Avertissement Ce site n'est pas recommandé pour les navigateurs Internet Explorer. Veuillez utiliser un autre navigateur Web pour profiter d'une meilleure expérience.

We Love Intrapreneurs : et après ?

Ressources Humaines

Lancé fin 2018, le programme d’intrapreneuriat « We Love Intrapreneurs » continue à susciter des vocations au sein de Safran. Son principe ? Aider des collaborateurs à développer de nouveaux produits et services créateurs de valeur pour le Groupe, après un processus de sélection inspiré du monde des start-ups. Alors que la saison 5 sera bientôt lancée, penchons-nous sur le parcours des premiers lauréats. Que sont-ils devenus ? A quoi ressemble la vie professionnelle après l’intrapreneuriat ? Voici les témoignages de deux ex-intrapreneurs sur leur expérience et leur retour en société.

Retour intrapreneurs en société

Laurent Miralles, 37 ans, a fait partie de l’équipe Run[waiz], l’un des deux projets lauréats de la première saison. Objectif : fournir aux aéroports un service digital d’évaluation et de prédiction de l’état d’adhérence des pistes d’atterrissage pour faciliter la maintenance. Nouveau produit, nouveau client… L’innovation était au rendez-vous ! Pour cet ancien pilote de projets de R&T chez Safran Nacelles, plonger dans l’univers de l’intrapreneuriat a été « une aventure unique, sans doute le meilleur choix professionnel que j’aie fait. »

 

Pourtant, après un an et demi, Laurent a décidé de quitter le projet. Il revient sur les raisons de son choix : « L’intrapreneuriat est une expérience intense et je n’ai pas su maintenir un bon équilibre vie privée/vie professionnelle. Par ailleurs, comme dans toute équipe, des divergences peuvent se produire sur les choix stratégiques. J’avoue que cela a été une décision difficile à prendre, mais je ne la regrette pas. Je suis heureux de constater que Run[waiz] continue son aventure chez Safran Landing Systems et je reste en lien avec le reste de l’équipe. »

Laurent Miralles
Laurent

L’accompagnement des équipes RH

Pour Marc Perrin, 31 ans, l’aventure s’est arrêtée en novembre 2020. Ingénieur Matériaux et Procédés chez Safran Transmission Systems, il avait rejoint le projet SmartCast(1) (l’autre lauréat de la saison 1) visant à maintenir, supporter et développer la fonderie aluminium au sein du Groupe. « J’ai trouvé la démarche stimulante, elle m’a permis de sortir du cadre tout en restant dans la continuité de mon précédent poste », explique-t-il.

 

Mais après le premier jalon stop/go(2) passé avec succès le projet a été arrêté après 1 an au sein de l’accélérateur interne du programme We Love Intrapreneurs (également connu sous le nom de « booster »). « Les solutions que nous proposions à date n’ont pas été jugées suffisamment convaincantes en l’état, se souvient Marc. En outre, la dynamique d’équipe nous faisait défaut. Or, c’est un aspect essentiel pour la réussite d’un projet. Après une phase de retour d’expérience entre nous et avec les autres équipes d’intrapreneurs, nous avons préparé chacun notre reconversion. »

Marc Perrin 2
Marc

Laurent comme Marc ont été accompagnés par les équipes RH de Safran SA, l'entité à laquelle est rattaché le Booster. Tous deux ont ainsi vu leur profil mis en visibilité. Ils ont aussi activé leur propre réseau, enrichi par les contacts noués pendant leur parcours d’intrapreneurs.

L’intrapreneuriat, un plus pour le CV

Laurent n’a mis qu’un mois à trouver un poste : depuis juillet 2021, il a rejoint le service prototypage de la R&T chez Safran Electronics & Defense à Massy, dont il a pris la responsabilité depuis septembre 2022. « L’intrapreneuriat a été un “plus” pour ma candidature, un gage de polyvalence et de débrouillardise, mais aussi d'une orientation marketing et business qui a été très appréciée par mon manager. Car mon service actuel fonctionne un peu comme une start-up : il faut aller vite, tester de nouveaux concepts, être agile... C’est une bonne reconversion après l’intrapreneuriat ! »

 

Marc, quant à lui, s’est vu proposer un poste d’auditeur interne chez Safran SA en avril 2021. Un changement de cap qui, contrairement aux apparences, n’est pas étranger à son passé d’intrapreneur ! « L’intrapreneuriat m’a ouvert les yeux sur d’autres domaines que la technique et m’a donné envie de m’investir dans des problématiques plus business et plus stratégiques. Or, c'est précisément ce qui m'est demandé à chaque mission d’audit. En apportant la preuve de ma curiosité d’esprit, de ma volonté de s’investir et de ma capacité d’adaptation, l’intrapreneuriat a clairement joué en ma faveur pour obtenir ce poste. »

 

Comme le démontrent les témoignages de Laurent et Marc, l’intrapreneuriat est une aventure technique et humaine, mais aussi une belle passerelle professionnelle. Alors, si vous avez un projet d’innovation, n’hésitez plus à candidater à la prochaine saison du programme We Love Intrapreneurs !

 

(1) Initialement baptisé Fonderie ALU 4.0. (2) Les stop/go sont des revues périodiques au cours desquelles les investisseurs internes (présidents de sociétés) décident de donner un go/no go sur la suite du projet.