GP7200 : « Safran » dans le moteur de l’A380

Pour faire voler le « géant des airs », il fallait des moteurs spécifiques. Fiable et performant, le GP7200 s’est montré à la hauteur du défi. Snecma (groupe Safran) y contribue en réalisant le compresseur haute pression.

56 % : c'est la part de marché actuelle du GP7200, l'un des deux réacteurs à forte puissance qui équipe l'Airbus A380. Snecma (groupe Safran), avec la responsabilité du compresseur haute pression, participe à ce programme développé par Engine Alliance*, une société commune de General Electric et de Pratt & Whitney. « Nous réalisons 20 % de la part de GE, soit 10 % du moteur, explique Bertrand Hugueny, directeur des programmes Moteurs de forte puissance chez Snecma. Nous sommes en charge du compresseur haute pression à neuf étages et de sa maintenance. » D'autres sociétés du groupe Safran interviennent également sur le système propulsif, avec le compresseur basse pression et le boîtier Fadec, mais aussi sur la nacelle et l'inverseur de poussée.

L'expérience au service de l'exigence
Le compresseur haute pression est un ensemble particulièrement complexe : « Le GP7200 fournit une poussée comprise entre 70 000 et 77 000 livres, précise Jean-Yves Bezard, responsable du programme. Un moteur dans cette classe de poussée est particulièrement complexe à concevoir, d'autant que nous avons dû respecter des contraintes de masse ambitieuses. Cela a nécessité l'emploi de technologies pointues : disque aubagé monobloc, tambour soudé par friction inertielle, etc.. Nous avons tiré profit de l'expérience acquise sur le GE90, autre moteur de forte puissance développé avec GE. »

Un client satisfait
Pari gagné : le GP7200 affiche des performances inégalées en termes de fiabilité et de valeur ajoutée pour les compagnies exploitantes. « Les retours d'Airbus sont excellents, indique Bertrand Hugueny. Nous avons dépassé les exigences du cahier des charges en offrant un gain de consommation de carburant d'environ 1,5 % par rapport à la spécification initiale et à la motorisation concurrente, soit une économie d'environ un demi-million de dollars par avion et par an pour un opérateur ! ».
Spécialement conçu pour l'A380, ce moteur a un bel avenir devant lui : « 124 avions ont été commandés à ce jour en motorisation GP7200, rappelle Jean-Yves Bezard. La cadence de production est en hausse et nous livrerons avant l'été 2011 le 150e compresseur haute pression. »

* The Engine Alliance est un groupement dédié à la conception et à la réalisation du moteur de l'A380.

Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer