Safran acteur du drone du futur, nEUROn

Le premier vol du nEUROn, démonstrateur du futur drone de combat furtif européen piloté depuis le sol, s’est déroulé avec succès à Istres le 1<sup>er</sup> décembre 2012. Une étape décisive dans ce programme futuriste où Safran fournit le moteur ainsi que le système de freinage.

Dès son lancement en 2005, à l'initiative de la France, par la DGA (Direction Générale de l'Armement), le projet nEUROn s'est clairement inscrit dans le cadre de la construction d'une Europe de la Défense. Symbole de cette dynamique : six partenaires industriels européens y participent sous la maîtrise d'oeuvre de Dassault Aviation. Partenaire historique de l'avionneur sur les programmes Mirage et Rafale, Safran dispose également d'une solide expérience dans le domaine des drones d'observation et de surveillance. Sagem (Safran) produit actuellement deux systèmes de drones tactiques destinés aux forces terrestres : le Patroller, système de drone longue endurance, et le Sperwer, système de drone d'observation. Fort de son savoir-faire en matière de propulsion et d'équipements pour les avions de combat, Safran est ainsi bien positionné pour accompagner la montée en puissance des drones MALE (Moyenne altitude, longue endurance). De plus en plus présents sur les terrains d'opérations, notamment en Afghanistan, ces drones de grande envergure sont devenus un outil essentiel pour les forces armées.

Le choix de l'expérience
D'une longueur de 10 mètres pour une envergure de 12,5 mètres et un poids à vide de cinq tonnes, nEUROn, démonstrateur de dernière génération est équipé d'une motorisation Safran. Le maître d'oeuvre a en effet opté pour le moteur Adour Mk 951, développé par RRTM, société commune entre Turbomeca (Safran) et Rolls-Royce. Les raisons de ce choix ? La fiabilité et le retour d'expérience. Avec plus de huit millions d'heures de vol, ce moteur est considéré comme la référence dans sa catégorie (une poussée de 6 000 à 6 500 lbs soit de trois tonnes). Autre atout : il bénéficie d'une durée de vie en service optimisée, grâce à une démarche d'amélioration continue menée par RRTM. « Ce monomoteur est à la fois éprouvé et moderne, analyse Florent Chauvancy, responsable du programme Adour, chez Turbomeca. Il a fait l'objet d'essais d'endurance et d'intégration extrêmement approfondis ».

Au coeur d'un projet intégré
Cet aéronef militaire est de surcroît le premier au monde à être entièrement conçu et développé en plateau virtuel, dans un environnement appelé « Product Lifecycle Management » (PLM). Une dimension novatrice soulignée par Florent Chauvancy : « Ce système permet aux équipes partenaires de travailler simultanément et en temps réel sur la même base de données informatique 3D depuis leur propres locaux répartis sur tout le continent. Pour tirer tout l'avantage d'un tel outil, Safran a fourni à Dassault un modèle numérique complet du moteur Adour. En termes de gestion, cette organisation est la garantie d'une efficacité optimale et d'une meilleure maîtrise des coûts. » Une interface porteuse d'avenir qui permet à Safran de se positionner très en amont dans ce programme majeur, d'autant plus qu'il fournit aussi le système de freinage et les harnais du nEUROn « En participant activement aux premières phases de la création de ce drone, il sera plus facile à Safran d'aborder ensuite le développement du futur drone de combat », conclut le responsable du programme Adour.

Copyright de la photo en home page de cet article : &copy; Dassault Aviation- V. Almansa

Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer