Avertissement Ce site n'est pas recommandé pour les navigateurs Internet Explorer. Veuillez utiliser un autre navigateur Web pour profiter d'une meilleure expérience.

Travailler chez Safran Engineering Services: Christophe Bouvier, ingénieur performance moteur

Ressources Humaines

Après avoir suivi des études d’ingénieur en France puis en Angleterre et un stage chez Ariane Group, Christophe Bouvier a rejoint Safran Engineering Services en 2017, au poste d’ingénieur performance moteur. Il nous parle de son parcours.

Qu’avez-vous fait avant de venir travailler chez Safran Engineering Services ?

Je suis diplômé d’une école d’ingénieur avec prépa intégrée : l’INSA de Rouen. Après avoir effectué un stage de 5 mois chez Ariane Group à Vernon, je suis partie faire ma cinquième année de Master à Cranfield, en Angleterre. J’y ai approfondi ma spécialité en énergétique et propulsion avec une option en thermodynamique et propulsion appliquée au domaine aéronautique. Quand je suis rentré en France, avec mon double-diplôme, j’ai cherché un emploi. J’ai intégré Safran Engineering Services en janvier 2017 grâce à un ami qui m’a parlé de cette opportunité et au processus de cooptation mis en place par l’entreprise.

Quel poste occupez-vous chez Safran Engineering Services ?

Je travaille en tant qu’ingénieur performance moteur, en coopération avec plusieurs pôles de Safran Aircraft Engines. J’ai d’abord collaboré au sein du programme Silvercrest, qui est à un stade de développement avancé, et je travaille désormais majoritairement sur les avant-projets. En quelques mots : Safran Aircraft Engines reçoit le descriptif des besoins de l’avionneur, envisage différentes architectures motrices puis sélectionne et développe les plus prometteuses. Nous, Safran Engineering Services, participons à ce processus en prenant en charge une partie des calculs de simulation, en traitant les résultats obtenus et en analysant les différentes architectures envisagées. Sur le Silvercrest, les études se concentraient sur les aspects de régulation et d’opérabilité, la géométrie du moteur étant largement figée. A l’inverse, en avant-projet, des éléments importants de l’architecture sont susceptibles d’être modifiés afin, par exemple, de réduire la consommation de carburant. Au sein d’un même métier, j’ai ainsi vu deux aspects différents de la conception moteur. Ce que j’apprécie le plus, c’est travailler sur le moteur complet et ainsi déterminer l’impact de chaque modification sur l’ensemble de celui-ci.

Comment vous voyez-vous évoluer ?

Dans l’immédiat, je souhaite rester chez Safran Engineering, car j’aime travailler sur des aspects très techniques et pouvoir le faire de manière autonome, sur notre site de Saclay et au sein d’une équipe conviviale. Plus tard, j’aimerai évoluer et, pourquoi pas, saisir une opportunité chez Safran Aircraft Engines, afin de pouvoir davantage participer aux prises de décisions quant aux choix d’architectures, qui sont aujourd’hui du ressort de ce client.

 

 

Vous aussi, vous êtes interessé par le métier d'ingénieur performance moteur ? Candidatez sur notre site.

Dernières actualités
  • ©