Snecma prépare les moteurs d’avions de demain

Moteurs plus économiques en carburant, introduction de nouvelles technologies, défi industriel à relever : Snecma (Safran) se prépare activement à gérer le succès commercial du moteur LEAP. Décryptage avec Pierre Fabre, président-directeur général de Snecma.

Avec plus de 4 000 moteurs commandés, le LEAP connaît déjà un grand succès commercial. Comment l'expliquez-vous ?
Je vois deux raisons principales à ce succès : l'excellence du moteur et la forte crédibilité dont CFM* bénéficie sur son marché. Le LEAP est un concentré des meilleures technologies développées depuis longtemps par GE et Snecma. A ce titre, nous pensons qu'il est « la » bonne solution pour les compagnies aériennes et les opérateurs, en termes de consommation, de fiabilité et de maintenance. C'est aussi pour cette raison que le LEAP a été choisi par les deux grands avionneurs mondiaux pour leurs dernières générations de moyens-courriers – le Boeing 737 MAX, dont il est la motorisation exclusive, et l'Airbus A320neo – ainsi que par l'avionneur chinois Comac, nouvel entrant sur ce marché avec le C919, qui lui aussi a choisi le LEAP comme moteur de référence. Pour illustrer mon propos sur la crédibilité de CFM, je rappellerai simplement que, depuis sa création, CFM a mené à bien 21 entrées en service de moteurs, à chaque fois dans le respect des spécifications et des délais annoncés.

Comment allez-vous gérer ce succès d'un point de vue industriel ?
Nous allons faire ce qu'aucun motoriste n'a fait dans le monde jusqu'à présent. Dans un premier temps, nous allons augmenter la cadence de production du CFM56, pour atteindre 1 600 moteurs par an d'ici à 2016. Puis, en l'espace de deux ans, nous allons basculer la production du CFM56 vers le LEAP pour passer de 1 600 CFM56 à 1 600 LEAP par an en 2018, tout en maintenant nos taux de service et notre niveau de qualité. Nous avons quatre ans pour nous préparer à ce défi industriel. Notre site de Villaroche, près de Paris, où sont assemblés les moteurs, est au coeur du dispositif, à l'instar du site de GE à Evendale, aux Etats-Unis. S'y ajoute pour ce qui concerne Snecma, l'ensemble de notre outil industriel « traditionnel » en France et à l'international.
Au sein de ce dispositif, une nouveauté : les deux futures usines de production d'aubes de soufflante en matériaux composites que Safran construit à Rochester aux Etats-Unis, et à Commercy dans l'est de la France, qui produiront leurs premières pièces en 2014. Ces aubes en composite tissé 3D sont une des innovations majeures du moteur LEAP ; elles constituent une véritable rupture technologique et leur production nécessite des installations industrielles spécifiques. Nous nous appuyons déjà sur un réseau important de partenaires et de sous-traitants, choisis parmi les meilleurs, en France et partout dans le monde.
Enfin, la production de pièces de CFM56 n'est pas terminée. Il y aura à peu près autant de shop-visits** de ces moteurs en 2030 qu'en 2012 !

Quelle est la stratégie de Snecma pour rester compétitif en matière de MRO (Maintenance, Repair & Overhaul) ?
La performance de la prestation MRO est une composante essentielle de la performance d'un motoriste. Tout au long des trente ans de vie d'un moteur, les retours en atelier sont autant d'occasions de satisfaire nos clients. La tendance va encore s'accentuer avec le LEAP, où la grande majorité des contrats signés à ce jour inclut des offres de service. Il nous faut donc continuer à travailler sur l'intégration entre conception / production des moteurs et cette activité de service. Dans le même esprit, nous poursuivons le renforcement de notre réseau MRO dans nos sites français et étrangers. Au-delà des ateliers moteurs, il ne faut pas négliger l'importance de la réparation de pièces. Notre capacité à fournir des solutions innovantes en pièces neuves ou réparées à nos clients, même s'ils utilisent d'autres ateliers que les nôtres, est essentielle pour les aider à obtenir la performance économique et opérationnelle qu'ils exigent. Qui d'autre que celui qui connaît intimement ces moteurs, pour les avoir conçus, peut mieux répondre à ce défi ?

* CFM International est une société 50/50 de Snecma (groupe Safran, France) et de GE (Etats-Unis).

** « Shop visit » : opération complète de maintenance d'un moteur d'avion (démontage, réparation ou remplacement des pièces usagées, remontage et test au banc).

Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer