Le « Bathélico » de Kaboul

Turbomeca motorise l’ensemble des hélicoptères français déployés à Kaboul, la capitale afghane. L’excellente disponibilité des appareils témoigne d’un soutien technique sans faille.

Dans le cadre de sa participation à la FIAS (Force Internationale d'Assistance à la Sécurité), la France déploie désormais onze hélicoptères sur l'aéroport international de Kaboul. Les trois appareils EC725 Caracal et les trois SA342 Gazelle en place depuis plusieurs mois ont été rejoints en juillet 2009 par trois EC665 Tigre HAP puis par deux AS532 Cougar.
La montée en puissance de cette force héliportée s'est traduite par la création d'un bataillon hélicoptères ou « Bathélico », également baptisé « Task Force Mousquetaire ». De la Gazelle au Tigre, en passant par les hélicoptères de manoeuvre Caracal et Cougar, les appareils déployés sont capables de remplir une très large gamme de missions en combinant leurs capacités : depuis l'appui-feu jusqu'au soutien logistique, en passant par les évacuations sanitaires, la reconnaissance, la surveillance ou même l'assaut héliporté.

Disponibilité maximale

A l'exception des Tigre, l'entretien de toutes les turbines de cette flotte entre dans le cadre du contrat MCO (Maintien en Condition Opérationnelle) signé entre Turbomeca (groupe Safran) et l'Etat français en 2001. « Un contrat portant sur 1 800 moteurs, avec obligation contractuelle de garantir la disponibilité à tout moment de 1 100 d'entre eux, rappelle Alain Peltier, chef du département MCO France chez le motoriste. Que ces turbines soient ensuite utilisées sur des appareils évoluant en France ou à Kaboul ne change rien pour nous, en théorie. Mais un effort particulier est fait pour atténuer les difficultés logistiques propres à ce théâtre d'opération éloigné de 6 000 km des sites de maintenance. Nous envoyons un moteur de rechange vers Kaboul dès que le besoin se précise, sans attendre le retour en France du moteur déposé. Cela permet de maintenir un niveau très élevé de disponibilité des hélicoptères, sans avoir à déployer de personnel sur place. L'accent est donc mis sur la disponibilité de matériel en bon état et sur le flux logistique. » Turbomeca offre également un « soutien technique de proximité », avec la mise en place d'une hot-line et de spécialistes techniques à l'écoute des militaires.
« Les moteurs souffrent en Afghanistan de conditions d'utilisation difficiles, note enfin Alain Peltier, chaleur et poussière forment un cocktail ravageur. Mais nous utilisons le retour d'expérience pour améliorer encore et encore nos moteurs. »

Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer