Avertissement Ce site n'est pas recommandé pour les navigateurs Internet Explorer. Veuillez utiliser un autre navigateur Web pour profiter d'une meilleure expérience.

Cloche
Abonnez-vous à la newsletter

Sébastien Mériaux, être manager chez Safran Engineering Services

Business

Sébastien Mériaux a multiplié les expériences avant de travailler chez Safran Engineering Services. Puis il est arrivé en 2014, directement au poste de responsable de service. Il est aujourd’hui chef d’un département de quatre-vingt personnes sur le site de Saclay. Il nous parle de ce parcours qui lui a permis de saisir cette belle opportunité.

D’ingénieur logiciel à chef de projet

Sébastien est diplômé de l’IMERIR, l’Institut méditerranéen d'étude et recherche en informatique et robotique de Perpignan. Il en est sorti en 2002, concluant son stage dans la PME Technilog par une embauche en tant que développeur logiciel. « Après deux ans passés dans l’entreprise, j’ai eu envie d’évoluer et j’ai rejoint ASSYSTEM, une SS2I, toujours en tant qu’ingénieur développement. J’étais chargé de créer et valider les logiciels et l’électronique associée pour une nouvelle gare de télépéage en Normandie, avec une équipe de quatre personnes ». En 3 ans, Sébastien développe ses compétences, et souhaite à nouveau évoluer.

En 2007, il rejoint donc l’entreprise SII en tant que chef de projet. Il y multiplie les missions. Il passe du domaine de l’énergie, au secteur textile, puis à la défense. Son périmètre est large : il fait du calcul ou développe des applications logistiques.

Découverte du monde aéronautique

En 2010, il rejoint Eurogiciel, société de conseils, pour effectuer une mission chez Safran Landing Systems : sa première rencontre avec le monde aéronautique de Safran. « J’avais envie de faire davantage de gestion de projet. J’étais donc chargé de piloter la vérification et la validation des logiciels et des calculateurs intégrés dans les trains d’atterrissage », explique-t-il. Programme Boeing 787, Airbus A350, pendant trois ans, il travaille pour le compte de Safran, pilotant une équipe pluridisciplinaire de 22 personnes.

En 2013, Eurogiciel perd cette activité au profit de Safran Engineering Services. Sébastien part donc vers une nouvelle aventure chez SQLI. Il explore un nouveau domaine : celui du web et du mobile en tant que directeur projet. Il encadre et réalise également des audits de conseils auprès de grands groupes. Son expérience aéronautique est alors un atout qu’il met en avant. « Cela me manquait aussi. Et puis, grâce à cela, j’ai trouvé un poste chez Safran Engineering Services ».

Manager chez Safran Engineering Services…

En 2014, fort de ses précédentes expériences, Sébastien entre chez Safran Engineering Services directement en tant que chef de service Systèmes de régulation et Modélisations Systèmes. Il travaille à nouveau pour le compte de Safran Landing Systems sur le programme Airbus A350 et de Safran Aircraft Engines sur le Silvercrest. Il gère un service multi-activités de 40 personnes, notamment en charge de la validation de systèmes moteurs et trains d’atterrissage.

Un nouveau défi

Depuis le mois de novembre 2017, Sébastien a évolué sur un poste de chef de département Produits Electronique et Logiciel sur le site Safran Engineering de Saclay. Il retrouve ses premiers amours et le monde des logiciels embarqués et des applicatifs, très tournés vers l’innovation : « Nous développons, par exemple, des suites applicatives pour le Contrôle Non Destructif en partenariat avec Safran Tech qui est sur le même site », précise-t-il. Son périmètre comprend également des activités de moyens d’essai et de bancs de test. A tout juste 39 ans, il supervise un département de 80 personnes. Et c’est cela, son défi du moment : « construire une équipe solide, stable et gagner des affaires qui vont permettre aux collaborateurs de s’épanouir dans leur métier. Diversifier nos secteurs d’intervention pour proposer des missions variées. »

Et lui, comment se voit-il évoluer ? « Peut-être à l’international, une expérience qui me manque. Le groupe Safran, peut m’en donner l’opportunité. En attendant, je suis bien où je suis, j’ai un cadre de travail et de vie très agréable. Ici, il y a encore beaucoup de choses à construire et d’échelons à gravir ! »

 

 

 

Dernières actualités
  • © Safran
  • ©