Hispano-Suiza à bord du KC-390

L’avionneur brésilien Embraer a choisi de faire confiance à Safran pour la distribution électrique et la génération de secours de son nouvel avion de transport militaire KC-390. Un vrai défi pour le spécialiste de la chaîne de l’énergie qui a élargi son domaine de compétence pour ce programme. Et un pas supplémentaire pour l’avion plus électrique.

La présence d'Hispano-Suiza (Safran) sur le KC-390 ne doit rien au hasard. D'une part, il y a le souhait d'Embraer de s'ouvrir à de nouveaux fournisseurs dans le domaine de la génération et distribution électrique, et d'autre part, la capacité d'Hispano-Suiza à répondre à ce besoin en proposant une offre innovante, portée par sa division Safran Power.
Annoncé en novembre 2011, le contrat comprend les systèmes de distribution électrique primaire et secondaire et la RAT (Ram Air Turbine), un dispositif de génération électrique de secours.

Des avions toujours plus électriques
Coeur du système électrique avion, le système de distribution primaire concentre l'énergie produite par l'ensemble des sources de puissance disponibles sur l'avion et en assure la disponibilité sur l'ensemble des charges électriques grâce à son intelligence de reconfiguration du réseau. Le système de distribution secondaire permet pour sa part d'alimenter en puissance électrique les équipements que l'avionneur souhaite pouvoir « allumer ou éteindre » selon les phases de vol, comme l'éclairage intérieur/extérieur ou le système de gestion de l'air cabine. Pour ces deux systèmes, Hispano-Suiza fait aussi appel à Safran Electronics pour les cartes électroniques, et à Labinal (Safran) pour la conception et la fabrication des boîtiers électriques. Quant à la RAT*, « ce dispositif ne faisait alors pas partie du catalogue de produits Safran, mais nous avons pu l'intégrer dans notre offre grâce à l'acquisition de la société Aerosource qui nous a donné accès à un produit sur étagère. C'est ce qui nous a permis de proposer à Embraer une solution adaptée et compétitive », résume Jérôme Tourdiat, responsable programme KC-390 chez Hispano-Suiza.

Un planning serré
Ce qui a fait pencher la balance en faveur d'Hispano-Suiza, outre la possibilité d'ajuster le design du système en fonction de l'évolution du programme, c'est l'usage d'un banc d'intégration capable de simuler le fonctionnement de l'ensemble des équipements. « Grâce à ce dispositif, nous allons pouvoir tester la chaîne d'énergie électrique complète de la génération aux utilisateurs en passant par la distribution primaire et secondaire. Cet outil sera utilisé pour une partie des essais de certification normalement réservés à l'avionneur », explique Jérôme Tourdiat. Ce contrat représente un défi important pour Hispano-Suiza car il implique une montée significative en compétence et en capacité, tout en respectant un planning serré. Au début de l'année, la société a recruté des collaborateurs dont les profils correspondaient aux nouvelles compétences requises. La revue de design préliminaire a eu lieu au mois de juin ; elle sera suivie de la revue détaillée prévue au début de l'année prochaine pour une livraison d'un premier prototype fin 2013.

La force du Groupe
D'autres sociétés de Safran travaillent aussi sur le KC-390 : Messier-Bugatti-Dowty a été retenu pour les freins et les atterrisseurs et Sagem pour le compensateur du stabilisateur horizontal**. Réunies une fois par mois autour du directeur des programmes Brésil pour Safran, les trois sociétés se retrouvent pour échanger sur leur fonctionnement avec Embraer. « Ces rencontres nous permettent de mieux connaître les attentes de notre client. Malgré la distance, nous entretenons avec lui de fructueuses relations : les discussions assez ouvertes nous permettent de converger vers un même point de vue pour pouvoir avancer, trouver ensemble des solutions et respecter le planning. ».

*Situé sous le nez de l'avion, ce dispositif se déploie en cas de panne électrique et fonctionne sur le principe d'une éolienne.

** Le compensateur du stabilisateur horizontal permet au pilote de régler de manière optimale le calage du plan horizontal de l'appareil afin de maintenir une assiette de vol stable, tout en minimisant l'effort aérodynamique requis sur le manche pour manoeuvrer l'avion.

Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer