Avertissement Ce site n'est pas recommandé pour les navigateurs Internet Explorer. Veuillez utiliser un autre navigateur Web pour profiter d'une meilleure expérience.

WeTrack : une solution de surveillance de l’espace unique au monde

Business

Découvrez la solution de surveillance de l’espace WeTrack proposée par Safran Data Systems, une technologie unique au monde qui permet de maîtriser les objets circulant en orbite, contribuant à une utilisation pacifique et ordonnée de l’espace. Alexandre Thily, Directeur commercial chez Safran Data Systems, répond à nos questions sur ces solutions de surveillance.

Comment fonctionne la technologie WeTrackTM proposée par Safran Data Systems ?

WeTrackTM est au service de la surveillance de l'espace. Ces technologies permettent de déterminer la position des satellites, de manière complètement « passive ». Comment ? Notre technologie vient s'illustrer et se distinguer en observant non pas le reflet de la lumière sur les satellites, comme c'est le cas avec les télescopes, mais en analysant les signaux émis par les satellites. Pour ce faire, nous utilisons des capteurs radiofréquences (RF) que nous avons déployés en France, en Asie (Thaïlande) ainsi qu'aux États-Unis. Ces trois bases de capteurs apportent une couverture complète, et des calculs mathématiques permettent de reconstituer la position exacte de l'objet. C'est extrêmement précis : à partir du moment où l'on a marqué un objet, on en a la signature radiofréquence certifiée et on ne peut plus la perdre. Nous pouvons ainsi voir la quasi-intégralité des satellites géostationnaires*. Toutes ces technologies, jusqu'à présent uniques au monde, sont brevetées.

*Satellites géostationnaires : satellites commerciaux, militaires ou encore gouvernementaux situés sur l'orbite géostationnaire, qui tourne à la même vitesse que la Terre, restant donc au-dessus du même point du globe et donnant l'impression de ne pas bouger.

 

Récemment, vous avez eu l'occasion de démontrer le potentiel de cette technologie au cours de l'exercice AsterX. Pouvez-vous nous raconter cette expérience ?

AsterX est un exercice de simulation, où l'on se mettait dans un scénario, fictif mais probable, de différents Etats avec des jeux d'alliance qui conduisent à des incidences sur l'environnement spatial. Il s'agit du premier exercice d'une telle ampleur en France et en Europe. Avec la participation de tous les partenaires, on a pu recréer de manière fine et authentique un environnement spatial fictif. En modifiant les paramètres, il fallait voir quels moyens permettaient de détecter ces changements et prendre rapidement des décisions adéquates. Cet exercice nous a permis de voir que le capteur RF permettait d'apporter à la fois une très grande rapidité et beaucoup de réactivité. Nous avons prouvé que Safran Data Sytems est un partenaire digne de confiance dans la réalisation de tâches de surveillance. Le responsable de WeTrackTM a également eu l'honneur de présenter notre technologie au Président de la République, Emmanuel Macron. L'occasion de rappeler la singularité de notre service qui est complémentaire aux autres technologies (radars, télescopes…), la coopération avec l'ensemble des acteurs, institutionnels ou fournisseurs de services commerciaux, étant au cœur du futur de l'espace.

 

Quels sont les enseignements que l'on peut tirer de ces exercices ?

Nous participons régulièrement à d’autres exercices avec des nations alliées de la France et d’autres fournisseurs de services complémentaires au service WeTrackTM. La plupart de ces autres exercices interviennent soit sur la situation spatiale réelle, soit de manière plus théorique. Safran Data Systems est maintenant rompu à l’exercice de coopérer entre plusieurs acteurs pour déterminer une situation spatiale et aider à la prise de décision.

L'exercice AsterX est le premier auquel nous participons s'appuyant sur des données de mesure simulées. La simulation de données permet de valider que nos systèmes continuent de répondre aux attentes de nos clients, même en situation de crise.

Une des finalités de l'exercice était également d'éprouver les concepts opérationnels d'emploi des capteurs. Dans ce contexte, le soin tout particulier que nous avons porté à l'interface de contrôle et de visualisation de WeTrackTM prend tout son sens. Même si l'affichage de la situation spatiale n'est pas notre cœur d'activité, le volet graphique de notre service a suscité beaucoup d'intérêt et s'est imposé comme une des valeurs ajoutées de notre offre.

Ces exercices, de par tous les retours clients et opérationnels qu'ils apportent, sont une source d'inspiration essentielle pour les évolutions futures de notre offre. 

 

Quels sont les enjeux stratégiques qui gravitent autour la surveillance de l'espace ? Quel est l'impact pour Safran Data Systems ?

Ces dix dernières années, la baisse considérable des barrières à l'entrée pour y accéder a fait de l'espace un nouvel eldorado. Encore peu contrôlé, ce territoire représente une opportunité unique pour tous les acteurs, gouvernementaux mais également privés qui veulent tirer leur épingle du jeu, ce qui induit un besoin des Etats tout aussi grand de se prémunir d'éventuelles menaces dans l'espace. Il y a donc de fortes attentes pour développer les technologies de surveillance adéquates. Au-delà des conflits géopolitiques, la densification de l'utilisation de l'espace est également à observer de près. De plus en plus d'objets se retrouvent en orbite et il faut veiller à ce qu'ils ne rentrent pas en collision. Les capteurs RF qui permettent de maîtriser les connaissances de l'espace vont ainsi contribuer à la gestion pacifique et coopérative de l'espace. De manière globale, le secteur du spatial reste un marché relativement résilient. Nous avons eu de la chance, car la crise sanitaire n'entrave pas les programmes au cycle long du secteur spatial. Les perspectives sont donc plutôt bonnes. L'intensification du trafic spatial nous offre un très bel avenir. Il y a une forte attente pour mettre en place différents outils pour réguler cette densification et Safran Data Systems sera au rendez-vous.

Dernières actualités
  • ©