Morpho RapID, l'identification au creux de la main

Fort de 25 ans d'expérience dans le domaine de la biométrie, Sagem Sécurité offre avec le Morpho RapID 1100 un terminal mobile d'identification compact. Permettant une utilisation simple et sûre par les forces de police, il est doté de nouvelles fonctionnalités de communication et de mise en réseau.

Dévoilé lors du salon Milipol Qatar de novembre dernier, le terminal mobile d'identification Morpho RapID 1100 de Sagem Sécurité (société du Groupe SAFRAN) devrait équiper à la fin de l'année la police de la Nouvelle-Galles du Sud, l'état le plus peuplé d'Australie. Intéressant plusieurs polices à travers le monde, ce terminal - lancé en juillet - assure l'identification en temps réel de toute personne, par reconnaissance faciale, grâce à un appareil photo numérique incorporé et la reconnaissance des empreintes digitales, via un capteur situé sur le dessus. Les données capturées sont immédiatement comparées grâce à des fonctions avancées de télécommunication, à une base de données centrale.

Défini en coopération avec diverses forces de police dans le monde, le Morpho RapID 1100 répond à leur besoin d'information en temps réel. Avec sa technologie 3G, il est le seul système compatible avec les cinq bandes utilisées dans le monde par les opérateurs GSM. Donner aux policiers la capacité de savoir immédiatement si une personne est recherchée leur permet de faire face de manière appropriée à toute situation et d'accroître leur présence sur le terrain.

Un maître mot : la sécurité

Conçu pour offrir une robustesse accrue et pour opérer en extérieur pendant toute une journée sans être rechargé, le Morpho RapID 1100 est utilisable d'une main grâce à son poids de 750 grammes. « Il s'agit d'un outil permettant d'accomplir le travail sans prendre de risque sur la sécurité. C'est pour nous une préoccupation permanente », explique Albert Tabet, chef de produit chez Sagem Sécurité. « Le terminal est conçu pour que le processus d'identification ne mette pas en danger son utilisateur et crée un rapport de force favorable au policier : la personne à identifier n'a aucun accès aux informations affichées sur l'écran du terminal », complète-t-il. Frédéric Chevalier, chef de projet pour Sagem Sécurité, ajoute : « Le policier n'a rien à déclencher, la capture de la photographie et des empreintes se fait automatiquement. »

Développement à l'horizon

En 2009, l'appareil évoluera, avec le Morpho RapID 1200 qui ajoutera la lecture de cartes à puce ou de cartes sans contact. Si celles-ci disposent de données biométriques, elles seront comparées avec celles du porteur.

2 500 exemplaires de Morpho RapID 100 - la génération précédant le Morpho RapID 1100 - ont déjà été vendus dans le monde (notamment aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, au Moyen-Orient, en Afrique du Sud et en Australie). A terme, les besoins des polices devraient permettre de commercialiser plusieurs milliers d'appareils de troisième génération.

Les pays limitrophes de l'Union Européenne constituent également un marché potentiel où l'appareil peut permettre de renforcer le contrôle aux frontières avec les passeports biométriques. Le Groupe SAFRAN, avec l'activité « Border Control » de Sagem Sécurité, dispose déjà d'une bonne connaissance des forces de police aux frontières et de leurs besoins, ainsi que d'une expérience avérée dans ce domaine.

Appuyer sur Entrée pour valider ou Echap pour fermer