L’usine américaine de Messier-Bugatti-Dowty produit son millionième disque carbone

Walton, Kentucky, Etats-Unis, le 16 juin 2015

 

c.joubert_p._garnier_r._koehnke-walton_one_millionth_celebration_6-1-1.jpg

L'usine de production de freins carbone de Messier-Bugatti-Dowty (Safran) située à Walton (Kentucky, Etats-Unis) a produit, début juin, son millionième disque carbone.

Ouverte en 1999 près de l'aéroport de Cincinnati (Ohio) pour être au plus près des clients nord-américains de Messier-Bugatti-Dowty, l'usine de Walton n'a cessé de s'agrandir d'année en année pour soutenir sa cadence de production. Le site, qui emploie 270 personnes, est composé de deux entités. La première fabrique et rénove les disques carbone qui constituent les puits de chaleur des freins d'avions. La seconde assemble et produit les roues et freins qui sont ensuite livrés pour équiper les avions. L'usine de Walton compte parmi ses clients un grand nombre de compagnies aériennes nord-américaines (Delta, Spirit Airlines, Air Canada…), sur de nombreux programmes commerciaux et militaires (Boeing 787, Boeing 737, Boeing 767, Boeing 777, familles A320, A330-340…)

 « C'est un jalon important que vient de franchir le site de Walton, indique Olivier Le Merrer, directeur de la division roues et freins de Messier-Bugatti-Dowty. Ce millionième disque carbone symbolise l'essor de notre activité sur le marché nord-américain, où de plus en plus de compagnies aériennes font confiance à la performance et à la fiabilité de nos freins carbone. »

Introduits sur les avions en 1986 par Messier-Bugatti-Dowty, les freins carbone constituent aujourd'hui la meilleure technologie pour le freinage aéronautique de haute performance, qui exige l'absorption d'une quantité d'énergie considérable. Les avantages du frein carbone sont reconnus et plébiscités par les compagnies aériennes. Sa capacité d'absorption est de deux à trois fois supérieure à celle du frein acier, ce qui permet de réaliser des économies de matière et des gains de masse. Un atout technologique qui se traduit par un bénéfice écologique (réduction de consommation de carburant et d'émissions de CO2) et opérationnel, puisque l'endurance bien supérieure du frein carbone conduit à diviser les frais de maintenance par trois.

« La production du millionième disque carbone à Walton s'inscrit dans un contexte particulier pour Messier-Bugatti-Dowty : après avoir inauguré notre nouveau site de production de freins carbone en Malaisie en janvier dernier, nous venons de célébrer les 30 ans du site de Villeurbanne (France), spécialisé lui aussi dans les freins carbone et qui s'est doté pour l'occasion de nouveaux moyens d'essais. Une année 2015, donc, placée sous le signe de l'innovation et du développement de notre activité carbone », conclut Olivier Le Merrer.

Contactez-nous
Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer