Les partenariats scientifiques : un levier-clé pour innover

Repousser les frontières technologiques pour envisager les innovations futures nécessite de travailler en coopération avec le monde scientifique. Safran s’appuie ainsi, en France comme à l’international, sur un large réseau de partenaires publics : laboratoires renommés, grandes écoles, ou encore programmes de recherche thématiques.

Une synergie étroite avec la recherche

Collaborer avec des organismes de recherche fait depuis longtemps partie de la culture du Groupe, dont les premiers partenariats avec de grands laboratoires publics remontent aux années 70.

Ces collaborations concernent toutes les disciplines scientifiques liées à l'activité du Groupe. Les équipes de Safran savent que pour innover, il faut explorer des domaines connexes à sa spécialité.
Des équipes mixtes interdisciplinaires ont donc été mises en place, composées d'ingénieurs et de scientifiques. Les chercheurs peuvent ainsi mettre leurs connaissances au service des différents métiers du Groupe, soit l'aéronautique, l'espace, la défense et la sécurité. Safran emploie également plus de 450 docteurs ès sciences, et soutient les travaux de quelque 150 doctorants.

Des partenariats à la pointe de l'innovation

Des collaborations ont été instituées avec des structures de haut niveau, telles que:

  • Le CEA (Commissariat à l'énergie atomique), avec lequel le Groupe a conclu en 2013 un accord cadre afin de bénéficier de technologies de pointe issues de domaines connexes à ses activités, notamment dans le nucléaire, la communication, les énergies renouvelables ou encore les nanotechnologies
  • Le CERFACS (Centre européen de recherche et de formation avancée en calcul scientifique), qui collabore avec Safran dans les domaines de la simulation numérique de haute performance, des méthodes d'optimisation et du couplage multi-physique
  • Les IRT (Instituts de recherche technologique) Saint Exupéry, M2P, SystemX et Vedecom, travaillent avec le Groupe dans le cadre des Programmes d'investissements d'avenir
  • L'Onera (Centre français de recherche aérospatiale), avec qui le Groupe a renouvelé en novembre 2013 un partenariat de cinq ans portant notamment sur l'aérodynamique, la combustion, l'acoustique, et les matériaux composites métalliques.

Parallèlement, en collaboration avec l'Onera et le CNRS, le Groupe a engagé un ensemble de recherches complémentaires dans le cadre de cinq programmes thématiques, dits "indiens".

Moteur Vinci®
  • Inca (INitiative en Combustion Avancée), qui fédère les recherches de 15 laboratoires sur trois types de propulsion : moteurs d'avions et d'hélicoptères, moteurs du lanceur Ariane, et propulsion à propergol solide (utilisée notamment pour les missiles).
  • Maia (Méthodes Avancées en Ingénierie mécAnique) : 50 laboratoires étudient la modélisation de vibrations complexes et la mécanique des contacts, afin notamment d'améliorer la prévision de la durée de vie des structures, et donc d'optimiser les cycles de maintenance.
  • Iroqua (Initiative de Recherche pour l'Optimisation acoustiQUe Aéronautique) : un réseau d'une trentaine de laboratoires travaillent à la réduction du bruit généré par les avions, notamment au voisinage des aéroports.
  • POCA: réseau constitué par Safran et les laboratoires d'Electrotechnique du CNRS, destiné à mettre en commun les compétences nécessaires aux avancées sur les technologies de l'avion plus électrique pour la prochaine décennie.
  • Haida (cHAllenges aérothermIques et aéroDynAmiques) : cinq laboratoires étudient l'aérothermique et l'aérodynamique.

Coopérer avec les grandes écoles

Renforcer ses liens avec les plus grandes écoles d'ingénieurs, en France et à l'étranger, est une priorité pour Safran. Pour un groupe de haute technologie, les niveaux des formations sont un enjeu majeur. Aujourd'hui, 11 % des collaborateurs de Safran sont issus des meilleures écoles d'ingénieurs ou titulaires d'un doctorat. Au-delà du recrutement, le Groupe est convaincu du potentiel créatif que représente un tel rapprochement.

À l'international, Safran collabore entre autres avec les universités de Sheffield (Royaume-Uni), du MIT, de Stanford ou de Virginia Tech (Virginia Polytechnic Institute and State University) aux Etats-Unis, ainsi qu'avec des établissements en Chine et en Inde.

Dans ces structures, Safran s'implique au quotidien en participant aux forums étudiants, à des tables rondes avec des universitaires, aux conseils d'administration, ainsi qu'en soutenant des chaires (celle créée en collaboration avec Centrale Paris et Supélec, par exemple, qui porte sur la robustesse, le contrôle et la modélisation des systèmes embarqués aéronautiques).