L’inventeur de la « boîte noire »

Aviateur et industriel, le colonel François Hussenot est un ingénieur français à qui l’on doit l’invention, à la fin des années 30, des premiers enregistreurs de vol. Ces fameuses « boîtes noires », produites jusqu’en 2005 par Sagem, aujourd’hui Safran Electronics & Defense.

Polytechnicien, François Hussenot commence sa carrière en 1935 comme ingénieur d'essais au Centre d'essais de matériels aériens (CEMA) de Villacoublay, puis au Centre d'Essais en Vol (CEV) de Marignane. Il se spécialise dans l'étude, la réalisation et le perfectionnement des instruments d'essais en vol. Ainsi, en 1939, il conçoit un enregistreur de données de vol à partir de photographies. Dénommé le « Hussenographe », il est considéré comme l'ancêtre des boîtes noires modernes.

F. Hussenot

Après avoir été pendant deux ans ingénieur au Centre d'essais en vol de Brétigny-sur-Orge, il fonde, en 1947, avec son associé Marcel Ramolfo, la Société de fabrication d'instruments de mesure (SFIM) à Massy (Essonne). Il fait alors breveter un nouvel enregistreur qui projette sur une pellicule des paramètres comme la vitesse, l'altitude, les vibrations, les températures, etc. Très vite, la SFIM connaît une forte croissance avec la fabrication de ces enregistreurs photographiques de vol, de « type HB » – pour « Hussenot et Beaudouin », du nom du fabricant qui aida l'ingénieur à mettre au point le système. En 1999, la SFIM est rachetée par Sagem, aujourd'hui Safran Electronics & Defense. Depuis 2010, le nouvel établissement de Massy abrite un centre de R&D, baptisé « François Hussenot » en hommage à l'inventeur.

Petite histoire

En juin 1940, craignant que les Allemands ne s'emparent de son invention, François Hussenot, en poste en Aquitaine, décide de cacher sa machine en l'enfouissant sous une dune du bassin d'Arcachon. Hélas, le précieux appareil fut perdu à jamais, englouti par le mouvement incessant du sable et du vent.

 

- Plus d'information sur Safran Electronics & Defense