Safran à bord du véhicule autonome

Safran et Valeo ont présenté en mars dernier le fruit de leur collaboration sur la conception de Drive4U®, un véhicule à pilotage automatique. Pierre Fabre, directeur R&T et Innovation de Safran, présente les enjeux de ce projet.

Pourquoi Safran a-t-il décidé de s'engager avec l'équipementier automobile Valeo sur ce projet de voiture autonome ?

Pierre Fabre, Directeur Groupe R&T et Innovation
Pierre Fabre, Directeur R&T et Innovation

Valeo et Safran travaillent dans des domaines technologiques très complémentaires. Champion de la photonique, Valeo fabrique des composants qui génèrent, transmettent et traitent des signaux visuels. Quant à Safran, nous sommes leader dans les systèmes de navigation et les systèmes optroniques, domaines qui associent des technologies optiques et des systèmes électroniques. Ces disciplines sont essentielles pour le développement des véhicules autonomes, capables de se déplacer sans intervention humaine. Nos deux groupes ont décidé de mettre en commun leurs forces et leurs atouts pour porter l'industrie française à la pointe de la technologie dans les domaines de l'assistance au pilotage et de la délégation de conduite. Les travaux menés en commun depuis septembre 2013 ont été concrétisés par la création d'une voiture autonome appelée « Drive4U ». Les technologies que nous avons développées pour ce véhicule pourront être déclinées à terme pour d'autres produits, comme des drones ou des véhicules terrestres de défense. Notre partenariat est d'ailleurs destiné à se développer : en effet, nous avons créé une chaire de recherche commune à laquelle participeront l'École des Mines ParisTech et le groupe automobile PSA Peugeot-Citroën.

 

Quelles compétences le Groupe mobilise-t-il pour le développement de tels véhicules ?

L'un des apports essentiels de Safran réside dans son expertise en matière de sécurité. Le véhicule autonome Drive4U est doté d'un système de reconnaissance faciale développé par Morpho (Safran), à partir des toutes dernières avancées dans le domaine de la reconnaissance d'image. Cette technologie permet d'identifier le conducteur et de vérifier qu'il est autorisé à conduire le véhicule. Elle analyse également les mouvements du visage et des yeux pour contrôler la vigilance du conducteur. Nous contribuons également au système de localisation grâce à nos centrales inertielles. Elles ont l'avantage de fournir un système de navigation autonome, qui peut fonctionner sous un tunnel, par exemple. Le but est de coupler ce système avec le GPS pour améliorer la géolocalisation. De son côté, Valeo a développé un capteur de vision, la caméra 360°Vue, dont l'application sur des véhicules militaires nous intéresse beaucoup.

Regarder la vidéo : l'expérience du Driver Monitoring par Morpho

 

Quelles sont les perspectives de développement du véhicule autonome ?

L'un des enjeux pour l'avenir est d'acquérir la confiance des utilisateurs dans ce nouveau mode de déplacement. Il faut pour cela leur garantir un niveau de sécurité optimal. D'autre part, les technologies que nous développons avec Valeo pourront s'adapter à différentes applications : pour l'aérien, nous réfléchissons par exemple à des systèmes qui permettront aux avions de repérer des obstacles sur une piste de décollage ou d'atterrissage. 

Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer