LEAP, premiers essais prometteurs

La première campagne d’essais du moteur LEAP-1A a été lancée le 4 septembre dernier au centre d’essais GE à Peebles. Ce jalon marque une étape décisive dans ce programme qui s’achèvera en 2016 avec sa première entrée en service commercial sur l’Airbus A320neo. Le point avec Cédric Goubet, directeur des programmes CFM chez Snecma.

Le premier moteur LEAP-1A, destiné à la motorisation des Airbus A320neo, a débuté en septembre ses premiers essais au sol sur le banc d'essai à l'air libre de GE à Peebles (Ohio, USA). Après avoir atteint son régime de poussée maximale au décollage, le moteur va subir des tests pendant plusieurs semaines. « Atteindre le maximum take-off thrust en moins de deux jours avec un moteur qui se comporte comme prévu, le tout en respectant le calendrier, est une véritable prouesse ! Et c'est très encourageant pour l'avenir », déclare Cédric Goubet, directeur des programmes CFM chez Snecma.

Trois années de tests intensifs

Cet hiver, le LEAP-1A débutera une série de tests de givrage sur le site d'essais de GE à Winnipeg (Canada), où les températures hivernales atteignent fréquemment les -20°C. Les essais réalisés en France, chez Snecma, commenceront quant à eux au début 2014, avec notamment les tests d'endurance aux vibrations. Ils seront effectués sur ce moteur dont la configuration sera certifiée en 2015. «Toutes les entrées en service des moteurs CFM56 se sont déroulées dans les temps et conformément à nos engagements en termes de performances et de fiabilité. Le programme LEAP est bien parti pour confirmer ce record », indique Cédric Goubet.

L'ensemble du programme de certification des trois versions du LEAP s'étalera sur les trois prochaines années. Ces essais mobiliseront 28 moteurs de développement jusqu'à la certification, puis 32 « compliance engines » pour l'entrée en service des avions. La moitié des ces LEAP seront assemblés (et testés pour les moteurs de développement) par Snecma.

L'ensemble des moteurs utilisés durant cette phase auront cumulé 40 000 heures d'essais. « C'est un véritable défi de réaliser ce programme sans précédent dans les délais impartis, mais nous sommes bien partis pour le faire. L'objectif est de mener des tests d'endurance d'une durée et d'un nombre jamais atteints jusqu'ici. Nous voulons sécuriser au maximum l'entrée en service pour nos clients. »

En ordre de marche pour relever le défi industriel

Le moteur LEAP a de qui tenir : il est le successeur du CFM56, le moteur le plus vendu au monde ! Développé par CFM International pour motoriser les nouvelles versions d'avions monocouloirs, ce turboréacteur de nouvelle génération, qui offre un gain de masse de 500 kg par avion, totalise déjà près de 5 500 commandes ou intentions de commandes (soit 70 milliards de dollars au prix catalogue). Ce moteur existe en trois versions : le LEAP-1A qui motorisera le futur moyen-courrier d'Airbus, l'A320neo, à partir de 2016 ; le LEAP-1B qui équipera le Boeing 737-MAX (motorisation exclusive) tandis que le LEAP-1C, très proche du LEAP-1A, propulsera le COMAC C919 (motorisation occidentale exclusive). « Snecma est en ordre de marche pour relever ce défi industriel, ajoute Cédric Goubet. Nous avons énormément renforcé les moyens et les process d'évaluation de notre chaîne de production. » Parmi les compagnies qui ont fait le choix du nouveau moteur LEAP, figurent notamment AirAsia, Southwest, Virgin America, Lion Air, Pegasus, Qantas, WestJet ainsi que des dizaines d'autres opérateurs dans le monde. « En comptant toutes les applications du moteur LEAP, CFM International détient aujourd'hui plus des deux tiers du marché des monocouloirs de nouvelle génération. Ce qui reconduit la part de marché qui était la nôtre avec le CFM56 », précise en concluant Cédric Goubet.

Copyright de la photo en home page de cet article : Cédric Goubet | © Rémy Guillaumot / Safran

Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer