SAFRAN dans le ciel Afghan

Malgré des conditions d'emploi très dures, les trois EC-725 « Caracal » déployés par l'armée de l'Air française en Afghanistan remplissent leur contrat opérationnel 24 heures sur 24. Les équipements des sociétés du Groupe SAFRAN permettent à ces hélicos de bénéficier de très hautes performances.

Le ciel de Kaboul bourdonne au rythme des Mil Mi-8 et Mi-17 utilisés dans la capitale afghane. Les hélicoptères de fabrication russe sont fidèles à leur réputation : rustiques, solides, puissants. Mais quand la nuit tombe ou quand les conditions météorologiques deviennent trop mauvaises, les Mil restent au sol. Il ne reste donc alors que les trois hélicoptères EC-725 Caracal du détachement de l'armée de l'Air.



Au service de tous

Ces bimoteurs de onze tonnes en charge sont à l'heure actuelle les appareils les plus perfectionnés disponibles à Kaboul. Ils sont les seuls à pouvoir intervenir par tous temps, de jour comme de nuit, pour une très grande palette de missions : transport de personnel ou de matériel, reconnaissance.... Mais leur mission phare reste les évacuations sanitaires (« Medevac ») au profit des soldats de l'Otan et des civils afghans. « Nos hélicoptères sont au service de tous et la finalité de notre action est d'aider l'Afghanistan à se relever », souligne le Lieutenant-colonel Olivier C., patron du détachement.
Avec un réseau routier mal-en-point, sous la menace permanente des embuscades par les groupes d'insurgés, l'hélicoptère représente bien souvent la seule possibilité de survie pour des blessés graves. En cinq mois l'année dernière, le détachement Caracal a réalisé 335 heures de vol, dont 54 de nuit. Il a accompli 24 missions Medevac, ramenant au total une cinquantaine de blessés.



Pilote automatique et motorisation

Les équipages soulignent volontiers les deux principaux atouts du Caracal : le perfectionnement du pilote automatique (PA) et la fiabilité de la motorisation.
« Le PA très perfectionné [ndlr : le Groupe SAFRAN, via sa filiale Sagem Avionics, participe à ce PA] est en adéquation parfaite avec l'hélicoptère et ses missions complexes », notent-ils. « On retrouve sur l'EC-725 les modes supérieurs classiques des PA très sécurisés (tenue de vitesse, de cap, d'altitude, acquisition d'altitude, etc) mais aussi des modes supérieurs remarquables comme l'acquisition et la tenue automatique de vol stationnaire. Même par fort vent de travers ou dans des conditions météorologiques dégradées, l'EC-725 offre une stabilité et une précision exceptionnelles ». Quant aux moteurs, malgré des conditions d'emploi difficiles (altitude, températures élevées...), les Makila 2A signés Turbomeca (Groupe SAFRAN) ne montrent aucune défaillance. Les EC-725 affichent une disponibilité parfaite, supérieure à 95%, opérations de maintenance programmées comprises.



Mission accomplie

A cela s'ajoute une poussière omniprésente, aussi dure pour les hommes que pour les machines. Les hélicoptères sont lavés une fois par semaine et font l'objet d'une maintenance préventive soignée. Ces efforts paient puisque aucun changement de moteur non-programmé n'a été nécessaire depuis le début du déploiement. Arrivé en bout de potentiel, un Makila a toutefois été remplacé. L'intervention a demandé moins d'une demi-journée de travail à une équipe de trois hommes. « Le premier étage du moteur que nous déposons est impressionnant à voir », note l'adjudant qui dirige la manoeuvre. « Il est complètement abrasé par le sable, mais il a parfaitement rempli son rôle en absorbant l'essentiel de l'usure ».



Voir le reportage photo complet sur les Caracal en Afghanistan" : cliquez ici

Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer