Safran réalise des résultats 2010 en nette progression

Marge opérationnelle courante à 8,2 %

Trésorerie nette positive en fin d'exercice

Toutes les données chiffrées de ce communiqué de presse sont exprimées en données ajustées(1), sauf mention contraire.
Les comptes de résultat retraités de l'exercice 2009 sont disponibles dans l'Annexe (voir pages 12 et 13 du présent communiqué).
Veuillez également vous référer aux définitions et à la table de passage du compte de résultat consolidé au compte de résultat ajusté pour 2010, fournies dans les Notes, pages 10 et 11 du présent communiqué.

Chiffres clés de l'année 2010

  • Le chiffre d'affaires ajusté de l'exercice 2010 s'établit à 10 760 M€, en hausse de 3,0 % par rapport à l'année précédente, et en baisse de 1,0 % sur une base organique.
  • Le résultat opérationnel courant ajusté[2] s'élève à 878 M€ (8,2 % du chiffre d'affaires) à un taux de couverture du dollar de 1,44 par rapport à l'euro, soit une hausse de 20 % par rapport à l'année passée. Les éléments non récurrents se sont élevés à 13 M€, tous liés à des coûts de fusions-acquisitions, et le résultat opérationnel ajusté ressort à 865 M€.
  • Le résultat net ajusté (part du Groupe) progresse de 29 %, à 508 M€ (1,27 € par action), par rapport à l'exercice 2009 sur une base retraitée.
  • Le résultat net consolidé (non ajusté), part du Groupe, ressort à 207 M€ (0,52 € par action).
  • La trésorerie nette s'élève à 24 M€ au 31 décembre 2010, grâce à une forte génération de cash-flow libre (934 M€).
  • Le paiement d'un dividende de 0,50 € par action sera proposé aux actionnaires lors de la prochaine Assemblée Générale du 21 avril 2011.
  • Perspectives 2011 : Safran prévoit une hausse d'au moins 5 % de son chiffre d'affaires et une progression du résultat opérationnel courant d'au moins 20 %. Le cash-flow libre du Groupe devrait représenter environ un tiers du résultat opérationnel courant, en tenant compte de l'augmentation attendue du besoin en fonds de roulement et des investissements en R&D. Ces perspectives ne prennent pas en compte la contribution des acquisitions de L-1 Identity Solutions et de SNPE Matériaux Energétiques.

Faits marquants de l'année 2010

  • Safran a été sélectionné pour équiper l'avion A320neo avec le nouveau moteur LEAP-X et sa nacelle intégrée.
  • Safran et COMAC vont créer une joint-venture pour la fourniture de câblages, et ainsi renforcer leur coopération sur le C919, nouveau court-moyen courrier chinois de 150 places motorisé avec le LEAP-X.
  • Safran a mis en oeuvre une stratégie active pour renforcer sa base clients et son offre produit à l'échelle mondiale : sous réserve des autorisations gouvernementales finales, acquisition de L-1 Identity Solutions pour renforcer son leadership mondial en matière de solutions biométriques, et de SNPE Matériaux Energétiques pour créer une entité unifiée dans la propulsion-fusée à propergol solide. L'acquisition de Harvard Custom Manufacturing aux Etats-Unis y développera la position de leader de Safran dans les systèmes de câblage.

* * * * *

Paris, le 24 février 2011 – Le Conseil de surveillance de Safran (NYSE Euronext Paris : SAF) s'est réuni à Paris le 23 février 2011 sous la présidence de Francis Mer pour examiner les comptes de l'exercice 2010, approuvés par le Directoire.

Commentaire du Président du Directoire

Jean-Paul Herteman a déclaré : « L'année 2010 a été pour Safran bien plus qu'une année de transition. Nous sommes sortis d'une période délicate et le Groupe a retrouvé le chemin du développement. Fait plus important encore, nos clients ont confirmé leur confiance dans nos technologies et nos produits : CFM et Safran ont été sélectionnés par Airbus pour équiper l'A320neo du moteur LEAP-X et de sa nacelle, les premiers équipements du fantassin FELIN ont été livrés à l'armée française, et l'Inde a attribué un numéro d'identification sécurisé à un million et demi d'habitants, grâce à la dernière technologie biométrique du Groupe. Nous avons également réalisé des opérations stratégiques qui devraient être finalisées cette année, sous réserve des autorisations gouvernementales finales : l'acquisition de SNPE Matériaux Energétiques permettant de créer une entité unifiée dans le domaine de la propulsion solide et celle de L-1 Identity Solutions, qui renforcera notre leadership mondial dans les solutions biométriques. Nous avons amélioré le résultat opérationnel du Groupe de 20 %, confirmant la solidité de notre modèle économique et la pertinence de notre stratégie dans la Sécurité. Cette amélioration souligne également la réussite des projets de modernisation qui feront de Safran un groupe encore plus solide, plus intégré et plus performant. Toutes les activités ont enregistré de bonnes performances, et nous avons pu observer les premiers signes du redressement de l'activité des services pour les CFM56 au second semestre. Le Groupe a terminé l'année avec une trésorerie positive, grâce à une forte amélioration du besoin en fonds de roulement, gage de sa capacité stratégique pour l'avenir. L'année 2011 devrait constituer une nouvelle étape significative permettant à Safran d'atteindre dès 2012 une marge opérationnelle courante supérieure à 10 % des ventes. Cette performance est fondée sur une couverture de change plus favorable en 2011-2014, le potentiel de croissance des services pour nos produits aéronautiques de dernière génération, ainsi que sur la poursuite du développement de nos activités de sécurité et la reprise attendue au niveau mondial des activités aéronautiques de première monte. »

Résultats 2010

Safran affiche une performance opérationnelle en nette progression en 2010. Croissance modérée du chiffre d'affaires. En 2010, le chiffre d'affaires de Safran s'élève à 10 760 M€, comparé à 10 448 M€ en 2009, représentant une croissance de 3,0 %. Le chiffre d'affaires du Groupe a légèrement baissé de 1,0 % sur une base organique. Le chiffre d'affaires 2010 a progressé de 312 M€ sur une base publiée, bénéficiant d'une croissance de plus de 15 % des activités de Défense (notamment l'optronique) et de Sécurité (principalement grâce aux acquisitions). En outre, si les ventes de produits aéronautiques de première monte ont enregistré une baisse modérée, due en grande partie au décalage des montées en cadence des programmes A380 et B787, le chiffre d'affaires généré par les services est lui resté stable. Sur une base organique, le chiffre d'affaires enregistre une baisse de 104 millions d'euros, essentiellement en raison de l'achèvement prévu d'un important programme d'identification en Côte d'Ivoire. La croissance organique a été calculée en déduisant des chiffres 2010 la contribution des activités de Sécurité acquises en 2009 par rapport au périmètre consolidé 2009, et en appliquant des taux de change constants. Les calculs suivants ont donc été appliqués :

1-3.png

L'effet de change positif de 219 M€ constaté pour l'exercice 2010 est dû à la conversion favorable des ventes réalisées en devises étrangères, principalement en dollar américain, dollar canadien, dollar australien et réal brésilien. Il a cependant été partiellement atténué par l'effet d'une légère détérioration du taux de couverture du Groupe (1,44 USD pour 1 euro contre 1,42 USD en 2009). La marge opérationnelle courante a dépassé les perspectives annoncées. Pour l'exercice 2010, le résultat opérationnel courant de Safran s'établit à 878 M€ (8,2 % du chiffre d'affaires), en hausse de 20 % par rapport au résultat opérationnel courant retraité de 729 M€ en 2009 (7,0 % du chiffre d'affaires). Après prise en compte de l'impact légèrement défavorable des devises (-25 M€) et de l'effet positif des acquisitions et des activités récemment consolidées (24 M€), il s'améliore de 150 M€ sur une base organique (+21 % par rapport à 2009). Les quatre activités du Groupe ont contribué à cette amélioration, tirant parti du programme Safran+ de réduction des coûts, ainsi que de l'amélioration des frais généraux et de la productivité. Quelques éléments non récurrents ont été constatés durant l'exercice 2010, tous liés aux coûts de fusions-acquisitions (HCM, L-1 Identity Solutions, SNPE Matériaux Energétiques, etc.) :

2-3.png

Le résultat net ajusté (part du Groupe) s'améliore de 29 % sur une base annuelle. Le résultat net ajusté (part du Groupe) s'élève à 508 M€, soit 1,27 € par action, comparé à un résultat de 395 M€ sur une base retraitée (0,99 € par action) en 2009. Outre la croissance du résultat opérationnel courant, cette variation reflète :

  • Un résultat financier net de 168 M€, dont 36 M€ de coût d'endettement ;
  • Une charge d'impôts de 173 M€ (taux d'imposition effectif de 25 %).

La table de passage du compte de résultat consolidé au compte de résultat ajusté de l'exercice 2010 est présentée dans les Notes, page 10.

Structure bilantielle et trésorerie

Trésorerie nette positive en fin d'exercice. La trésorerie nette s'élève à 24 M€ au 31 décembre 2010, contre une dette nette de 498 M€ au 31 décembre 2009, soit une augmentation significative de 522 M€. La génération de cash-flow libre qui ressort à 934 M€ résulte du bon niveau de rentabilité opérationnelle (capacité d'autofinancement de 1 142 M€) et d'une réduction de 317 M€ du besoin en fonds de roulement. Le Groupe a bénéficié d'une évolution favorable de trésorerie grâce à des accords commerciaux avec les avionneurs, à l'effet des mesures gouvernementales françaises de soutien à l'économie, qui ont accéléré le remboursement de certains crédits d'impôt, et à un important recouvrement de créances (notamment du ministère de la Défense français sur le deuxième semestre). L'acquisition de HCM a généré un paiement de 100 M€ (135 millions USD). Un dividende de 152 M€ a été payé en juin 2010 (0,38 € par action). Avec une trésorerie brute de 2,1 Mds€ et des facilités de crédit confirmées et non tirées d'un montant de 2,4 Mds€ au 31 décembre 2010, les capacités de financement de Safran sont assurées. Le paiement d'un dividende de 0,50 € par action sera proposé au vote des actionnaires lors de la prochaine Assemblée Générale, le 21 avril 2011. Le paiement en numéraire du dividende devrait représenter environ 200 M€ en 2011. S'il est approuvé, le dividende sera versé à partir du 29 avril 2011 (date de détachement du coupon : 26 avril 2011).

Recherche & Développement

L'effort de R&D autofinancée avant le crédit d'impôt recherche s'établit à 637 M€, soit 5,9 % du chiffre d'affaires 2010, en recul de 8 % par rapport à l'exercice 2009. Il reflète l'achèvement des programmes de R&D pour le SuperJet 100, le Boeing 787 et l'A400M, en partie contrebalancé par les nouveaux développements de l'A350 et du C919. L'impact sur le résultat opérationnel après crédit d'impôt est de 406 M€, contre 565 M€ en 2009 qui incluait une dotation aux amortissements exceptionnelle de 71 M€ liée au programme B787. En 2010, le Groupe a bénéficié d'une plus grande éligibilité au crédit d'impôt recherche et d'un droit accru au titre de 2009.

Perspectives

Les perspectives pour l'exercice 2011 ne prennent pas en compte la contribution des acquisitions de L-1 Identity Solutions et de SNPE Matériaux Energétiques (transactions qui seront finalisées après obtention des autorisations gouvernementales). En tenant compte de la reprise de l'activité des services du moteur CFM, dont les premiers signes sont apparus fin 2010, et des livraisons de première monte, ainsi que d'une couverture favorable du dollar, les perspectives pour l'année 2011 sont les suivantes :

  • Une hausse du chiffre d'affaires d'au moins 5 % (à un taux de change spot moyen de 1,33 USD pour un euro).
  • Une augmentation du résultat opérationnel courant d'au moins 20 % (à un taux de couverture cible de 1,38 USD pour un euro).
  • Un cash-flow libre représentant environ un tiers du résultat opérationnel courant, en tenant compte de la hausse attendue du besoin en fonds de roulement (suite aux circonstances particulières favorables de fin 2010) et des investissements en R&D.

Ces perspectives 2011 sont basées sur les hypothèses suivantes :

  • Une augmentation de 10 à 15 % des services en aéronautique civile.
  • Une forte reprise des livraisons de première monte en aéronautique.
  • Une prudence à court terme sur les programmes A380 et B787.
  • Un effort de R&D accru (impact net supérieur à 50 M€ sur le compte de résultat et de plus de 200 M€ en trésorerie, notamment pour le développement du moteur LEAP-X).
  • Une croissance forte et rentable des activités de Sécurité.
  • La poursuite des efforts d'amélioration de la rentabilité et de réduction des frais généraux grâce au plan Safran+.

Couvertures de change

Portefeuille de couvertures optimisé. Le Groupe a mis en place des couvertures de change pour les trois prochaines années, de 2011 à 2014. Le 18 février 2011, son portefeuille de couvertures s'élevait à 12,8 Mds USD. Tirant parti des opportunités du marché, le portefeuille a été optimisé pour accroître l'effet favorable opérationnel en 2011 (nouvel objectif de 1,38 USD pour un euro, contre 1,39 USD auparavant) et en 2013 (nouvel objectif de 1,30 USD pour un euro, contre 1,31 USD auparavant). La couverture du Groupe est déjà bien avancée pour 2014 : 1,3 Md USD ont été obtenus à 1,29 USD, un montant qui devrait atteindre 2,9 Md USD à 1,25 USD si le rapport euro/dollar demeure inférieur à 1,52 durant la plus grande partie de 2011 et 2012.

Commentaires sur l'activité

Propulsion aéronautique et spatiale

Le chiffre d'affaires 2010 s'élève à 5 604 M€, contre 5 673 M€ l'année précédente, soit un recul de 1,2 % (ou de 3,1 % sur une base organique). Le chiffre d'affaires a été soutenu par la progression de l'activité de services pour les moteurs militaires, civils récents de forte puissance et d'hélicoptères, mais considérablement ralenti par la faiblesse des ventes de pièces détachées pour le CFM56 durant la première moitié de l'année. Les livraisons de nouveaux moteurs CFM56 (1 251 unités) sont quasiment étales par rapport à 2009. Après le succès des salons de Farnborough et de Zhuhai, les commandes de CFM56 en 2010 s'élèvent à 1 583 moteurs, deux fois plus qu'en 2009. Le chiffre d'affaires des moteurs d'hélicoptères de première monte est en légère baisse, ce qui reflète des effets de moindre volume. Le chiffre d'affaires de la propulsion spatiale et de missiles a légèrement progressé, grâce à la montée en cadence de la production dans l'activité de propulsion-fusée à propergol solide. Sur l'ensemble de l'exercice 2010, la part du chiffre d'affaires des services a augmenté à 50,1 %, profitant d'une forte contribution de l'activité de services pour les moteurs militaires et d'hélicoptères, ainsi que pour les moteurs civils récents de forte puissance. La croissance du chiffre d'affaires des services a été cependant ralentie par la baisse de 17 %, en USD, des ventes mondiales de pièces détachées de CFM International, soulignant le repli conjoncturel et la volatilité des dépenses de maintenance des compagnies aériennes. Le nombre total estimé* de déposes de moteurs d'avions civils CFM pour passage en atelier de maintenance (shop visits) a diminué à 2 120, contre 2 305 en 2009. Néanmoins, cette tendance s'est renversée depuis le milieu d'année, les ventes mondiales de pièces de rechange de CFM International ayant grimpé de 15 % au quatrième trimestre par rapport au troisième trimestre après une progression de 16 % entre le deuxième et le troisième trimestre. Plus globalement au quatrième trimestre, le chiffre d'affaires des services a progressé de 3 % par rapport au dernier trimestre 2009 et de 4 % par rapport au troisième trimestre 2010.
(*) Le nombre de shop visits sont des estimations ; ils pourront être revus à la marge, à mesure que les compagnies aériennes finalisent leurs rapports. Le résultat opérationnel courant de l'exercice 2010 s'établit à 663 M€ (11,8 % du chiffre d'affaires), en hausse de 5,6 % par rapport aux 628 M€ enregistrés en 2009 sur une base retraitée (11,1 % du chiffre d'affaires). Cette amélioration significative, en dépit d'un environnement dégradé pour les services des moteurs CFM56, traduit la forte activité des pièces détachées pour les moteurs militaires et civils récents de forte puissance, ainsi que la hausse des revenus unitaires des moteurs de première monte. Ces résultats ont par ailleurs largement bénéficié du programme Safran+ de réduction des coûts et de l'amélioration de la productivité (chaîne d'approvisionnement, efficacité des processus industriels) qui s'est avéré plus porteur que prévu. L'effet de change a eu un impact légèrement défavorable sur les résultats.

Equipements aéronautiques

L'activité enregistre un chiffre d'affaires de 2 834 M€, en hausse de 2,4 % par rapport à 2009 (2 767 M€), stable sur une base organique. Cette augmentation correspond à une montée en régime, toutefois moindre qu'attendue sur certains programmes, notamment pour les systèmes d'atterrissage et de câblage du B787. Elle a été légèrement affectée par une baisse temporaire de l'activité des nacelles, les livraisons de grandes nacelles ayant été moins importantes (74 unités pour A380 en 2010, contre 84 en 2009, et programme A340 arrêté en cours d'année), tandis que le nombre de livraisons de petites nacelles est resté stable. Sur l'ensemble de l'année 2010, la part des services a légèrement baissé de 31,8 % à 31,3 % du chiffre d'affaires. Le résultat opérationnel courant de l'exercice 2010 ressort à 127 M€ (4,5 % du chiffre d'affaires), en hausse de 74 % par rapport aux 73 M€ enregistrés en 2009 sur une base retraitée (2,6 % du chiffre d'affaires). Cette amélioration provient pour une large part d'un début de redressement de l'activité nacelles, notamment grâce aux coûts de production en nette amélioration pour l'A380, à de meilleures conditions commerciales et à un mix-produit favorable. L'activité des nacelles a atteint l'équilibre opérationnel au quatrième trimestre 2010. La performance a également été tirée par l'importante contribution de Messier Services (réparation et révision de trains d'atterrissage). Labinal Salisbury (ex-Harvard Customs Manufacturing) a été consolidée sur un mois en 2010.

Défense

Le chiffre d'affaires 2010 s'établit à 1 240 M€ et augmente ainsi de 17 % par rapport à 2009, ou de 12,4 % sur une base organique. Cette performance est principalement fondée sur une croissance de plus de 30 % de l'activité optronique qui a bénéficié d'un important carnet de commandes (équipements à liaisons intégrées FELIN pour l'armée française, jumelles infrarouges de longue portée pour les marchés français et export). Cette tendance a toutefois été modérée par un léger recul de l'activité avionique, due à une baisse des volumes dans les systèmes de contrôle de vol des hélicoptères et avions régionaux. Le résultat opérationnel courant de l'exercice 2010 s'établit à 55 M€ (4,4 % du chiffre d'affaires), contre 9 M€ enregistrés en 2009 sur une base retraitée (0,8 % du chiffre d'affaires), qui intégraient une perte à terminaison de 35 M€ sur le programme de navigation de l'A400M. L'amélioration provient d'une progression significative des résultats de l'activité optronique, l'activité avionique ayant pour sa part souffert de moindres volumes dans les systèmes de contrôle de vol.

Sécurité

Les activités Sécurité enregistrent un chiffre d'affaires de 1 041 M€ en 2010, en hausse de 15,2 % par rapport à 2009. Sur une base organique, il est en retrait de 6 %. Cette baisse provient principalement, comme prévu, du plus faible chiffre d'affaires lié au contrat des solutions d'identification de Côte d'Ivoire qu'en 2009. Si l'on exclut ce contrat, le chiffre d'affaires a augmenté en 2010 de 7 % sur une base organique, la hausse ayant notamment bénéficié d'un effet de change favorable du réal brésilien et du dollar australien. L'activité des cartes à puces enregistre une croissance en volume à deux chiffres, en partie atténuée par des conditions de prix moins favorables. Le résultat opérationnel courant de l'exercice 2010 s'établit à 128 M€ (12,3 % du chiffre d'affaires), en hausse de 49 % par rapport aux 86 M€ enregistrés en 2009 sur une base retraitée (9,5 % du chiffre d'affaires). L'amélioration est tirée par l'apport des activités récemment acquises, mais aussi par la très bonne performance des activités d'identification biométrique dans les pays émergents, qui ont compensé l'impact défavorable du contrat en Côte d'Ivoire. L'activité des cartes à puces a bénéficié de volumes accrus et d'une baisse des coûts de production plus importante que celle des prix unitaires. Le Groupe a continué à se développer en Inde et a émis avec succès le premier numéro à douze chiffres de l'UIDAI (Autorité Indienne d'identification) durant l'été 2010 ; depuis, un million et demi d'habitants se sont vus attribuer un numéro d'identification unique et sécurisé par une double biométrie.

* * * * *

Prochains événements

Assemblée Générale annuelle: 21 avril 2011
Chiffre d'affaires T1 2011: 28 avril 2011
Résultats S1 2011:28 juillet 2011

 

* * * * *

Safran organise aujourd'hui une réunion analystes et investisseurs à 8 h 45, heure de Paris, au Pavillon Kléber, 7 rue Cimarosa à Paris. L'écoute de la conférence est également possible en appelant le +33 8 11 93 08 20 depuis la France ou le +44 808 238 1773 depuis le Royaume-Uni. Une ré-écoute sera possible jusqu'au 4 mars 2011 au +33 1 72 00 15 00, et +44 203 367 9460, ou au +1 877 642 3018 (code d'accès 272200#). Safran organise également aujourd'hui une conférence de presse accessible uniquement aux journalistes à 10 h 45, heure de Paris, au Pavillon Kléber, 7 rue Cimarosa à Paris. Le communiqué de presse, la présentation et les états financiers consolidés sont disponibles sur le site Internet à l'adresse www.safran-group.com.

 

* * * * *

Chiffres cles

3.png
4.png
5.png
6.png
7.png
8.png
9.png
10.png

Notes

(1) Données ajustées Afin de refléter les performances économiques réelles du Groupe et de permettre leur suivi et leur comparabilité avec celles de ses concurrents, Safran établit, en parallèle à ses comptes consolidés, un compte de résultat ajusté. Le compte de résultat consolidé du Groupe Safran est ajusté pour tenir compte :

  • Des incidences de l'allocation du prix d'acquisition réalisée dans le cadre de regroupements d'entreprises significatifs. Ce retraitement concerne depuis 2005 les dotations aux amortissements des actifs incorporels liés aux programmes aéronautiques, réévalués lors de la fusion Sagem-Snecma. À compter de la publication des comptes semestriels 2010, le Groupe a décidé de retraiter les effets des écritures relatives à l'allocation du prix d'acquisition de tous les regroupements d'entreprises significatifs (et pas uniquement ceux liés à la fusion Sagem-Snecma), notamment les dotations aux amortissements des actifs incorporels, comptabilisées lors de l'acquisition, avec des durées d'amortissement longues, justifiées par la durée des cycles économiques des activités sur lesquelles opère le Groupe ;
  • De la valorisation au prix du marché des instruments dérivés de change, afin de rétablir la substance économique réelle de la stratégie globale de couverture du risque de change du Groupe :

- le chiffre d'affaires net des achats en devises est ainsi valorisé au cours de change effectivement obtenu sur la période, intégrant le coût de mise en oeuvre de la stratégie de couverture,

- la comptabilisation de la totalité des variations de juste valeur des instruments dérivés de change non dénoués à la clôture de l'exercice est neutralisée, y compris la partie dite « inefficace » depuis la publication des comptes annuels 2009, compte tenu de la part d'instruments optionnels mis en place, des actions d'optimisation initiées sur le portefeuille d'instruments de couverture et de la volatilité des paramètres de marché servant à leur valorisation à la juste valeur.

Table de passage, pour l'exercice 2010, du compte de résultat consolidé au compte de résultat ajusté :

Le résultat net consolidé pour l'exercice 2010 est un bénéfice net de 207 M€.

11.png

Il est rappelé que les comptes consolidés font l'objet d'un audit par les commissaires aux comptes du Groupe, y compris le chiffre d'affaires et le résultat opérationnel fournis en données ajustées dans la note aux états financiers consolidés relative aux informations sectorielles. Les données financières ajustées, autres que le chiffre d'affaires et le résultat opérationnel ajustés, font l'objet de travaux de vérifications dans le cadre de la lecture de l'ensemble des informations fournies dans le document de référence 2010. Les procédures d'audit des états financiers consolidés ont été effectuées. Le rapport de certification sera émis à l'issue du Conseil de surveillance du 4 mars 2011, après vérification du rapport de gestion et revue des événements postérieurs au 24 février 2011. (2) Résultat opérationnel courant Afin de mieux refléter les performances opérationnelles récurrentes, ce sous-total nommé « résultat opérationnel courant » exclut les éléments (charges et produits) qui ont peu de valeur prédictive du fait de leur nature, fréquence et/ou importance relative (pertes/reprises de pertes de valeur, plus et moins-value de cessions d'activités et autres éléments non opérationnels inhabituels et/ou significatifs).

* * * * *

Safran est un groupe international de haute technologie, équipementier de premier rang dans les domaines Aérospatial (propulsion, équipements), Défense et Sécurité. Implanté sur tous les continents, le Groupe emploie plus de 54 000 personnes pour un chiffre d'affaires de 10,8 milliards d'euros en 2010. Composé de nombreuses sociétés, le groupe Safran occupe, seul ou en partenariat, des positions de premier plan mondial ou européen sur ses marchés. Pour répondre à l'évolution des marchés, le Groupe s'engage dans des programmes de recherche et développement qui ont représenté en 2010 un investissement de 1,2 milliard d'euros. Pour plus d'informations, www.safran-group.com

Annexe

Compte tenu des changements de définition des données ajustées et des changements de présentation effectués au 30 juin 2010, les comptes de résultat 2009 ajustés ont été retraités afin de servir de base de comparaison pour les publications futures. Ces retraitements ont pour objet de répondre aux attentes des marchés financiers pour une meilleure lisibilité des comptes. Au premier semestre 2010, le Groupe a décidé de retraiter les effets des écritures relatives à l'allocation du prix d'acquisition (PPA) de tous les regroupements d'entreprises significatifs (notamment ceux liés aux acquisitions dans le domaine de la Sécurité) et non seulement ceux liés à la fusion Sagem/Snecma. Lors des regroupements d'entreprises, l'application des normes IFRS 3 et IFRS 3R conduisent le Groupe à comptabiliser, entre autres, des actifs incorporels significatifs avec une durée d'amortissement longue, justifiée par la durée des cycles économiques des activités sur lesquelles opère le Groupe, ce qui distord durablement la présentation des performances opérationnelles réelles du Groupe et sa comparabilité avec ses concurrents. En conséquence, les comptes de résultat annuels 2009 ajustés qui doivent servir de base de comparaison ont été retraités (i) des effets des écritures relatives à l'allocation du prix d'acquisition (PPA) des acquisitions significatives (notamment dans le domaine de la Sécurité).

Chiffres clés ajustés : 2009 retraité

12.png
13.png
14.png

Table de passage du compte de résultat consolidé 2009 au compte de résultat ajusté 2009. Contact Analystes et Investisseurs :

15.png

Pascal BANTEGNIE
Directeur de la communication financière
Tel +33(0)1 40 60 80 45
pascal.bantegnie@safran.fr

Antoine-Pierre de GRAMMONT
Tel +33(0)1 40 60 80 47
antoine-pierre.degrammont@safran.fr
Contact Presse :
Catherine MALEK
Responsable Relations Presse
Tél +33 (0)1 40 60 80 28
catherine.malek@safran.fr Groupe Safran
2, bd du Général Martial Valin
75724 Paris Cedex 15 – France

Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer