Ces hélicoptères qui sauvent des vies

earth Helicoptère

Ces hélicoptères
qui sauvent des vies

Le pilotage d'un hélicoptère s'avère des plus délicats, surtout lorsqu'il s'agit d'effectuer un sauvetage dans des lieux d'accès difficile. Léger et puissant, le moteur Arriel accompagne efficacement ce type de missions… et contribue ainsi à sauver des vies.

Pilotes d'helicoptère
Helicptère au moteur Arriel vu de face

Des conditions de vol complexes

« Un skieur hors-piste à proximité du Kandahar ! Fracture du tibia. » Pour la troisième fois de la journée, l'alerte est donnée à la DRF Luftrettung, la garde aérienne allemande. Les conditions météo ne sont pas favorables, mais permettent quand même un sauvetage par hélicoptère : l'équipage a cinq minutes pour décoller…
Avec 1 500 heures de vol à son actif, Reinhold connaît bien les risques intrinsèques au pilotage d'un hélicoptère. Mais il sait surtout que chaque vol comporte sa part d'incertitude. A cette altitude, les conditions aérologiques et météorologiques sont instables, les vents peuvent devenir violents de façon très soudaine, les nuages ou le brouillard se former d'un coup. Sans compter les dangers liés aux oiseaux ou aux câbles aériens…

Un moteur qui sait se faire oublier

Contraint de voler sans grande visibilité, Reinhold met toute sa confiance dans son hélicoptère, un EC145 T2 motorisé par deux turbomoteurs Arriel 2E de Safran.
Helicoptère survolant la foret
Sauveteurs
L'équipage survole la zone et découvre rapidement le skieur blessé. L'intervention s'annonce délicate: l'endroit étant très boisé, il va falloir voler en stationnaire pour s'assurer qu'aucun obstacle ne gênera les pales au moment de l'atterrissage. Reinhold se concentre sur la stabilité de l'appareil.

C'est alors qu'une forte rafale de vent le déstabilise.
Heureusement, le moteur de l'hélicoptère monte rapidement en puissance pour contrer cet aléa. Le moteur Arriel 2E intègre en effet un compresseur très performant, permettant d'accélérer ou de décélérer en un temps record. Pour Reinhold, c'est un atout essentiel. Il n'a pas à vérifier la vitesse du moteur. Il doit seulement se concentrer sur la position de l'appareil.
Toutes les
15
secondes
Un hélicoptère équipé d'un moteur Arriel décole dans le monde
46
millions
d'heures de vol
depuis + de 40 ans pour le moteur Arriel
Femme montant moteur Arriel
Plus de
12 000
exemplaires d'Arriel contruits

Très puissant et très léger

Tout a été pensé sur l'Arriel 2E pour optimiser son rapport masse-puissance. Par exemple, le compresseur est en titane, alliage plus léger que l'acier. Quant à la chambre de combustion, elle est à injection centrifuge, ce qui assure une pulvérisation efficace, à faible pression, du carburant dans le moteur. Le circuit carburant ainsi simplifié est plus léger et dégage un gain de poids non négligeable.


Une sécurité renforcée

Pilotes d'hélicoptère en train de virer
Survol par l'hélicoptère de la zone
Hélicoptère doté d'un moteur Arriel
Le pilote se pose finalement sans heurt. Un quart d'heure plus tard, le skieur et les secouristes sont remontés à bord. Le médecin prend le relais.


Pour repartir, le décollage exige la même précision que l'atterrissage. Reinhold se concentre à nouveau sur sa position.
Il sait qu'il peut faire confiance à sa machine : l'Arriel 2E est équipé d'un Fadec double canal. Autrement dit, le calculateur de son système de régulation est composé de deux circuits indépendants. En cas de problème sur l'un, l'autre prend le relais. Intégrant également un OEI (One Engine Inoperative), les moteurs peuvent fonctionner en « surpuissance » pour compenser une éventuelle défaillance de l'un d'eux. Cela pendant un certain laps de temps (de 30 secondes à 30 minutes), selon la puissance requise pour se dégager. Les probabilités d'un tel incident sont de 1 / 1 000 000. Mais on ne sait jamais…

Un entretien moins coûteux

L'équipage dépose le rescapé à l'hôpital, où l'équipe médicale l'attend pour le prendre en charge.
L'hélicoptère arrive à l'hopital
Homme inspectant moteur d'hélicoptère Arriel
De retour à la base, Reinhold confie sa machine aux mécaniciens en charge de son entretien. Au-delà de ces inspections quotidiennes, les appareils passent des visites plus approfondies très régulièrement. Leurs moteurs aussi. Grâce à ses améliorations techniques, l'Arriel 2E est révisé toutes les 4 000 heures (soit tous les cinq ans), alors que son prédécesseur était révisé toutes les 2 500 heures. Ce qui réduit considérablement le coût de l'heure de vol… et renforce la bonne image de ce moteur.
Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer