REACH : première pièce en zinc-nickel

Au début de l’année, Safran a livré à Dassault Aviation un train avant de Falcon 8X traité au zinc-nickel, en lieu et place du cadmium. Une première pour le Groupe et un jalon important dans le déploiement du projet REACH au sein de Safran.

Le cadmium est l'une des substances visées par la directive européenne REACH, portant sur l'enregistrement, l'évaluation et l'autorisation des produits chimiques. Depuis 2009, Safran s'est engagé dans une démarche de substitution de ces substances. L'objectif de ce projet : trouver de nouveaux procédés pour remplacer ceux qui entrent dans le périmètre REACH, sans que les performances des produits en soient altérées. Pour trouver une solution de substitution au cadmium, utilisé notamment pour la protection contre la corrosion des pièces de trains d'atterrissage, ou encore des roues et freins, c'est sur le procédé zinc-nickel alcalin que se sont concentrés les travaux des équipes R&T de Safran Landing Systems. « Nous travaillons sur ce procédé depuis bientôt six ans, explique Fabien Pestel, responsable du projet REACH. La livraison de cette première pièce traitée sans cadmium est un vrai succès technique. Il a fallu nous assurer que le revêtement conférait aux pièces le même niveau de performance que le cadmiage. Nous avons aussi dû tenir compte des aspects liés au cycle de vie du produit, notamment la réparation du train et avons travaillé en ce sens avec les équipes chargées de la maintenance et de la réparation

Safran Landing Systems

Des clients convaincus

Si le procédé zinc-nickel a été validé par les travaux des équipes de R&T, sa mise en oeuvre a également nécessité de convaincre les clients. « Cela fait deux ans que nous informons nos clients sur les atouts et la fiabilité de notre procédé, ajoute Eric Felemez, en charge de la coordination du programme. Le procédé zinc-nickel est déjà largement utilisé dans d'autres secteurs, comme l'automobile, et suscite à ce titre la confiance de l'industrie. Mais les conditions d'utilisation de nos équipements sont particulières, et les performances de nos produits doivent rester identiques, quel que soit le procédé employé. Nos clients sont confiants quant à l'utilisation du zinc-nickel mais restent exigeants pour autoriser son introduction. Tout dernièrement, Dassault Aviation nous a fait confiance en acceptant ce procédé pour le train avant du Falcon 8X. D'autres clients, comme Sukhoï, Embraer ou Airbus Defense & Space pour l'A400M, ont également autorisé la mise en oeuvre du zinc-nickel. »

Mobilisation générale

Les centres de production et les sous-traitants sont également parties prenantes dans ce projet : « Un ambitieux plan d'investissement et de déploiement sur plusieurs années est en place pour assurer notre capacité à produire nos pièces avec ce nouveau procédé, explique Eric Felemez. Des qualifications sont en cours et vont se poursuivre dans les mois et années à venir. ».

D'ici à 2020, le cadmium devrait avoir disparu des traitements de surface utilisés pour les pièces produites par Safran. Un travail qui sera également mené sur plusieurs autres substances impactées par la réglementation.

Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer