moteurs à explosion destinés à équiper de petites voitures. Tout en rendant hommage à la fois à son pays d'accueil, l'Espagne (« Hispano »), et à son pays d'origine, la Suisse (« Suiza »), le nouvel entrepreneur dépose alors ses premiers brevets !

 

L'entreprise s'implante en France en 1911, à Levallois-Perret, et se lance dans la conception de voitures de luxe. Ce n'est qu'au début de la Première Guerre Mondiale, en 1914, que l'inventeur fait ses débuts dans le monde de l'aéronautique, alors que l'aviation fait des progrès spectaculaires. Marc Birkigt conçoit le moteur Hispano-Suiza à 8 cylindres en V d'une puissance de 150 chevaux, destiné aux avions français, et qui sera produit à 40 000 exemplaires.

C'est ce moteur qui équipait le SPAD VII de Georges Guynemer, un des grands as de l'aviation française. Quelques années plus tard, le moteur Hispano-Suiza V12 a propulsé l'avion de Jean Mermoz baptisé « Comte de la Vaulx » lors de sa traversée de l'Atlantique Sud en 1930.

Durant l'entre-deux guerres, Marc Birkigt se consacre de nouveau aux automobiles de luxe avec notamment l'emblématique Hispano-Suiza H6. De nombreuses personnalités figurent parmi ses clients : le peintre Pablo Picasso, le banquier Anthony de Rotschild, Jacques Joseph Bollinger (fondateur de la maison de champagne du même nom), ou encore le parfumeur François Coty... Dans les années 1930, Marc Birkigt s'associe également à Michelin pour créer un autorail : la célèbre Micheline.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le prodige de la mécanique se relance dans la fabrication de moteurs et d'accessoires d'aviation (inverseurs de poussée, turbines à gaz, trains d'atterrissage, moteurs diesel...).

Une quinzaine d'années après la mort de Marc Birkigt en 1953, Hispano-Suiza rejoint le périmètre de la Snecma (Société Nationale d'Etude et de Construction de Moteurs d'Aviation). Nous sommes en 1968, et l'entreprise va se spécialiser dans la conception et la fabrication de transmissions de puissance pour avions civils et militaires. Elle participe, depuis, aux plus grands programmes aéronautiques et équipe des avions commerciaux comme le Boeing 737 ou l'A330 d'Airbus.

En 2005, le groupe Snecma (renommé depuis Safran Aircraft Engines) fusionne avec l'entreprise Sagem (renommée depuis Safran Electronics & Defense), et le nouveau groupe est baptisé Safran. En 2016, afin de renforcer sa position de leader industriel mondial et d'accélérer son développement en France et à l'international, Safran décide de placer ses sociétés sous une même bannière et une seule marque. C'est ainsi que Hispano-Suiza est renommée Safran Transmission Systems, son appellation actuelle.

* Les moteurs CFM56 et LEAP sont produits par CFM International, société commune 50/50 entre Safran Aircraft Engines et GE.
 

 

Le saviez-vous ? À la fin de la Première Guerre Mondiale, Hispano-Suiza adopte l'emblème et la mascotte de l'escadrille du Capitaine Guynemer, la cigogne, rendant ainsi hommage à cet as de l'aviation française.

Photo dédicacé du Capitaine Guynemer
Photo dédicacée du Capitaine Guynemer pour Marc Birkigt

 

Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer