La Fondation Safran pour la musique aide les jeunes talents

La Fondation Safran pour la musique accompagne de jeunes talents dans leur formation ou leur essor professionnel. Elle soutient également les structures et les lieux qui leur permettent de se produire, ainsi que les initiatives locales solidaires dans le domaine musical. Françoise Descheemaeker, sa présidente, revient sur quelques-unes de ses actions les plus marquantes.

Pouvez-vous nous donner quelques exemples des actions les plus représentatives de la Fondation Safran pour la musique ?

Depuis deux ans, nous soutenons par exemple un projet mené avec la Cité de la musique, à Paris, baptisé « Musique de chambre dans les quartiers ». L'idée est de donner à des adolescents issus de quartiers sensibles l'occasion de s'initier à un instrument à cordes : violon, alto ou violoncelle. En juin 2010, les participants se sont produits avec le London Symphony Orchestra lors d'une matinée mémorable ! Nous avons aussi créé un prix Fondation Safran pour la musique que nous remettons chaque année à un jeune interprète prometteur, dans le cadre du cycle "Jeunes talents, Premières armes" du Musée de l'Armée.
Cette année, il sera décerné le 10 décembre à la violoniste d'origine coréenne Mi-Sa Yang. Autre exemple : nous avons aidé cette année le Festival du Périgord Noir à organiser une soirée de concert consacrée à quelques uns de nos jeunes talents, en présence de personnalités de haut niveau.

Le danseur Julien Lestel se produit lors du concert privé donné par Safran le 1er décembre, Salle Gaveau : quelles sont les raisons qui ont conduit la Fondation à lui apporter son soutien ? Et d'une façon plus générale, de quelles qualités un jeune talent doit-il faire preuve pour bénéficier de l'appui de la Fondation ?

Julien Lestel est totalement représentatif des personnalités que nous souhaitons soutenir. A la fois danseur et chorégraphe –il a fondé sa propre compagnie–, il est jeune, très talentueux, et travaille beaucoup avec des musiciens de très haut niveau, comme Karol Beffa ou François-René Duchâble. Nous pensons, avec beaucoup d'autres, qu'il devrait faire une très belle carrière.
Jeunesse, talent, audace, potentiel... Voilà nos principaux critères. J'ajouterais que nous sommes sensibles à la loyauté. Il est important à nos yeux que les jeunes artistes qui bénéficient de notre soutien parlent de nous quand ils en ont l'occasion et n'oublient pas leur mécène. Ce qui est jusqu'à présent tout à fait le cas.

Suivez-vous la carrière des artistes aidés par la Fondation Safran pour la musique ?

Oui, bien sûr ! Les artistes qui ont été soutenus par la Fondation nous donnent régulièrement de leurs nouvelles. Et nous ne manquons jamais de demander aux organisateurs de manifestations culturelles ou de festivals que nous soutenons si ils accepteraient de s'ouvrir à ces jeunes artistes que nous avons aidés.

Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer