Boeing fait le choix du LEAP pour le 737

Boeing a annoncé que ses B737 seront remotorisés avec le LEAP-1B de CFM International*. Son président-directeur général, Jean-Paul Ebanga, revient sur les raisons de ce nouveau succès remporté par la filiale du groupe Safran.

Quelles sont, selon vous, les raisons qui ont poussé Boeing à faire le choix du LEAP pour la remotorisation de sa gamme 737 ?
Le choix de Boeing pour le nouveau moteur LEAP-1B de CFM International était fondé sur des critères propres à l'avionneur américain, indépendamment des excellents résultats commerciaux enregistrés par le LEAP-1A avec l'A320neo. De toute évidence, deux éléments ont pesé dans la balance : les performances offertes par le LEAP et la qualité exceptionnelle de notre partenariat avec l'avionneur. Il faut bien avoir à l'esprit que le succès des dernières générations du B737 s'est bâti sur cette relation privilégiée. D'abord avec les CFM56-3, puis avec les CFM56-7. Dans le cadre de la remotorisation de ce monocouloir, nous avons donc travaillé de longs mois avec Boeing. Des négociations ont débouché sur un accord prolongeant la motorisation en source unique par CFM du B737 Max. Une version de notre nouveau moteur, sous la dénomination LEAP-1B, sera adaptée spécifiquement à cet avion .

Quels sont les défis techniques que le LEAP doit encore relever ?
Le choix de Boeing confirme que le LEAP est bien le nouveau moteur de référence pour les décennies à venir. Ce moteur est à la fois leader des ventes de la famille A320neo, le seul moteur occidental de l'avion chinois C919 Comac et source exclusive de la motorisation de la nouvelle version des Boeing 737. Cette réussite s'explique par la parfaite adéquation du LEAP avec les besoins futurs des avionneurs, mais aussi par la réputation de CFM qui, depuis 35 ans, a toujours tenu ses engagements en tant que motoriste. Ainsi, le principal défi qui attend nos équipes est de continuer d'être à la hauteur de cette réputation : respect des « jalons programme » et des performances, tenue opérationnelle du moteur en service (fiabilité, coût de possession, etc.). L'enjeu est de taille car, à la différence des évolutions du CFM56 au cours de ces dernières années, il s'agit cette fois d'un moteur entièrement nouveau.

Quel bilan pouvez-vous tirer de vos premiers mois à la tête de CFM International ?
J'ai rejoint CFM International au mois de février dernier, moins de trois ans après la signature de l'accord par GE et Safran de la reconduction jusqu'en 2040 du partenariat CFM… Aujourd'hui, comme l'ensemble des personnes travaillant pour CFM, je suis satisfait de constater la confiance que nous accordent de nombreuses compagnies aériennes en sélectionnant le LEAP. Gageons que ce moteur connaisse la même carrière que son aîné, le CFM56, dont 22 000 exemplaires sont en service à ce jour et qui a enregistré plus de 400 commandes au dernier Salon du Bourget. Il semble bien qu'il soit en bonne voie…

* CFM International est une société commune 50/50 de Snecma (groupe Safran, France) et de GE (Etats-Unis).

Découvrez le B737 Max, le futur moyen courrier de Boeing équipé des moteurs LEAP-1B
Voir la vidéo

Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer