Trois questions à Marc Ventre, directeur général adjoint, en charge de la branche Propulsion aéronautique et spatiale.

Trente ans d’Ariane : retour sur une aventure fructueuse pour Safran.

Comment les sociétés du groupe Safran, et en particulier Snecma, ont-elles participé à la réussite d'Ariane ?

Le groupe Safran, et à travers lui les différentes sociétés qui se sont retrouvées dans son giron, ont toujours été parties prenantes de l'aventure du lanceur européen Ariane. Lors de son premier vol, le 24 décembre 1979, la fusée est motorisée par la SEP (Société Européenne de Propulsion) : quatre moteurs Viking V au premier étage, un Viking IV au deuxième et un HM7 au troisième. La société Snecma reprend le flambeau en juin 1984 après avoir pris le contrôle de la SEP. Toutes les familles d'Ariane ont, depuis, gardé cette motorisation, élément-clé de leur réussite.

Quelles sont les applications Safran sur les versions actuelles d'Ariane 5 ?

Safran réalise, seul ou en coopération, l'ensemble de la propulsion d'Ariane 5. La propulsion cryogénique tout d'abord, avec les moteurs Vulcain 2 et HM-7B ainsi que leurs équipements associés. Snecma est aussi maître d'oeuvre du programme Vinci qui propulsera l'étage supérieur des prochaines évolutions d'Ariane. Europropulsion, co-entreprise, détenue à 50/50 par Safran et le groupe Avio, est responsable des moteurs à propergol solide (les boosters). Snecma Propulsion Solide (groupe Safran) est en pointe dans ce domaine mais pas seulement : SPS réalise encore les tuyères divergentes des boosters et les sphères de stockage d'hélium liquide pour l'étage supérieur. Il faut également citer les sociétés Techspace Aero (groupe Safran) qui réalise les vannes de commande servant à injecter les ergols et à réguler leur mélange, Labinal (groupe Safran), responsable des harnais électriques de l'étage principal du lanceur et du moteur Vulcain et Sagem (groupe Safran) qui fournit les gyromètres du système de guidage.

Quel bilan le Groupe peut-il tirer de cette aventure spatiale ?

Le spatial revêt une importance stratégique pour Safran, car il a permis le développement de technologies de pointe applicables dans l'aéronautique comme, par exemple, les tissus imprégnés de carbone. Développés pour les lanceurs spatiaux, ils ont apporté légèreté et résistance aux tuyères, mais ils ont aussi trouvé une extraordinaire application dans les freins carbone. Messier-Bugatti (groupe Safran) est aujourd'hui leader mondial grâce à cette innovation. Le spatial utilise aussi beaucoup les matériaux CMC (composites à matrices céramiques) que nous commençons également à employer pour la fabrication d'aubes de turbines dans les réacteurs militaires et civils de dernière génération comme le LEAP-X.

Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer