Forte progression du résultat opérationnel de Safran au premier semestre 2015

Croissance du chiffre d'affaires 
(16,6 % dont 5 % sur une base organique) 
et du résultat opérationnel ajustés (22,5 %) 
principalement portée par les services en Aéronautique

Perspective de résultat opérationnel 2015 revue à la hausse

Toutes les données chiffrées de ce communiqué de presse sont exprimées en données ajustées[1], sauf mention contraire. Les définitions des retraitements ainsi que la table de passage du compte de résultat consolidé au compte de résultat ajusté pour le premier semestre 2015 sont disponibles dans ce communiqué. Les comparaisons sont établies par rapport aux comptes 2014 retraités afin de tenir compte de l'application de l'interprétation IFRIC 21, « Taxes ». Les définitions sont disponibles dans les Notes en page 12 et suivantes de ce communiqué.

 

Chiffres clés du 1er semestre 2015

  • Le chiffre d'affaires ajusté s'établit à 8 403 M€, en hausse de 16,6 % par rapport au 1er semestre 2014. Cette hausse intègre des effets de change très positifs principalement dus à l'appréciation significative du dollar américain. Le taux de change spot EUR/USD moyen, qui était de 1,37 il y a un an, est passé à 1,12 au 1er semestre 2015. La croissance du chiffre d'affaires ajusté est de 5,0 % sur une base organique.
     
  • Le résultat opérationnel courant ajusté[2] s'élève à 1 171 M€ (13,9 % du chiffre d'affaires), en progression de 22,5 % sur un an. Compte tenu des éléments non récurrents de (4) M€, le résultat opérationnel ajusté ressort à 1 167 M€.
     
  • Le résultat net ajusté (part du Groupe) de 1 164 M€ (2,80 € par action) comprend une plus-value après impôts de 419 M€ (1,00 € par action) résultant de la cession de titres Ingenico Group. Il y a un an, le résultat net s'élevait à 616 M€ (1,48 € par action).
     
  • Le résultat net consolidé - non ajusté (part du Groupe) s'établit à (193) M€, soit (0,46) € par action. Il comprend une charge, sans incidence sur le cash flow, de (2 123) M€ avant impact des impôts différés, découlant de la variation de la juste valeur du portefeuille d'instruments dérivés de change destinés à couvrir les flux de trésorerie futurs (voir Note 1 p.12).
     
  • La dette nette s'élève à 1 499 M€ au 30 juin 2015 et la génération de cash flow libre s'établit à 96 M€. Il y a un an, le cash flow libre s'élevait à 41 M€.
     
  • Au 1er semestre 2015, les activités de services pour moteurs civils[3] ont augmenté de 27,8 % en USD, tirées par les premières révisions de moteurs CFM56 récents et de moteurs GE90, dans un contexte favorable pour les compagnies aériennes. La prévision pour 2015 est revue à la hausse avec une croissance comprise entre 16 % et 19 % (contre environ 10 % auparavant).
     
  • Les perspectives pour l'année 2015 ont été revues en raison de la forte activité des services pour moteurs civils. Safran prévoit désormais :
    • Une hausse du chiffre d'affaires ajusté toujours comprise entre 7 % et 9 %, au taux de change spot moyen estimé de 1,20 USD pour 1 €. Si le taux de change spot moyen se maintenait à 1,12 USD pour 1 € sur le reste de l'année 2015, la hausse annuelle du chiffre d'affaires serait alors supérieure à 10%.
    • Une augmentation du résultat opérationnel courant ajusté d'environ 15 % (auparavant légèrement supérieure à 10 %), au cours couvert de 1,25 USD pour 1 €.
    • Comme précédemment, le cash flow libre devrait représenter entre 35 et 45 % du résultat opérationnel courant ajusté, un élément d'incertitude demeurant l'encaissement d'acomptes et le rythme de paiement de plusieurs États clients au second semestre.

 

 

Faits marquants du 1er semestre 2015

  • Au salon du Bourget, CFM a enregistré des commandes pour 835 moteurs (dont 765 LEAP), ainsi que des contrats de services LEAP et CFM56, pour une valeur totale de 14 Mds USD (prix catalogue). Après le salon, au 30 juin 2015, le carnet de commandes totalise plus de 9 580  moteurs LEAP (commandes et intentions d'achat) et près de 4 000 moteurs CFM56.
     
  • Pour préparer la montée en cadence de sa production, Safran investit dans deux nouvelles lignes d'assemblage dédiées au LEAP à Villaroche en France. Elles auront chacune une capacité de production allant jusqu'à 500 moteurs par an et permettront d'assembler les trois versions du LEAP. Elles seront opérationnelles respectivement en janvier 2017 et début 2018. Une troisième ligne d'assemblage LEAP pourra être ajoutée ultérieurement afin d'augmenter la capacité de production.
     
  • Safran et Airbus Group ont progressé dans la mise en oeuvre de la phase 2 de la création de leur joint-venture, Airbus Safran Launchers (ASL). ASL, l'État français et le CNES sont parvenus à un accord concernant le transfert des parts détenues par le CNES dans le capital d'Arianespace. Après passage du projet par toutes les procédures réglementaires d'information-consultation et d'approbation requises, Airbus Safran Launchers deviendra actionnaire à 74 % d'Arianespace.
     
  • FADEC International (joint-venture entre Safran et BAE Systems) a été sélectionnée pour développer et produire le FADEC (Full Authority Digital Engine Controls) du moteur GE9X en partenariat avec GE Aviation via la joint-venture FADEC Alliance.
     
  • La compagnie aérienne Xiamen Airlines a choisi les roues et freins carbone de Safran pour sa flotte de Boeing 737NG. Le contrat prévoit l'équipement de 142 appareils, dont 94 en retrofit et 48 en commande.
     
  • Rolls-Royce et Safran ont signé un accord définitif en vue de créer une société commune spécialisée dans la conception, le développement, la production et le service après-vente des systèmes de transmissions de puissance (ADT) de tous les futurs moteurs d'avions civils de Rolls-Royce, dont le premier sera le Trent 7000.
     
  • Safran a signé avec l'Autorité de l'armement du Ministère de la défense égyptien un contrat pour des missiles air-sol AASM Hammer (Armement Air-Sol Modulaire). Ce contrat s'inscrit dans la continuité de l'acquisition par l'Égypte de 24 Rafale de Dassault Aviation.
     
  • Safran a signé deux importants contrats pour équiper plus de 2 000 véhicules de combat avec PASEO, un viseur de nouvelle génération.
     
  • Safran a reçu des commandes de systèmes de détection d'explosifs CTX par les Agences américaine et canadienne de sécurité dans les transports (respectivement TSA et CATSA), l'aéroport d'Heathrow (Royaume-Uni) et plusieurs aéroports au Mexique.

 

 

Paris, le 30 juillet 2015 - Le Conseil d'administration de Safran (Euronext Paris : SAF), présidé par Ross McInnes, s'est réuni à Paris le 29 juillet 2015 pour statuer sur les comptes du premier semestre 2015.

Commentaires du Directeur général

Philippe Petitcolin a déclaré :

« Safran affiche une rentabilité record au premier semestre 2015, avec un résultat opérationnel courant en hausse de près de 23 %, soit 13,9 % du chiffre d'affaires. Un résultat qui s'explique notamment par une très forte croissance des activités de services pour l'ensemble de nos moteurs civils.

L'augmentation soutenue de la demande dans le transport aérien et l'amélioration de la conjoncture économique pour bon nombre de nos clients compagnies aériennes renforce notre confiance quant à l'évolution des services pour moteurs civils. Nous avons donc relevé nos perspectives de rentabilité pour 2015.

La demande de moteurs de nouvelle génération, comme de moteurs actuels, demeure extrêmement solide, comme en témoigne notre excellente activité commerciale au salon du Bourget, illustration du grand succès remporté par nos technologies.

La direction de Safran est pleinement mobilisée avec pour priorité de tenir tous ses engagements. Je suis convaincu que Safran dispose des talents et des moyens nécessaires pour y parvenir. »

 

Resultats du premier semestre 2015

Safran affiche une forte progression de sa performance au premier semestre 2015, notamment dans les activités de propulsion.

Croissance solide du chiffre d'affaires. Au premier semestre 2015, le chiffre d'affaires de Safran s'élève à 8 403 M€, comparé à 7 208 M€ au premier semestre 2014, en hausse de 16,6 % sur un an. Cette croissance de 1 195 M€, qui intègre des effets de change positifs de 782 M€, traduit une progression des activités d'Aéronautique (propulsion et équipements), de Sécurité et de Défense.

Sur une base organique (hors impact des acquisitions, des cessions et des effets de change), le chiffre d'affaires du Groupe augmente de 358 M€, soit une hausse de 5,0 %, sous l'effet d'une dynamique soutenue notamment dans les services liés aux activités de propulsion, ainsi que dans la Sécurité.

La croissance organique a été calculée à taux de change constants et avant prise en compte des effets de variation de périmètre. Les calculs suivants ont donc été appliqués :

cp_20150730_fr_01.png

Le chiffre d'affaires a bénéficié d'un effet de change favorable de 782 M€ au 1er semestre 2015, traduisant un effet de conversion positif du chiffre d'affaires en devises étrangères pris dans son ensemble, notamment la partie de l'activité réalisée en USD naturellement couverte par des coûts en USD. Le taux de change spot USD/EUR moyen est de 1,12 USD pour 1 € au premier semestre 2015, comparé à 1,37 USD pour 1 € à la même période il y a un an. Le taux de couverture du Groupe s'est amélioré au premier semestre 2015, à 1,25 USD pour 1 € contre 1,26 USD pour 1 € à la même période il y a un an.

La marge opérationnelle courante atteint 13,9 % du chiffre d'affaires. Au premier semestre 2015, Safran affiche un résultat opérationnel courant de 1 171 M€, en hausse de 22,5 % par rapport aux 956 M€ de résultat (13,3 % du chiffre d'affaires) du premier semestre 2014. Hors effet de change positif (+45 M€), la croissance organique ressort à 170 M€, en hausse de 17,8 % par rapport au premier semestre 2014. L'impact des acquisitions, des cessions et des effets de variation du périmètre de consolidation n'est pas significatif.

La croissance du résultat opérationnel courant provient principalement des activités de services aéronautiques en propulsion, trains d'atterrissage et roues et freins. Le résultat opérationnel courant des activités de Sécurité progresse légèrement, tandis que celui des activités de Défense est en recul par rapport au premier semestre 2014.

Les éléments non récurrents représentent (4) M€ au premier semestre 2015.

cp_20150730_fr_02.png

Le résultat net ajusté (part du Groupe) de 1 164 M€ (2,80 € par action) comprend une plus value après impôts de 419 M€ résultant de la cession de titres Ingenico Group. Il y a un an, le résultat net s'élevait à 616 M€ (1,48 € par action).

Outre la croissance du résultat opérationnel, cette progression comprend :

  • Des frais financiers nets de (39) M€, dont (10) M€ de coût de la dette.
  • Une charge d'impôts de (353) M€ (taux d'imposition apparent de 31,3 %).

 

Dividendes distribués aux actionnaires

Lors de l'Assemblée générale annuelle du 23 avril 2015, les actionnaires ont approuvé un dividende de 1,20 € par action. Un acompte sur dividende (0,56 € par action) a été versé en décembre 2014 et le solde de 0,64 € par action a été payé en avril 2015.

 

Structure bilantielle et trésorerie

Les opérations ont généré 96 M€ de cash flow libre. La dette nette s'élève à 1 499 M€ au 30 juin 2015, comparée à une dette nette de 1 503 M€ au 31 décembre 2014. La génération de cash flow libre de 96 M€ résulte d'un flux de trésorerie opérationnel de 1 495 M€, déduction faite de l'augmentation de 529 M€ du besoin en fonds de roulement – afin de soutenir les cadences de production – et de la hausse des investissements corporels à 359 M€. L‘autres principale utilisation de la trésorerie du semestre correspond au paiement du solde du dividende de 267 M€ (0,64 € par action) aux actionnaires de la société mère. Le produit de cession des 3,3 millions de titres Ingenico Group s'élève à 364 M€ au premier semestre.

Safran disposait au 30 juin 2015 d'un montant de trésorerie et équivalents de trésorerie de 1,8 Md€ ainsi que de facilités de crédit confirmées et non tirées de 2,5 Mds€.

 

Investissements corporels

Les investissements corporels s'élèvent à 359 M€ au premier semestre 2015, en hausse de 60 M€ par rapport au premier semestre 2014. Cette augmentation s'explique principalement par la préparation de l'entrée en service et de la montée en cadence des nouveaux programmes.

 

Recherche et développement

Les dépenses totales de R&D (y compris celles financées par les clients) atteignent 1 021 M€.

L'effort de R&D autofinancée (avant le Crédit d'Impôt Recherche - CIR) s'établit à 681 M€, soit 8,1 % du chiffre d'affaires au premier semestre 2015, en baisse de 28 M€ par rapport au premier semestre 2014. Comme prévu, la R&D capitalisée a diminué de 112 M€ pour s'établir à 243 M€, principalement en raison de la baisse des dépenses sur les programmes LEAP et A350. De plus, les dépenses liées au programme Silvercrest sont intégralement comptabilisées en charges depuis le 1er avril 2014. Ainsi, l'impact sur le résultat opérationnel courant après CIR, amortissement et activation atteint 407 M€, en hausse de 87 M€ par rapport à l'année précédente.

 

Cession de titres Ingenico Group

Le 19 mai 2015, Safran a annoncé que Morpho, filiale détenue à 100 %, avait cédé environ 3,3 millions d'actions Ingenico Group à Bpifrance dans le cadre d'une transaction hors marché, à un prix unitaire de 109 €, générant un produit de cession de 364 M€. En outre, le Groupe a annoncé qu'il allait céder sa participation résiduelle, détenue par Safran depuis l'apport à Ingenico Group de ses actifs Sagem Monetel en 2008.

Un établissement financier a été chargé de la cession de cette participation résiduelle d'environ 2,2 millions d'actions Ingenico Group, dont la valeur pour Safran est protégée par un tunnel au travers des contrats de couverture. Safran recevra le produit de cession in fine et au plus tard en décembre 2015.

Les états financiers consolidés de Safran au 30 juin 2015 reflètent le produit en numéraire issu de la cession par bloc du 19 mai 2015 à Bpifrance. La plus-value après impôts de 419 M€ provient pour partie de cette transaction, le solde étant calculé sur la base de la juste valeur des contrats de couverture au 30 juin 2015 encadrant la cession de la participation résiduelle. La juste valeur de ces contrats est sujette à des variations, bien qu'elle soit limitée par les bornes du tunnel.

 

Structure du capital

L'État français a cédé 3,96 % du capital de Safran à des investisseurs institutionnels au terme d'un placement réalisé le 3 mars 2015 à la suite duquel sa participation s'élève à 18,0 % du capital. Le titre Safran bénéficie ainsi d'un élargissement de son flottant (68 % des actions en circulation au 30 juin 2015) et d'une amélioration de sa liquidité.

 

Perspectives

Les perspectives 2015 de Safran concernent le Groupe dans sa structure actuelle et ne tiennent notamment pas compte des effets potentiels en 2015 de la finalisation du regroupement de ses activités de lanceurs avec celles d'Airbus Group dans la joint-venture commune Airbus Safran Launchers.

Safran prévoit que la dynamique positive du premier semestre 2015 dans les activités de services pour moteurs civils se poursuivra au second semestre. Ainsi, compte-tenu de la révision de son hypothèse de croissance annuelle des services pour moteurs civils, Safran a ajusté ses perspectives de résultat.

Safran prévoit sur l'ensemble de l'exercice :

  • Une hausse du chiffre d'affaires ajusté toujours comprise entre 7 % et 9 %, au taux de change spot moyen estimé de 1,20 USD pour 1 €. Si le taux de change spot moyen se maintenait à 1,12 USD pour 1 € sur le reste de l'année 2015, la hausse du chiffre d'affaires annuelle serait alors supérieure à 10%.
  • Une augmentation du résultat opérationnel courant ajusté d'environ 15 % (auparavant légèrement supérieure à 10 %), au cours couvert de 1,25 USD pour 1 €.
  • Comme précédemment, le cash flow libre devrait représenter entre 35 et 45 % du résultat opérationnel courant ajusté, un élément d'incertitude demeurant l'encaissement d'acomptes et le rythme de paiement de plusieurs États clients au second semestre.

Ces perspectives 2015 sont basées sur les hypothèses suivantes :

  • Augmentation soutenue des livraisons de première monte en Aéronautique
  • Mise à jour : Croissance des activités de services pour les moteurs civils comprise entre 16 % et 19 % (auparavant environ 10 %)
  • Mise à jour : Réduction du niveau de R&D autofinancée de l'ordre de 100 M€ (auparavant 100 à 150 M€) par rapport à 2014, avec une baisse du niveau de R&D capitalisée notamment liée à une diminution des dépenses sur le LEAP, l'A350 et les turbines d'hélicoptères avec les progrès de développement et l'entrée en service des programmes
  • Niveau soutenu des investissements corporels, de l'ordre de 700 M€, comme requis par la transition de production et la montée en cadence
  • Croissance rentable des activités de Sécurité
  • Poursuite de la démarche Safran+ d'amélioration des coûts et de réduction des frais généraux

 

Couvertures de change 

Safran prévoit désormais que son exposition nette annuelle en USD pour la période 2015 2018 se situera entre 7,3 Mds USD et 8,0 Mds USD, en raison de la forte croissance des activités dont les ventes sont réalisées en USD. Le Groupe a tiré parti de l'appréciation du dollar américain pour couvrir l'augmentation de son exposition à un cours favorable.

  • 2015 / 2016 : L'exposition est intégralement couverte au cours de 1,25 USD.
  • 2017 : L'exposition est presque intégralement couverte avec 6,7 Mds USD couverts à un cours de 1,25 USD (incluant l'utilisation d'un portefeuille d'options à barrières désactivantes). Les accumulateurs devraient permettre à la couverture d'atteindre un total de 7,7 Mds USD, tant que le cours de change euro/dollar reste inférieur à 1,42 jusqu'à fin 2015. Le cours couvert cible reste inchangé à 1,25 USD. Les barrières désactivantes des options sont placées à différents niveaux au-dessus de 1,32 USD.
  • 2018 : Couverture de 5,4 Mds USD à un cours de 1,18 USD (utilisant principalement des ventes à terme et un portefeuille d'options à barrières désactivantes à court terme). La couverture devrait atteindre un montant total de 8,0 Mds USD à un cours couvert cible amélioré inférieur à 1,20 USD grâce aux accumulateurs, tant que le cours de change euro/dollar reste inférieur à 1,28 USD jusqu'à fin 2015. Les barrières désactivantes des options sont placées à différents niveaux entre 1,20 et 1,45 USD avec des maturités allant de 2 mois à 2 ans.

En raison de l'utilisation de stratégies optionnelles à barrières désactivantes en 2017 et 2018, la couverture pour ces exercices sera acquise progressivement entre 2015 et 2017 en fonction des conditions sur le marché des changes. Si tout ou partie des options devaient être désactivées, les stratégies optionnelles seraient adaptées aux nouvelles conditions de marché.

Les cours couverts USD/EUR restent inchangés :

  • 2015-2017 : cours couvert cible de 1,25 USD pour 1 €
  • 2018 : cours couvert cible inférieur à 1,20 USD pour 1 €

Au 16 juillet 2015, le portefeuille de couvertures fermes s'élève à 24,2 Mds USD.

 

Commentaires sur l'activité

Propulsion aéronautique et spatiale

Le chiffre d'affaires s'élève à 4 486 M€, en croissance de 19,2 % par rapport aux 3 763 M€ du premier semestre 2014. Sur une base organique, le chiffre d'affaires augmente de 8,9 %. Cette progression tient principalement aux services, dont la forte croissance organique a été renforcée par l'appréciation du dollar américain.

Le chiffre d'affaires des activités de propulsion aéronautique généré par les services croit de 30,8 % en euros et représente 54 % du chiffre d'affaires total. Les activités de services pour moteurs civils ont augmenté de 27,8 % en USD et bénéficient toujours des premières révisions des moteurs CFM56 récents et des GE90, dans un environnement favorable pour les compagnies aériennes. Les activités de services pour turbines d'hélicoptères et moteurs militaires enregistrent également une solide croissance. Le chiffre d'affaires de la propulsion spatiale et de missiles est stable, en ligne avec des livraisons prévues essentiellement au second semestre.

816 moteurs CFM56 ont été livrés au premier semestre 2015, soit une hausse de 3 % par rapport au premier semestre 2014. Les nouvelles commandes fermes et intentions d'achat de CFM56 et LEAP totalisent plus de 1 540 moteurs au premier semestre. Au 30 juin 2015, le carnet de commandes pour ces deux moteurs dépasse les 13 500 unités et compte notamment près de 9 600 moteurs LEAP. Par ailleurs, au cours du deuxième trimestre, la production de moteurs M88 pour les Rafale destinés au ministère de la Défense français a été réaffectée à des contrats export, comme prévu. Ainsi, le chiffre d'affaires précédemment comptabilisé au titre des moteurs réaffectés a été annulé et sera comptabilisé à la livraison des avions aux clients.

Le résultat opérationnel courant s'établit à 944 M€ au premier semestre 2015 (21,0 % du chiffre d'affaires), en hausse de 29,8 % par rapport aux 727 M€ enregistrés au premier semestre 2014 (19,3 % du chiffre d'affaires). Cette progression résulte d'une très forte activité des services, ainsi que d'une hausse des livraisons de moteurs CFM56. Le montant de la R&D comptabilisé en charges a augmenté par rapport à 2014, principalement en raison du programme Silvercrest, dont les dépenses ont cessé d'être capitalisées au deuxième trimestre 2014. L'appréciation du dollar et l'amélioration du taux de couverture ont eu un impact positif sur la rentabilité.

Équipements aéronautiques

Le chiffre d'affaires s'élève à 2 414 M€, en hausse de 13,0 % comparé au premier semestre 2014. Sur une base organique, le chiffre d'affaires est en léger repli de (1,2) %. Le chiffre d'affaires généré par les services augmente de 16,9 % – y compris l'effet de l'appréciation du dollar américain – et représente 28,6 % du chiffre d'affaires total.

Les livraisons de câblages et de trains d'atterrissage à Airbus pour le programme A350 s'intensifient par rapport au démarrage du programme il y a un an. Celles du programme Boeing 787 qui avaient porté la forte croissance de la première monte en 2014 ont enregistré une croissance modeste ce semestre. Le repli des livraisons d'inverseurs de poussée pour l'A330 reflètent le ralentissement annoncé de la cadence d'assemblage de l'appareil. Comme prévu, les volumes d'inverseurs de poussée pour l'A320 ont retrouvé leur niveau de 2014 dans le courant du deuxième trimestre. Au premier semestre 2015, 49 nacelles d'A380 ont été livrées, contre 57 pour la même période il y a un an.

La croissance des activités de services a été tirée par les activités de freins carbone et de trains d'atterrissage. Avec près de 7 200 appareils équipés au 30 juin 2015, Safran est le leader mondial des freins carbone pour les avions commerciaux de plus de 100 places.

Le résultat opérationnel courant s'établit à 199 M€, en hausse de 1,0 % par rapport aux 197 M€ réalisés au premier semestre 2014. La marge opérationnelle a baissé de 1 point, pour s'élever à 8,2 %. Des tendances défavorables en première monte, principalement liées à la maturité des programmes et à une pression sur les prix, pèsent temporairement sur les marges. Des mesures fortes de réduction de coûts et d'amélioration de productivité ont été mises en place pour limiter ces impacts et améliorer la marge. La très bonne performance des activités de services pour les trains d'atterrissage et les freins carbone, grâce à une base installée croissante et à l'augmentation continue du trafic aérien, n'a été que partiellement atténuée par la performance contrastée dans les services pour nacelles. 

Défense

Le chiffre d'affaires des activités de Défense s'établit à 616 M€, en hausse de 5,5 % par rapport au premier semestre 2014 (en repli de (1,7) % sur une base organique).

Le chiffre d'affaires s'est bien maintenu, l'impact négatif de la fin programmée des livraisons d'équipements FELIN à l'armée française sur l'activité d'optronique ayant été compensé par une forte augmentation des livraisons des viseurs pour les véhicules de combat et les applications marines. Le chiffre d'affaires de l'activité avionique est en léger repli car la diminution des volumes de centrales de navigation inertielle n'a pas été entièrement compensée par la croissance dans d'autres domaines, tels que les autodirecteurs infrarouge.

Le résultat opérationnel courant s'établit à 15 M€ (2,4 % du chiffre d'affaires), en baisse de (28) M€ par rapport aux 43 M€ réalisés au premier semestre 2014 (7,4 % du chiffre d'affaires), notamment en raison d'un niveau volontairement soutenu de R&D afin de maintenir l'avance technologique dans un contexte de fin des livraisons des équipements FELIN. En outre, un mix produit défavorable a temporairement mis les marges sous pression. La perspective de stabilité de l'activité Défense pour l'exercice demeure inchangée grâce à un carnet de commandes bien rempli à la suite du fort niveau de commandes enregistrées sur les 18 derniers mois.

Sécurité

Le chiffre d'affaires du premier semestre 2015 s'élève à 885 M€, en hausse de 22,6 % par rapport aux 722 M€ enregistrés au premier semestre 2014. Sur une base organique, le chiffre d'affaires progresse de 7,9 %.

Les activités Identité et Sécurité ont enregistré une croissance organique à deux chiffres, tirée par la demande des clients du secteur public en Europe (France, Pays-Bas, Albanie) et sur le continent américain (contrats avec le gouvernement fédéral américain, Chili) ; cette croissance a toutefois été partiellement atténuée par le recul de la région Afrique et Moyen-Orient. Les volumes de cartes à puce ont connu un fort redressement et le chiffre d'affaires a progressé, notamment grâce aux clients du secteur bancaire et des télécommunications. Comme prévu, les livraisons de systèmes de détection d'explosifs ont partiellement rattrapé au deuxième trimestre le repli constaté au premier trimestre, principalement dû à des retards dans la construction des aéroports.

Le résultat opérationnel courant progresse de 3,1 % à 66 M€ (7,5 % du chiffre d'affaires), par rapport aux 64 M€ réalisés au premier semestre 2014 (8,9 % du chiffre d'affaires). Cette augmentation résulte de la contribution accrue des contrats d'identité gouvernementaux et AFIS, notamment en Europe et en Amérique, ainsi que de l'effet positif des mesures de réductions de coûts dans l'activité cartes à puce.

 

Calendrier

  • Chiffre d'affaires T3 2015  : 22 octobre 2015

 

* * * * *

Safran organise aujourd'hui à 8h30, heure de Paris, une conférence téléphonique pour les analystes financiers, les investisseurs et les médias. Pour participer, composer le 01 70 77 09 39 depuis la France, le +44 203 367 9456 depuis le Royaume-Uni, ou le +1 866 907 5923 depuis les États-Unis. Une ré-écoute sera disponible au 01 72 00 15 00, au +44 203 367 9460 et au +1 877 642 3018 (code d'accès 295110 #).

Le communiqué de presse, la présentation et les états financiers consolidés sont disponibles sur le site Internet à l'adresse www.safran-group.com.
 

* * * * *

 

CHIFFRES CLÉS

Les comptes du premier semestre 2014 ont été retraités afin de refléter les modifications découlant de l'adoption de l'interprétation IFRIC 21 à compter de l'exercice ouvert au 1er janvier 2015.

cp_20150730_fr_03.png
cp_20150730_fr_04.png

 

Notes

[1] Données ajustées

Pour refléter les performances économiques réelles du Groupe et permettre leur suivi et leur comparabilité avec celles de ses concurrents, Safran établit, en parallèle de ses comptes consolidés, un compte de résultat ajusté.

Ce dernier est ajusté des incidences :

  • de l'allocation du prix d'acquisition réalisée dans le cadre des regroupements d'entreprises. Ce retraitement concerne depuis 2005 les dotations aux amortissements des actifs incorporels liés aux programmes aéronautiques, réévalués lors de la fusion Sagem/Snecma. À compter de la publication des comptes semestriels 2010, le Groupe a décidé de retraiter les effets des écritures relatives à l'allocation du prix d'acquisition des regroupements d'entreprises, notamment les dotations aux amortissements des actifs incorporels, reconnus lors de l'acquisition, avec des durées d'amortissement longues, justifiées par la durée des cycles économiques des activités dans lesquelles opère le Groupe, ainsi que le produit de réévaluation d'une participation antérieurement détenue dans une activité en cas d'acquisition par étapes ou d'apport à une co-entreprise.
  • de la valorisation des instruments dérivés de change, afin de rétablir la substance économique réelle de la stratégie globale de couverture du risque de change du Groupe :
    • ainsi, le chiffre d'affaires net des achats en devises est valorisé au cours de change effectivement obtenu sur la période, intégrant le coût de mise en oeuvre de la stratégie de couverture, et
    • la totalité des variations de juste valeur des instruments dérivés de change afférentes aux flux des périodes futures est neutralisée.

Les variations d'impôts différés résultant de ces éléments sont aussi ajustées.

Table de passage du compte de résultat consolidé au compte de résultat ajusté pour le premier semestre 2015 :

cp_20150730_fr_05.png

Il est rappelé que seuls les états financiers consolidés font l'objet d'un examen limité par les commissaires aux comptes, y compris les agrégats « chiffre d'affaires » et « résultat opérationnel » fournis en données ajustées dans la note 5 « Information sectorielle » des comptes consolidés semestriels.

Les données financières ajustées, autres que celles fournies dans la note 5 « Information sectorielle » des états financiers consolidés, font l'objet de travaux de vérification au titre de la lecture d'ensemble des informations données dans le rapport financier semestriel.
 

[2] Résultat opérationnel courant

Afin de mieux refléter les performances opérationnelles récurrentes, ce sous-total nommé « résultat opérationnel courant » exclut les éléments (charges et produits) qui ont peu de valeur prédictive du fait de leur nature, fréquence et/ou importance relative (pertes/reprises de pertes de valeur, plus et moins value de cessions d'activités, produits de réévaluation de participations antérieurement détenues dans des activités dont le Groupe prend le contrôle et autres éléments inhabituels et/ou significatifs).

 

[3] Activités de services pour moteurs civils (agrégat exprimé en USD)

Cet agrégat extracomptable (non audité) comprend le chiffre d'affaires des pièces de rechange et des contrats de prestations de service (maintenance, réparation et révision) pour l'ensemble des moteurs civils de Snecma et de ses filiales, et reflète les performances du Groupe dans les activités de services pour moteurs civils comparativement au marché.

 

[4] IFRIC 21, « Taxes »

IFRIC 21, « Taxes », est une interprétation qui porte sur la date de comptabilisation d'un passif au titre d'une taxe (autre que l'impôt sur le revenu). Elle précise que la comptabilisation du passif correspond au fait générateur qui rend la taxe exigible, tel que prévu par la législation.
Compte tenu de ce changement de méthode comptable, l'obligation de payer certaines taxes (en particulier en France et aux États-Unis) court à compter du 1er janvier, et doit donc être comptabilisée comme un passif à cette date. Auparavant, la comptabilisation du passif et de la charge correspondante s'étalait sur un exercice.
Le Groupe applique cette interprétation aux exercices ouverts à compter du 1er janvier 2015.
Le compte de résultat du premier semestre 2014 ainsi que le bilan de l'exercice 2014 ont donc été retraités à des fins de comparaison. Les informations financières retraitées sont téléchargeables sur le site de Safran : www.safran-group.com
En revanche, l'application d'IFRIC 21 n'a eu aucun impact sur le compte de résultat de l'exercice 2014.

Contactez-nous
Contact Presse
Contact Analystes et Investisseurs
Safran
  • 2, bd du Général Martial Valin
    75724 Paris Cedex 15 - France
Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer