Safran affiche des performances record en 2014

  •  Croissance de 6,9 % du chiffre d'affaires ajusté à 15 355 M€
  • Résultat opérationnel courant ajusté en augmentation de 17,4 % à 2 089 M€, soit 13,6 % du chiffre d'affaires
  • Progression du résultat net ajusté (part du Groupe) de 4,6 % à 1 248 M€
  • 2015 devrait être une nouvelle année de croissance de la rentabilité

Toutes les données chiffrées de ce communiqué de presse sont exprimées en données ajustées[1], sauf mention contraire. Les définitions des retraitements ainsi que la table de passage du compte de résultat consolidé au compte de résultat ajusté pour 2014 sont disponibles dans les Notes en page 14 et suivantes de ce communiqué. Les comptes 2013 ont été retraités afin de refléter les modifications découlant de l'application de la norme IFRS 11 « Partenariats ». Des informations détaillées sont disponibles en annexe.

 

Chiffres clés 2014

  • Le chiffre d'affaires ajusté de l'exercice 2014 s'établit à 15 355 M€, en hausse de 6,9 % (5,8 % sur une base organique).
     
  • Le résultat opérationnel courant ajusté[2] s'élève à 2 089 M€ (13,6 % du chiffre d'affaires), représentant une progression de 17,4 %. Compte tenu des éléments non récurrents de (107) M€, le résultat opérationnel ajusté ressort à 1 982 M€.
     
  • Le résultat net ajusté (part du Groupe) est de 1 248 M€ (3,00 € par action), comparé à un résultat net ajusté (part du Groupe) en 2013 de 1 193 M€ qui comprenait une plus-value de 131 M€ résultant de la cession de titres Ingenico.
     
  • Le résultat net consolidé - non ajusté (part du Groupe) s'établit à (126) M€. Il comprend une charge, sans incidence sur la trésorerie, de (1 922) M€ avant impact des impôts différés, découlant de la variation défavorable de la juste valeur du portefeuille de dérivés de change destinés à couvrir les flux de trésorerie futurs (voir note 1 p.14).
     
  • La dette nette s'élève à 1 503 M€ au 31 décembre 2014 et la génération de cash flow libre s'établit à 740 M€ (35 % du résultat opérationnel courant ajusté).
     
  • En 2014, les activités de services pour moteurs civils[3] ont augmenté de 11,3 % en USD, tirées par les premières révisions des moteurs CFM56 récents et de GE90.
     
  • Le paiement d'un dividende de 1,20 € par action (+7,1 %) sera soumis à l'approbation des actionnaires lors de l'Assemblée générale du 23 avril 2015 (un acompte sur dividende de 0,56 € par action a déjà été versé en décembre 2014).
     
  • Perspectives 2015 : Safran prévoit une hausse de son chiffre d'affaires ajusté comprise entre 7 et 9 %. Le résultat opérationnel courant ajusté devrait progresser à nouveau de manière significative avec une croissance légèrement supérieure à 10 % par rapport à l'exercice 2014. Le cash flow libre devrait représenter entre 35 et 45 % du résultat opérationnel courant ajusté, un élément d'incertitude demeurant l'encaissement d'acomptes et le rythme de paiement de plusieurs États clients.

 

Faits marquants recents

  • Moteurs CFM56 et LEAP : le carnet de commandes total de CFM International (CFMI) représente près de 13 000 moteurs (commandes fermes et intentions d'achat). En 2014, 1 527 nouvelles commandes et intentions d'achat de moteurs CFM56 ont été enregistrées, portant le carnet de commandes à plus de 4 500 unités. Avec 2 717 nouvelles commandes, le carnet de commandes de moteurs LEAP s'élève à près de 8 500 unités. CFMI établit cette année un nouveau record de production avec la livraison de 1 560 moteurs CFM56 (contre 1 502 en 2013).
     
  • Dynamique soutenue des activités de services pour moteurs civils : en 2014, les activités de services, qui comprennent la vente de pièces de rechange ainsi que les activités de maintenance, réparation et révision pour moteurs civils, ont augmenté de 11,3 % en USD. Cette forte croissance est notamment tirée par les premières révisions des moteurs CFM56 récents et des moteurs GE90. Dans un contexte d'amélioration de la situation financière des compagnies aériennes, le rattrapage de la maintenance précédemment différée a également contribué à cette progression.
     
  • La joint-venture d'Airbus Group et Safran, nommée Airbus Safran Launchers, est entrée en phase opérationnelle avec un effectif initial de 450 personnes. Dans un second temps, toutes les activités de lanceurs d'Airbus Group et de Safran devraient être intégrées à cette joint-venture.
     
  • Boeing a choisi Aircelle (Safran) pour la fabrication des tuyères de son nouveau long courrier 777X. Safran avait déjà annoncé sa participation au programme GE9X de GE, le moteur qui équipera le 777X.
     
  • Safran a inauguré une nouvelle usine en Malaisie, spécialisée dans la production et la rénovation des systèmes de freins carbone destinés aux avions commerciaux, notamment les Boeing 737 et Airbus A320. Cette usine vient renforcer la capacité de production dans la région Asie-Pacifique où la demande est en forte croissance.
     
  • Safran a été choisi pour fournir plusieurs dizaines de caméras thermiques MATIS SP destinées aux postes de tir surface-air Simbad Remote Control. Ces caméras seront livrées à partir du premier trimestre 2015.
     
  • Avec son partenaire égyptien AOI, Safran a signé un contrat exclusif sur 10 ans pour la deuxième phase du projet de carte nationale d'identité électronique d'Egypte. Le Groupe avait déjà remporté la première phase en 2012. Ces nouvelles cartes d'identité seront parmi les plus modernes et sécurisées au monde grâce à leur carte à puce permettant de multiples applications. Dotées des dernières fonctions de sécurisation, ces cartes apporteront de nombreux services, notamment gouvernementaux, aux citoyens égyptiens.
     
  • Safran a conclu des contrats pour la fourniture à la République slovaque de cartes d'identité électroniques et de permis de conduire sécurisés. Safran devient ainsi le fournisseur exclusif de l'ensemble des documents d'identité officiels slovaques.
     
  • Safran a signé un important contrat de contrôle aux frontières multi-biométrique avec le Ministère de l'intérieur des Émirats arabes unis. Ce projet comprend le déploiement d'un système multi-biométrique complet, incluant 96 e-Gates (portes automatiques de passage des frontières) et 94 e-Counters (comptoirs électroniques d'immigration) dans cinq grands aéroports des Émirats arabes unis. L'Aéroport International d'Abou Dhabi sera le premier équipé au printemps 2015.

 

Paris, le 25 février 2015 - Le Conseil d'administration de Safran (Euronext Paris : SAF) s'est réuni à Paris le 24 février 2015 pour statuer sur les comptes de l'exercice 2014.

Commentaires du Président-directeur général

Jean-Paul Herteman a déclaré :

« Safran a de nouveau fortement progressé en 2014. Le carnet de commandes atteint un niveau record, le chiffre d'affaires affiche une croissance de 7 % et la rentabilité a progressé de 17 % grâce à des cadences de production jamais atteintes dans de nombreux domaines. Le cash flow libre est en hausse, alors que nous avons mobilisé des ressources sans précédent pour relever les défis opérationnels associés à nos succès commerciaux et préparé activement notre avenir à moyen et à long terme.

Les investissements des dernières années de Safran ont porté leurs fruits : cette année, nous avons enregistré de nombreux succès majeurs sur des programmes prestigieux pour nos turbines d'hélicoptères, nos technologies pour moteurs d'avions civils et nos nacelles.

Alors que le programme CFM56 tourne à plein régime, avec un carnet de commandes qui totalise 4 500 moteurs et une activité de pièces de rechange en forte croissance, son successeur – le LEAP – remporte déjà un extraordinaire succès commercial. Les commandes de moteurs LEAP s'élèvent actuellement à près de 8 500 unités, ce qui représente une part de marché supérieure à 70 % sur les futurs avions moyen-courriers. Compte tenu de l'avancement de son développement et de sa campagne d'essais, nous sommes convaincus que nous répondrons, voire dépasserons, les attentes des clients qui ont fait confiance à CFM.

Dans la Défense, bien que l'environnement reste soumis à de fortes contraintes, nous avons continué d'investir afin de conserver notre leadership technologique. La Sécurité a enregistré une croissance rentable grâce à une nouvelle organisation centrée sur le client et des mesures de réduction des coûts.

Nous avons initié le regroupement de nos activités de lanceurs avec celles d'Airbus afin de poursuivre l'incontestable succès du programme Ariane, tout en continuant de garantir à l'Europe un accès indépendant à l'espace.

Depuis 2009, notre résultat opérationnel courant ajusté a triplé, et l'année 2014 témoigne une nouvelle fois de la solidité de Safran et de ses fondamentaux. Nous sommes donc particulièrement confiants quant à la croissance de nos résultats en 2015, qui sera principalement portée par la demande soutenue en nouveaux appareils pour l'aviation commerciale et par la maturité croissante de notre base installée de moteurs d'avions civils. »

 

Résultats 2014

Safran affiche en 2014 une forte progression de sa performance, tant sur le plan commercial qu'opérationnel.

Carnet de commandes record. Les commandes enregistrées en 2014 s'élèvent à 23 Mds€, preuve de la forte dynamique du marché. Le carnet de commandes atteint 64 Mds€, comparé à 55 Mds€ l'année dernière. Il s'entend, pour les moteurs CFM56, hors activité future liée aux pièces de rechange et aux services (lorsqu'ils sont fournis sur la base de contrats de pièces et main-d'oeuvre), une activité génératrice d'un chiffre d'affaires et d'une marge très significatifs pour les prochaines décennies.

Forte croissance du chiffre d'affaires. En 2014, Safran réalise un chiffre d'affaires de 15 355 M€, contre 14 363 M€ en 2013, représentant une hausse de 6,9 % sur un an (+992 M€). Sur une base organique (hors impact des acquisitions, des cessions et des effets de change), le chiffre d'affaires du Groupe augmente de 835 M€, soit une hausse de 5,8 %, sous l'effet d'une dynamique soutenue dans la plupart des activités d'Aéronautique (première monte et services). Les activités d'identification dans le domaine de la Sécurité et les activités d'avionique ont également contribué à cette performance.

La croissance organique a été calculée à taux de change constants et après prise en compte des effets de modification de périmètre. Les calculs suivants ont donc été appliqués :

cp_20150225_fr_01.png

Le chiffre d'affaires a bénéficié d'un effet de change favorable de 59 M€ en 2014. L'effet de transaction positif, résultant d'une amélioration du cours couvert du Groupe (1,26 USD pour 1 € en 2014 contre 1,28 USD pour 1 € en 2013), a compensé l'effet légèrement négatif de conversion des ventes réalisées en devises étrangères, notamment en dollar canadien et en peso chilien. Le taux de change spot moyen du Groupe est de 1,33 USD pour 1 € en 2014, et reste stable par rapport à la même période il y a un an.

La marge opérationnelle courante progresse de 1,2 point et ressort à 13,6 % du chiffre d'affaires. En 2014, Safran affiche un résultat opérationnel courant de 2 089 M€ (13,6 % du chiffre d'affaires), en hausse de 309 M€ ou 17,4 % par rapport aux 1 780 M€ enregistrés en 2013 (12,4 % du chiffre d'affaires). Après prise en compte de l'effet de transaction positif (100 M€) et de l'impact des acquisitions, des activités nouvellement consolidées et des cessions (9 M€), la croissance organique ressort à 200 M€, en hausse de 11,2 % par rapport à 2013.

Cette progression est principalement réalisée grâce aux activités de Propulsion et Equipements aéronautiques (croissance solide de la première monte et dynamique positive dans les services pour moteurs civils) et à un retour de la croissance dans les activités de Sécurité.

Les éléments non récurrents représentent (107) M€ en 2014. Ils comprennent des dépréciations sur les frais de développement capitalisés à la suite de la décision de Bombardier de suspendre le programme Learjet 85, des charges comptabilisées dans les activités de Sécurité et de propulsion (Turbomeca) afin d'adapter l'outil industriel aux défis opérationnels, ainsi que des coûts d'acquisition et d'intégration.

cp_20150225_fr_02.png

Le résultat net ajusté (part du Groupe) est de 1 248 M€ (3,00 € par action), comparé à un résultat net ajusté (part du Groupe) de 1 193 M€ en 2013 (2,87 € par action) qui comprenait une plus-value de 131 M€ résultant de la cession de titres Ingenico. Outre la croissance du résultat opérationnel courant, cette progression comprend :

  • Des frais financiers nets de (165) M€, dont (42) M€ de coût de la dette.
  • Une charge d'impôts de (522) M€. La baisse du taux effectif (à 28,7 %) résulte principalement d'une réduction de la base imposable de Techspace Aero après la prise en compte de la déductibilité de revenus de brevets pour 2013 et 2014.

La table de passage du compte de résultat consolidé au compte de résultat ajusté de l'exercice 2014 est présentée et commentée dans les Notes à la page 14.

 

Trésorerie et structure bilantielle 

Les opérations ont généré 740 M€ de cash flow libre (35 % du résultat opérationnel courant), soit 41 M€ de plus qu'en 2013. La génération de cash flow libre résulte d'un flux de trésorerie opérationnel qui s'élève à 2 468 M€, déduction faite d'un accroissement de 111 M€ du besoin en fonds de roulement (progression modérée compte tenu des augmentations de volumes en Aéronautique), de la hausse des dépenses de R&D et des investissements industriels pour préparer la croissance future. La maîtrise du besoin en fonds de roulement a bien progressé au second semestre malgré un retard de paiement de l'Etat français s'élevant à 186 M€ à fin 2014.

Les principales sorties de trésorerie de l'exercice comprennent le paiement du solde de dividende (0,64 € par action) au titre de l'année 2013 et d'un acompte sur dividende (0,56 € par action) au titre de l'année 2014 pour un total de 500 M€, ainsi que les acquisitions (principalement 197 M€ pour les activités de distribution électrique et de solutions intégrées pour cockpit d'Eaton).

Safran disposait au 31 décembre 2014 d'un montant de trésorerie et équivalents de trésorerie de 1,63 Md€ ainsi que de facilités de crédit confirmées et non tirées de 2,55 Mds€.

La dette nette s'élève à 1 503 M€ au 31 décembre 2014, comparée à une dette nette de 1 220 M€ au 31 décembre 2013. 

 

Structure du capital

À la suite des placements effectués par l'État français en 2013, 3,6 millions d'actions détenues par l'État français ont été proposées aux salariés de Safran par le biais d'une offre de souscription spécifique qui a pris fin le 3 octobre 2014. Au total, 26 % des salariés (soit 16 000 personnes) ont souscrit environ 1,7 million d'actions. Au 31 décembre 2014, la participation de l'État français s'élevait à 22,0 % du capital de Safran, comparé à 22,4 % à fin 2013.

 

Proposition de dividende

Lors de l'Assemblée générale du 23 avril 2015, un dividende de 1,20 € par action (en augmentation de 7,1 % par rapport à l'exercice 2013) sera soumis à l'approbation des actionnaires. Conformément à la pratique du Groupe, les dividendes distribués représentent environ 40 % du résultat net ajusté du Groupe. Un acompte sur dividende (0,56 € par action) a été versé en décembre 2014 et le solde à payer en 2015 s'élèverait donc à 0,64 € par action (environ 267 M€). Ce solde serait versé à partir du 29 avril 2015 (avec une date de détachement du coupon le 27 avril 2015).

 

Salariés

Plus de 8 200 recrutements ont été réalisés en 2014 (dont plus de 2 800 en France). Les effectifs du Groupe s'élèvent à 68 945 collaborateurs à fin 2014, ce qui représente une augmentation nette de plus de 2 600 personnes au cours de l'année, dont plus de 1 200 en France. Safran continuera à recruter en 2015, à un rythme toutefois moins soutenu qu'en 2014, pour assurer le renouvellement des générations et faire face à l'augmentation de l'activité.

En 2014, la charge totale pour le Groupe des accords de participation et d'intéressement, y compris le forfait social, s'élève à 430 M€, en hausse de 26 % par rapport à l'année passée.

 

Recherche et développement

Les dépenses totales de R&D (y compris celles financées par les clients) atteignent 2 Mds€ en 2014.

L'effort de R&D autofinancée (avant le Crédit d'Impôt Recherche - CIR) s'établit à 1 464 M€, soit 9,5 % du chiffre d'affaires en 2014, en hausse de 175 M€ par rapport au chiffre d'affaires 2013 retraité selon IFRS 11. Cette augmentation reflète notamment l'intensification programmée des développements et des essais du moteur LEAP. L'impact sur le résultat opérationnel courant après CIR, amortissement et activation atteint 747 M€, en augmentation de 211 M€ par rapport à l'année dernière, et tient notamment compte des dépenses de R&D pour le moteur Silvercrest, intégralement comptabilisées en charges depuis le 1er avril 2014.

 

Investissements corporels

Les investissements corporels, y compris encaissements sur cession d'immobilisations, s'élèvent à 674 M€, comparé à  489 M€ en 2013. Cette augmentation est principalement due à la préparation de la transition vers le programme LEAP, ainsi qu'aux investissements réalisés pour la mise en production de nouvelles technologies (notamment à Rochester et Commercy) et à l'augmentation des capacités de production (notamment celle de carbone en Malaisie pour les systèmes de freins). Elle traduit également la hausse du niveau de production requis pour les moteurs CFM56 et LEAP, comme déjà annoncé.

 

Airbus Safran Launchers entre en phase opérationnelle

La phase initiale d'intégration des activités de lanceurs spatiaux de Safran et d'Airbus Group s'est achevée. La nouvelle joint-venture Airbus Safran Launchers est désormais opérationnelle, avec un effectif initial de 450 personnes auparavant employées par Airbus Defence and Space, Herakles et Snecma. Airbus Group et Safran ont également apporté leurs contrats et leurs participations dans le domaine des lanceurs commerciaux. Airbus Safran Launchers se concentrera principalement sur le développement du nouveau lanceur Ariane 6, tout en continuant à produire les lanceurs Ariane 5.

L'apport de Safran concernera ses activités et actifs liés à la propulsion spatiale pour applications civiles et militaires, à l'exception des activités de propulsion électrique pour satellite et ses activités annexes, qui ont généré un chiffre d'affaires d'environ 0,8 Md€ en 2013 et une marge opérationnelle courante en ligne avec celle du Groupe. En outre, afin d'atteindre une participation de 50 % dans Airbus Safran Launchers, Safran devrait procéder à une compensation économique de 800 M€ à Airbus Group. Safran estime1 que cette compensation économique représente environ 9x l'EBITA2 additionnel3 en 2014 ou environ 6x à 7x l'EBITA additionnel en 2016 à endettement et trésorerie nuls.

Les parties doivent encore finaliser les principales conditions de mise en oeuvre de la seconde phase qui comprennent des ajustements habituels ayant trait notamment au niveau du fonds de roulement ainsi qu'à la nature et la date de versement de la compensation. L'impact sur les comptes de Safran dépendra, entre autres, de la structure juridique et financière d'Airbus Safran Launchers.

Les accords définitifs relatifs à la seconde phase seront conclus après consultation des instances de représentation des salariés concernées, et la finalisation s'effectuera sous réserve des autorisations et formalités habituelles.

Safran et Airbus communiqueront selon les besoins dans les prochains mois. 

1 Cette estimation (non auditée), faite par Safran en février 2015, est basée sur une projection de la combinaison des activités, hors coûts d'intégration et sous réserve de l'obtention de certaines synergies de coûts.
2 EBITA : résultat opérationnel courant avant intérêts, impôts et amortissements d'actifs incorporels résultants de la création de la joint-venture.
3 Dans l'hypothèse d'une participation de 50% dans Airbus Safran Launchers, l'EBITA « additionnel » est la différence entre la moitié de l'EBITA estimé d'Airbus Safran Launchers et l'EBITA estimé des activités contribuées par Safran dans leur périmètre actuel. 

 

Assemblée générale du 23 avril 2015

Le Conseil d'administration de Safran a examiné les résolutions qui seront soumises à l'Assemblée générale du 23 avril 2015, et notamment les propositions suivantes :

  • versement d'un dividende en numéraire de 1,20 € par action ;
  • modification des statuts pour réduire la durée des nouveaux mandats d'administrateur à quatre ans (actuellement fixée à cinq ans) ;
  • nomination de Ross McInnes et de Philippe Petitcolin au Conseil d'administration de Safran, à la suite du communiqué de presse publié par Safran le 5 décembre 2014 ;
  • nomination de Patrick Gandil et Vincent Imbert, conformément à la mise en oeuvre de l'ordonnance 2014-948 relative à la gouvernance et aux opérations sur le capital des sociétés à participation publique ;
  • renouvellement des autorisations financières pour 26 mois ;
  • restrictions portant sur l'utilisation desdites autorisations financières par le Conseil d'administration.

 

Perspectives 2015

Les perspectives 2015 de Safran concernent le Groupe dans sa structure actuelle et ne tiennent notamment pas compte des effets potentiels en 2015 de la finalisation du regroupement de ses activités de lanceurs avec celles d'Airbus Group dans la joint-venture commune Airbus Safran Launchers.

Safran prévoit sur l'ensemble de l'exercice :

  • une hausse du chiffre d'affaires ajusté comprise entre 7 % et 9 % par rapport à 2014, au cours de change moyen estimé de 1,20 USD pour 1 € 
  • une augmentation du résultat opérationnel courant ajusté légèrement supérieure à 10 % par rapport au résultat opérationnel courant 2014 (au cours couvert de 1,25 USD pour 1 €). La politique de couverture isole le résultat opérationnel courant ajusté des fluctuations actuelles du cours EUR/USD, sauf pour la partie des activités localisée aux États-Unis exposée à l'effet de conversion en euro de leur résultat réalisé en USD 
  • un cash flow libre représentant entre 35 et 45 % du résultat opérationnel courant ajusté, un élément d'incertitude demeurant l'encaissement d'acomptes et le rythme de paiement de plusieurs États clients

Ces perspectives 2015 sont basées sur les hypothèses suivantes :

  • Augmentation soutenue des livraisons de première monte en Aéronautique
  • Croissance des activités de services pour les moteurs civils d'environ 10 %
  • Réduction du niveau de R&D autofinancée de l'ordre de 100 à 150 M€ par rapport à 2014, avec une baisse du niveau de R&D capitalisée : baisse des dépenses sur le LEAP, l'A350 et les turbines d'hélicoptères, avec l'approche de la certification et de l'entrée en service
  • Niveau soutenu d'investissements corporels de l'ordre de 700 M€, comme requis par la transition de production et la montée en cadence
  • Croissance rentable des activités de Sécurité
  • Poursuite de la démarche Safran+ d'amélioration des coûts et de réduction des frais généraux

 

Couvertures de change

Safran prévoit désormais que son exposition nette annuelle en USD pour la période 20152018 se situera entre 7,3 Mds USD et 8,0 Mds USD, en raison de la forte croissance des activités dont les ventes sont réalisées en USD. Le Groupe a tiré parti de l'appréciation du dollar américain pour couvrir l'augmentation de son exposition à un cours favorable.

2015 : L'exposition accrue est intégralement couverte au cours de 1,25 USD.
2016 : La couverture de l'exposition accrue est quasiment finalisée à un cours couvert de 1,25 USD (incluant l'utilisation d'un portefeuille d'options à barrières désactivantes). Des accumulateurs sont en place afin de couvrir l'exposition supplémentaire, tant que le cours euro/dollar reste inférieur à 1,38 jusqu'à fin 2015. Les barrières désactivantes des options sont placées à différents niveaux au-dessus de 1,38 USD.
2017 : Accroissement de la couverture à 5,9 Mds USD à un cours amélioré de 1,25 USD (incluant l'utilisation d'un portefeuille d'options à barrières désactivantes). Les accumulateurs devraient permettre à la couverture d'atteindre un total de 7,3 Mds USD, tant que le cours de change euro/dollar reste inférieur à 1,42 jusqu'à fin 2015. Le cours couvert cible reste inchangé à 1,25 USD. Les barrières désactivantes des options sont placées à différents niveaux au-dessus de 1,38 USD.
2018 : Accroissement de la couverture à 3,0 Mds USD à un cours amélioré de 1,18 USD (utilisant principalement un portefeuille d'options à barrières désactivantes). La couverture devrait atteindre un montant maximum de 8,0 Mds USD à un cours couvert de 1,21 USD grâce l'utilisation de stratégies optionnelles et d'accumulateurs, tant que le cours de change euro/dollar reste inférieur à 1,28 jusqu'à fin 2015. Les barrières désactivantes des options sont placées à différents niveaux entre 1,32 et 1,45 USD avec des maturités allant de 1 à 2 ans.

En raison de l'utilisation de stratégies optionnelles à barrières désactivantes entre 2016 et 2018, la couverture pour ces exercices sera acquise progressivement entre 2015 et 2016 en fonction des conditions sur le marché des changes. Si tout ou partie des options devaient être désactivées, les stratégies optionnelles seraient adaptées aux nouvelles conditions de marché.

Les cours couverts sont maintenant les suivants :

  • 2015 : cours couvert cible de 1,25 USD pour 1 € (inchangé)
  • 2016 : cours couvert cible de 1,25 USD pour 1 € (inchangé)
  • 2017 : cours couvert cible de 1,25 USD pour 1 € (inchangé)
  • 2018 : nouveau cours couvert cible de 1,21 USD

 

 

Commentaires sur l'activité

 

Propulsion aéronautique et spatiale

L'activité commerciale de la propulsion civile a été une nouvelle fois particulièrement soutenue car les perspectives de croissance dans le secteur du transport aérien ont incité les compagnies aériennes à investir. Les commandes fermes et intentions d'achat de moteurs CFM56 et LEAP totalisent aujourd'hui près de 13 000 unités, soit plus de 8 années de production aux cadences actuelles.

Le chiffre d'affaires 2014 s'élève à 8 153 M€, en croissance de 7,4 % par rapport aux 7 589 M€ en 2013 (hausse de 6,2 % sur une base organique). Cette progression s'explique par la croissance des ventes de services et de pièces de rechange, notamment pour la base installée de moteurs de moyen et long-courriers. Les livraisons de moteurs civils ont également augmenté avec une production record des moteurs CFM56 (1 560 unités vendus, soit 58 de plus qu'en 2013) et un effet favorable du mix. Les ventes de moteurs militaires progressent avec des livraisons plus importantes de M88 et TP400. Les livraisons de turbines d'hélicoptères se sont intensifiées au quatrième trimestre et ont permis de résorber partiellement le retard des neuf premiers mois de l'année. Le chiffre d'affaires de la propulsion spatiale et de missiles est stable sur l'année.

Le chiffre d'affaires des services pour moteurs civils a augmenté de 11,3 % en USD, tiré par les premières révisions de moteurs CFM56 récents et de moteurs GE90. Le chiffre d'affaires des activités de maintenance des turbines d'hélicoptères s'est amélioré tout au long de l'année, porté par un accroissement des volumes et un meilleur mix, notamment grâce à la contribution des flottes RTM322 et Makila. Les activités de services des moteurs militaires enregistrent quant à elles une croissance de l'ordre de 5 %. Plus généralement, le chiffre d'affaires des activités de propulsion généré par les services augmente de 11,3 % en euros et représente 50,0 % du chiffre d'affaires total (48,3 % en 2013).

Le résultat opérationnel courant s'établit à 1 633 M€ en 2014 (20,0 % du chiffre d'affaires), en hausse de 20,3 % par rapport à 2013 (1 358 M€, soit 17,9 % du chiffre d'affaires). Cette progression résulte d'une très forte activité des services pour moteurs civils, marquée par une croissance solide des ventes de pièces de rechange, ainsi que d'une hausse des volumes en première monte et d'un effet favorable du mix dans les programmes de moteurs civils. L'impact de la R&D sur le résultat opérationnel courant s'est accentué en 2014, notamment en raison des dépenses liées au programme Silvercrest qui n'ont été capitalisées que sur le premier trimestre 2014. La couverture de change a eu un impact positif sur la rentabilité.

 

Équipements aéronautiques

Les activités d'Équipements aéronautiques réalisent un chiffre d'affaires de 4 446 M€ en 2014, en hausse de 8,7 % (7,3 % sur une base organique) par rapport aux 4 091 M€ enregistrés en 2013.

L'augmentation des cadences de production (notamment pour les programmes Boeing 787 et A350) a contribué à la progression du chiffre d'affaires en première monte (+9,1 %). Tirées par cette montée en cadence, les livraisons de câblages et de trains d'atterrissage ont fortement augmenté. Les livraisons de nacelles pour l'A380 ont progressé : 112 unités, soit 4 de plus qu'en 2013.

En 2014, le chiffre d'affaires généré par les activités de services augmente de 7,6 % en euros, et représente 28,8 % du chiffre d'affaires des équipements aéronautiques. Cette croissance est principalement tirée par les activités de services dans les roues et freins (y compris les freins carbone) et les nacelles.

Le résultat opérationnel courant s'établit à 426 M€ en 2014 (9,6 % du chiffre d'affaires), en hausse de 13,3 % par rapport à 2013 (376 M€, soit 9,2 % du chiffre d'affaires). Comme attendu, cette amélioration est moins forte qu'en 2013 car le chiffre d'affaires de la première monte a progressé plus vite que celui des services. La hausse de la rentabilité est portée par la très bonne contribution de l'activité freins carbone et par une progression des volumes (câblages, nacelles), partiellement neutralisées par des charges de R&D plus élevées. La couverture de change a eu un impact positif sur la rentabilité.

 

Défense

Le chiffre d'affaires 2014 des activités de Défense s'établit à 1 221 M€, en hausse de 2,0 % (en léger recul de (0,1) % sur une base organique), comparé à 1 197 M€ il y a un an. Le chiffre d'affaires des activités d'avionique progresse grâce à des livraisons plus importantes de systèmes de navigation et de kits d'autodirecteurs. Dans les activités d'optronique, l'augmentation des livraisons de jumelles infrarouge en France n'a que partiellement compensé le recul des exportations. Les dernières livraisons d'équipements Felin à l'armée française ont eu lieu. Safran continuera de fournir des services de maintien en conditions opérationnelles et d'amélioration des performances à la base installée d'équipements Felin.

Le résultat opérationnel courant s'établit à 71 M€ en 2014 (5,8 % du chiffre d'affaires), en repli de (15,5) %, par rapport aux 84 M€ réalisés en 2013 (7,0 % du chiffre d'affaires). Safran continue d'investir dans son portefeuille de produits clés. Une hausse des dépenses de R&D et une baisse de la R&D capitalisée ont impacté le résultat opérationnel courant en 2014. La contribution des activités d'optronique a été plus faible que l'an dernier, en raison d'un repli

des livraisons d'équipements de vision nocturne. La poursuite de l'amélioration de la rentabilité des activités d'avionique tient à un effet favorable mix, prix et volume.

 

Sécurité

Les activités de Sécurité enregistrent un chiffre d'affaires de 1 530 M€ en 2014, en hausse de 3,2 % par rapport aux 1 482 M€ enregistrés l'an dernier. Sur une base organique, le chiffre d'affaires augmente de 4,5 %, traduisant une dynamique positive de la division Identification. MorphoTrust a poursuivi sa forte progression, porté par les contrats avec les autorités fédérales américaines, notamment TSA Pre✓™, et les contrats d'enrôlement au niveau des États. Les Solutions gouvernementales renouent avec la croissance grâce à une augmentation des volumes dans la plupart des régions. Les activités de cartes à puce pour les marchés bancaire et de télécommunication continuent d'être soumises à une forte pression sur les prix, neutralisant l'augmentation significative des volumes. Dans les activités de détection, malgré une accélération des livraisons de tomographes (CTX) au quatrième trimestre, les livraisons de 2014 sont inférieures à celles de 2013, en raison d'une base de comparaison élevée et de retards dans la construction de certains aéroports qui ont reporté l'installation des équipements à 2015. Les activités de services de la division Détection ont progressé, notamment pour le compte de la TSA (États-Unis).

Le résultat opérationnel courant de 2014 augmente de 11,7 % et s'établit à 134 M€ (8,8 % du chiffre d'affaires) contre 120 M€ en 2013 (8,1 % du chiffre d'affaires). Les variations de change défavorables ont partiellement neutralisé la forte croissance organique de la rentabilité. L'augmentation des volumes et les fortes initiatives de réduction des coûts prises en 2014 ont contribué à une amélioration significative des performances dans les activités d'identification. Dans la division Solution aux entreprises, les réductions de coûts n'ont pas totalement compensé la contraction des marges causée par la pression sur les prix des cartes à puce. Les marges des activités de détection se sont améliorées principalement grâce aux réductions de coûts. 

 

Calendrier

  • Chiffre d'affaires T1 2015 : 22 avril 2015
  • Assemblée générale annuelle :  23 avril 2015
  • Résultats S1 2015 : 30 juillet 2015

 

* * * * *

Safran organise aujourd'hui à 8h45, heure de Paris, une conférence téléphonique pour les analystes financiers et les investisseurs. Pour participer, composer le 01 70 77 09 46 depuis la France, le +44 203 367 9454 depuis le Royaume-Uni, ou le +1 866 907 5924 depuis les États-Unis. Une ré-écoute sera disponible jusqu'au 19 mai 2015 au 01 72 00 15 00, +44 203 367 9460 et au +1 877 642 3018 (code d'accès 291993 #).

Le webcast sera accessible via le site de Safran, sur inscription, à l'adresse suivante : http://event.onlineseminarsolutions.com/r.htm?e=933771&s=1&k=2CC2C32BCEC3047CF02B3CCD0E3F4702

Les participants pourront accéder au webcast 15 minutes avant le début de la conférence.

Le communiqué de presse, la présentation et les états financiers consolidés sont disponibles sur le site Internet à l'adresse www.safran-group.com.

* * * * *

 

CHIFFRES CLÉS

Les comptes 2013 ont été retraités afin de refléter les modifications découlant de la norme IFRS 11.

cp_20150225_fr_03.png
cp_20150225_fr_04.png
cp_20150225_fr_05.png
cp_20150225_fr_06.png

NOTES

[1] Données ajustées

Pour refléter les performances économiques réelles du Groupe et permettre leur suivi et leur comparabilité avec celles de ses concurrents, Safran établit, en parallèle de ses comptes consolidés, un compte de résultat ajusté.

Ce dernier est ajusté des incidences :

  • de l'allocation du prix d'acquisition réalisée dans le cadre des regroupements d'entreprises. Ce retraitement concerne depuis 2005 les dotations aux amortissements des actifs incorporels liés aux programmes aéronautiques, réévalués lors de la fusion Sagem/Snecma. À compter de la publication des comptes semestriels 2010, le Groupe a décidé de retraiter les effets des écritures relatives à l'allocation du prix d'acquisition des regroupements d'entreprises, notamment les dotations aux amortissements des actifs incorporels, reconnus lors de l'acquisition, avec des durées d'amortissement longues, justifiées par la durée des cycles économiques des activités dans lesquelles opère le Groupe, ainsi que le produit de réévaluation de la participation antérieurement détenue dans une activité en cas d'acquisition par étapes.
  • de la valorisation des instruments dérivés de change, afin de rétablir la substance économique réelle de la stratégie globale de couverture du risque de change du Groupe :
    • ainsi, le chiffre d'affaires net des achats en devises est valorisé au cours de change effectivement obtenu sur la période, intégrant le coût de mise en oeuvre de la stratégie de couverture, et
    • la totalité des variations de juste valeur des instruments dérivés de change afférentes aux flux des périodes futures est neutralisée.

Table de passage du compte de résultat consolidé au compte de résultat ajusté pour l'exercice 2014 :

Le résultat net consolidé pour l'exercice 2014 s'établit à (126) M€, sensiblement impacté par la variation défavorable de la juste valeur du portefeuille de dérivés de change destinés à couvrir les flux de trésorerie futurs. Le portefeuille d'instruments de couverture a été valorisé au cours de change EUR/USD de 1,21 au 31 décembre 2014, contre 1,38 au 31 décembre 2013.

cp_20150225_fr_07.png

Il est rappelé que seuls les états financiers consolidés font l'objet d'un audit par les commissaires aux comptes, y compris les agrégats « chiffre d'affaires » et « résultat opérationnel » fournis en données ajustées dans la note 5 « Information sectorielle » des états financiers consolidés.

Les données financières ajustées, autres que celles fournies dans la note 5 « Information sectorielle » des états financiers consolidés, font l'objet de travaux de vérification au titre de la lecture d'ensemble des informations données dans le Document de Référence.

Les procédures d'audit sur les comptes consolidés ont été effectuées. Le rapport de certification sera émis à l'issue du conseil d'administration du 17 mars 2015, après réalisation des vérifications spécifiques et revue des évènements postérieurs au 24 février 2015.

[2] Résultat opérationnel courant

Afin de mieux refléter les performances opérationnelles récurrentes, ce sous-total nommé « résultat opérationnel courant » exclut les éléments (charges et produits) qui ont peu de valeur prédictive du fait de leur nature, fréquence et/ou importance relative (pertes/reprises de pertes de valeur, plus et moinsvalue de cessions d'activités, produits de réévaluation de participations antérieurement détenues dans des activités dont le Groupe prend le contrôle et autres éléments inhabituels et/ou significatifs).

[3] Activités de services pour moteurs civils (agrégat exprimé en USD)

Cet agrégat extracomptable (non audité) comprend le chiffre d'affaires des pièces de rechange et des contrats de prestations de service (maintenance, réparation et révision) pour l'ensemble des moteurs civils de Snecma et de ses filiales, et reflète les performances du Groupe dans les activités de services pour moteurs civils comparativement au marché.

Contactez-nous
Contact Presse
Contact Analystes et Investisseurs
Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer