Boeing 787 : les composites atterrissent avec succès

Messier-Dowty (groupe Safran) a élaboré des contrefiches en composite pour les trains d'atterrissage du Boeing 787 Dreamliner : une première mondiale sur un avion de ligne.

Le 22 juillet dernier, à Everett (Etat de Washington) où sont situées les usines de Boeing, un B787 Dreamliner a effectué un premier vol d'essai avec un train principal équipé de contrefiches en matériaux composites. « C'est la première fois au monde qu'un avion commercial décolle et atterrit avec un train d'atterrissage doté de cette technologie », se félicite Patrick Dunleavy, expert émérite en Mécanique et Composites chez Messier-Dowty. Les contrefiches sont les deux « bras » qui permettent de maintenir le train principal lors de l'atterrissage et des phases de roulage. Sur les avions de ligne actuels, ces pièces sont en grande majorité réalisées en acier. L'utilisation de matériau composite permet d'en réduire significativement la masse. Sachant qu'un train principal est doté de deux contrefiches et que le Boeing 787 est équipé de deux trains principaux… Le gain est loin d'être négligeable ! Les matériaux composites offrent également une meilleure résistance à la corrosion ce qui limite les interventions de maintenance et réduit donc les coûts d'entretien.

Un travail d'équipe

Très sophistiquée, la technologie retenue par Messier-Dowty pour réaliser ces contrefiches est celle du tissage 3D, maitrisée par la société Albany International avec qui Safran a noué un partenariat depuis plus de dix ans pour adapter cette technique aux applications aéronautiques. Les fibres sont consolidées en injection RTM (Resin Transfer Moulding).
L'application à des contre-fiches de trains d'atterrissage a été réalisée par le bureau d'études de Messier-Dowty notamment en ce qui concerne transition entre les différents matériaux de la chape (la partie en forme d'oeil) et de la partie cylindrique. La matrice est tout d'abord tissée à plat avec des fils de carbone, puis mise en forme avant de recevoir la résine sous pression.

Conçu et géré par Messier-Dowty, avec l'appui technique de Boeing, le développement du matériau des contrefiches est le fruit d'une collaboration entre plusieurs sociétés du groupe Safran. « Nous avons bénéficié de l'appui méthodologique de Snecma pour la modélisation des matériaux, et de l'expérience d'Aircelle qui réalise déjà des pièces en RTM pour ses nacelles. Aircelle est d'ailleurs responsable de la fabrication des contrefiches dans son usine du Havre. Nous avons aussi travaillé étroitement avec Boeing et la FAA pour certifier cette première pièce structurale en composite sur un train d'atterrissage », précise Patrick Dunleavy.

Le vol d'essai du 22 juillet dernier marque une étape majeure dans l'introduction des technologies composites sur des pièces de structure des trains d'atterrissage. Pour Messier, cette première collaboration sur un programme commercial avec Boeing revêt une dimension particulière, en effet ce programme devrait à terme représenter une part très importante de l'activité de la société.

Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer