: 8 min

eRider, le robot de toutes les missions

Le robot eRider de Safran est un véhicule hybride tactique léger de 2 à 4 places disposant de fonctions d'autonomie partielle ou totale, configurables et paramétrables. Véritable robot, ce 4x4 est doté de nombreux équipements. Il répond aux nouveaux besoins des forces armées, notamment dans le cadre de missions de reconnaissance.

Le robot eRider de Safran est un véhicule hybride tactique léger de 2 à 4 places disposant de fonctions d'autonomie partielle ou totale, configurables et paramétrables. Véritable robot, ce 4x4 est doté de nombreux équipements. Il répond aux nouveaux besoins des forces armées, notamment dans le cadre de missions de reconnaissance.

Une base avancée en terrain hostile

Ici, dans ce désert, le sable s’infiltre partout, la chaleur est intense le jour, l’air glacial la nuit et le sentiment d’isolement extrême. Les quelques dizaines de militaires de l’armée française présents dans ce camp appartiennent aux Forces Spéciales d’un régiment d’infanterie. Dans cette région infiltrée par des rebelles, leur rôle consiste principalement à remplir des missions de reconnaissance et à sécuriser la zone, afin que l’aide humanitaire puisse intervenir auprès des populations civiles.

Une mission de reconnaissance périlleuse...

Au poste de commandement, le capitaine Renan a rassemblé quatre de ses hommes pour un briefing en règle. Ils ont l'habitude d'intervenir dans les missions les plus délicates. La tente est plongée dans la pénombre pour permettre de projeter des photos et des plans sur un grand écran.

Le gradé s'adresse au commando :

Grâce à notre action, les rebelles ont perdu leur base arrière et contrôlent de moins en moins de terrain. Pour autant, à une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest de notre position, cette oasis pourrait servir de base de repli à des groupes qui se livrent à divers trafics en se mêlant aux civils...

Il pointe la carte avec son stylo. « C'est là que vous devrez intervenir cette nuit ! Votre mission consiste à vérifier l'existence de mouvements suspects autour de plusieurs bâtiments, principalement de véhicules comme des pickups pouvant indiquer une présence rebelle... Si ce n’est pas le cas, nous donnerons le feu vert aux ONG pour qu’elles puissent remplir leur mission d’aide humanitaire auprès des populations locales. »

...Avec un allié précieux : le robot eRider

L'officier poursuit son exposé : « Avant de préciser les termes de la mission, j'ai le plaisir de vous annoncer que vous allez l'exécuter avec le nouveau Véhicule d'Assaut Léger eRider prévu pour emporter quatre soldats et leurs équipements. »

Les soldats ne cachent pas leur contentement. Ils ont eu l'occasion de tester toutes les possibilités offertes par cet engin ultra-moderne lors d'exercices d’entraînement. En situation réelle, ce sera un véritable atout car le robot eRider répond en tout point à leurs besoins en matière de déplacement et de sécurisation lors des missions de reconnaissance. En effet, l'eRider n’est pas seulement un véhicule pilotable, c'est aussi un véhicule autonome pouvant être télécommandé, voire totalement autonome.

70 km/h
4 soldats
et leurs équipements

Renan poursuit :

Maintenant, écoutez bien mes directives. Sergent, c’est vous qui piloterez l’eRider en mode manuel en embarquant à votre bord vos trois compagnons d’armes. Vous couvrirez les 45 premiers kilomètres avec le moteur thermique de l’engin (alimenté par de l’essence ou du gazole), jusqu’au point Alpha. Compte tenu de sa vitesse maximale de 70 km/h et du terrain accidenté et instable, vous devriez mettre une petite heure pour y parvenir… Une fois arrivé, je vous recommande de passer l’eRider en mode électrique, ce qui réduira sa signature thermique (chaleur) et acoustique et permettra de ne pas attirer l’attention des rebelles pouvant se trouver dans les parages.

Une approche en toute discrétion

Le capitaine rappelle que la nuit annoncée sans lune ne favorisera pas la visibilité au cours de l'opération. Pour autant, pas question d'utiliser les phares de l'eRider. Son système intégré de vision tout temps sera parfait pour progresser jusqu'au village. « Arrivés à l’entrée du bourg, il ne sera plus question de rester dans le véhicule. Vous devrez poursuivre à pied en empruntant chacun un axe différent qui vous mènera au point Bravo situé au nord de la localité. Vous avez tous un itinéraire à suivre afin de contrôler l'activité autour de quatre bâtiments principaux. Il montre plusieurs photos sur l'écran. Une fois que vous vous serez regroupés tous ensemble à ce point précis, vous évacuerez les lieux via un itinéraire de dégagement par l'ouest.

Un soldat demande :

Mon capitaine, comment rejoint-on l'eRider dans ce cas ? Faudra-t-il revenir sur nos pas ?

L'officier lui répond :

Non, justement, pour des raisons de sécurité vous ne ferez pas demi-tour. L'eRider vous attendra directement au point Bravo, où il se rendra seul grâce à une programmation préalable, faite à partir de son dispositif de géolocalisation, de sa cartographie numérique embarquée et grâce à ses capacités propres d'évitement d'obstacles.

Réduire l'exposition des soldats

« Mais pourquoi ne pas enclencher le mode Follow-Me (suivez-moi) du robot ? demande un autre membre des forces spéciales. Il se déplacerait ainsi juste derrière nous et serait à notre disposition en cas de besoin ! »

L'officier répond : « Tout simplement parce que grâce au mode de Surveillance Acoustique et Optronique, l’eRider détectera les bruits et les mouvements suspects environnants et vous alertera à distance s'il y a un danger à votre point de rendez-vous... Sur place, si vous essuyez le feu de l’ennemi, le Viseur d'Observation de Conduite de Tir vous sera d’une aide précieuse pour riposter avec précision ! N'oubliez pas que le procédé de Reconnaissance Automatique de Cible permet aussi de visualiser la position de l’ennemi sur vos écrans individuels, ce qui vous évitera de vous exposer inutilement. »

Enfin, le capitaine leur précise qu’en cas de besoin, ils pourront toujours utiliser la fonction Homing Request (rentrer) qui permet à l'eRider de rejoindre seul le soldat qui aura activé la commande à distance.

Autonomie de
300 km

Une mission de reconnaissance optimisée

Le capitaine Renan termine son exposé en concluant : « Une fois que vous aurez tous embarqué à bord du robot, je veux un compte-rendu oral précis de la situation. Grâce à son système de communication/C2 sécurisé, il n'y a pas de risque d’interception de nos messages. Sur la route du retour, vous resterez encore un moment en mode électrique, le temps de vous éloigner discrètement de la zone, puis repasserez sur le moteur thermique après quelques kilomètres. Avec une autonomie de 300 km, vous ne risquez pas de tomber en panne ! Messieurs, est-ce que tout est clair pour vous ? ».

Les hommes acquiescent, et se mettent au garde à vous.
L'officier les salue.

Plus que quatre heures avant le départ ! Il n'y a plus de temps à perdre, il faut passer aux préparatifs...

> Crédits
© Marc Scudeletti / Safran
© bwilking / Istockphoto
© vintagerobot / Istockphoto
© myhrcat / Istockphoto
© tr3gi / Istockphoto
© Onfokus / Istockphoto
© KaninRoman / Istockphoto
© Marc Scudeletti / Safran
© zabelin / Istockphoto
© hh5800 / Istockphoto
© gorodenkoff / Istockphoto
© Ahmed_Abdel_Hamid / Istockphoto
© XavierFargas / Istockphoto
© StudioThreeDots / Istockphoto
© Marc Scudeletti / Safran
© Adrien Daste / Safran
© Adrien Daste / Safran
© zabelin / Istockphoto
© Marc Scudeletti / Safran
© IPGGutenbergUKLtd / Istockphoto
© Adrien Daste / Safran
Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer