Safran présent sur les futurs lanceurs Ariane 5 ME et Ariane 6

Le 21 novembre 2012, la conférence de l’ESA a statué sur l’engagement du programme Ariane 6 et sur la poursuite du programme Ariane 5 ME. Jean-Lin Fournereaux, Directeur central Groupe, Espace, fait le point sur la participation de Safran aux deux successeurs du lanceur européen.

Comment analysez-vous la décision prise à l'issue du Conseil ministériel de l'Agence Spatiale Européenne ?
Le conseil ministériel des vingt Etats membres de l'Agence Spatiale Européenne (ESA), qui se déroulait à Naples les 20 et 21 novembre 2012, a permis à l'Europe spatiale de se doter d'un budget supérieur à 10 milliards d'euros pour les deux à cinq ans à venir en fonction des programmes.
Plusieurs décisions concernant directement les activités de Safran ont été prises : l'engagement du programme Ariane 6 pour une entrée en service attendue en 2021-2022, la poursuite du programme Ariane 5 ME (« Midlife Evolution ») visant une évolution d'Ariane 5 à l'horizon 2017-2018, l'engagement d'un programme d'évolution du lanceur Vega couvrant la période 2013-2016 ainsi que la poursuite du programme d'accompagnement en exploitation des lanceurs. Ces décisions reprennent les grandes lignes de l'accord passé entre le Centre National d'Etudes Spatiales (CNES), Astrium (filiale d'EADS spécialisée dans les lanceurs et les satellites) et Safran, le 18 septembre dernier, et constituent un compromis satisfaisant pour le Groupe.

Quel impact ces décisions vont-elles avoir sur les activités spatiales de Safran  ?
Sur Ariane 5 ME, Safran fournira le moteur cryotechnique* Vinci développé par Snecma sur le site de Vernon. Fruit de quinze années de recherche et développement, ce moteur ré-allumable permettra de propulser l'étage supérieur pour injecter la charge utile (deux satellites) sur son orbite de transfert géostationnaire. Concernant Ariane 6, la définition détaillée du lanceur doit être réalisée d'ici à 2014, dans la continuité des travaux menés jusqu'à présent. Toutefois, il a été décidé qu'un maximum de technologies présentes sur Ariane 5 ME devront pouvoir être réutilisées sur Ariane 6, en premier lieu le moteur Vinci développé par le Groupe. Pour Ariane 5 ME et Ariane 6, les prochaines étapes seront validées lors d'une prochaine conférence ministérielle qui se tiendra à la mi-2014.
En outre, Safran continuera à fournir pour Ariane 5 ME de nombreux équipements déjà présents sur Ariane 5 : les boosters (ou étages d'accélération à propergol solide, qui fournissent l'essentiel de la poussée au décollage), le moteur cryotechnique Vulcain de l'étage principal des capteurs de pression nécessaires au guidage des lanceurs et des satellites, du câblage et des pyromécanismes utilisés pour la séparation des étages et le désacouplage des satellites et du lanceur.

*La propulsion cryotechnique utilise des ergols stockés à basse température (inférieures à -150°C).

Le domaine spatial Safran en chiffres

  • Chiffre d'affaires annuel : 900 millions d'euros
  • Effectifs de Safran travaillant dans ce domaine : 4 000 personnes
  • Depuis le premier vol en 1979, Snecma a fabriqué 1 200 moteurs qui ont propulsé le lanceur Ariane
Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer