Avertissement Ce site n'est pas recommandé pour les navigateurs Internet Explorer. Veuillez utiliser un autre navigateur Web pour profiter d'une meilleure expérience.

Safran vise la Lune… et au-delà !

Innovation

Plus de 50 ans après les premiers pas de l’homme sur la Lune, les missions lunaires ont de nouveau le vent en poupe. Fortes de leur expertise, les filiales du périmètre de la direction Espace de Safran Electronics & Defense accompagnent les ambitions de la communauté spatiale avec des solutions de pointe. Tour d’horizon.

La Lune

Des lanceurs et véhicules spatiaux…

Il y a bien sûr les applications les plus visibles et les plus médiatisées, comme la mission lunaire Artemis 1 de la NASA, dont le lancement a eu lieu ce mercredi 16 novembre. À bord du lanceur SLS (Space Launch System), la fourniture des vidéos est rendue possible grâce au système d’acquisition d’imagerie vidéo embarqué fourni par Safran Data Systems, leader mondial en instrumentation d’essais, de télémesure et de communications pour l’espace, qui soutient ce programme depuis 2010. Ce système joue un rôle déterminant pour évaluer et visualiser le bon comportement du lanceur, au moment du décollage et pendant toute la durée de la mission.

Le méga lanceur a envoyé la capsule Orion, sans passagers à bord pour ce premier vol d'essai, sur une orbite d'injection en direction de la Lune, pour un voyage de 400 000 kilomètres. A bord du module de service, quatre panneaux solaires fournissent l’énergie nécessaire au bon fonctionnement de la capsule Orion. Le déploiement des panneaux et leur orientation sont assurés grâce à des moteurs électriques fournis par Safran Electronics & Defense.

Par ailleurs, si certains lanceurs lourds comme Ariane 6 venaient un jour à participer à une mission lunaire, ils pourraient compter sur les solutions d’instrumentation, de sauvegarde et de télémesure de Safran Data Systems, en cours de qualification sur Ariane 6.

De son côté, Safran Sensing Technologies Norway, spécialisé dans les micro-senseurs inertiels et les modules gyroscopiques ultra compacts, a embarqué des unités de mesure inertielle (IMU, « Inertial Measurement Unit ») à bord du NEA-Scout, un nano-satellite de format CubeSat 6U à voile solaire lancé en même temps que le vaisseau spatial Orion dans le cadre de la mission Artemis 1. Le NEA-Scout doit survoler et renvoyer des images d’un astéroïde proche de la Terre. Les IMU permettront à la fois de contrôler l’orbite du satellite et le mouvement de sa caméra pour garantir la netteté de l’image. En outre, d’autres modules gyroscopiques et IMU de Safran Sensing Technologies Norway sont en route pour la Lune ou déjà sur place, que ce soit à bord de satellites en orbite ou dans des rovers lunaires.

Autre application ambitieuse : la MMX (« Martian Moon eXploration »), une mission spatiale franco-japonaise dont le lancement est prévu en 2024 et qui vise à explorer les deux lunes de Mars, Deimos et Phobos, et à rapporter sur Terre un échantillon de sol de cette dernière. Safran Reosc, spécialiste des composants optiques de haute performance, a livré en juin 2022 un filtre optique variable destiné à être intégré au spectromètre à infrarouge MIRS (« MMR Infra-Red Spectrometer »), qui servira à caractériser la composition du système martien et à sélectionner les sites candidats pour prélever des échantillons sur Phobos. Ce ne sera pas la première sortie lunaire pour un équipement de Safran Reosc, qui a déjà livré des filtres optiques infrarouge variables à l’agence spatiale indienne pour la mission lunaire terrestre Chandrayaan-2 lancée en 2019, ainsi qu’à l’ESA pour la mission JUICE vers les lunes de Jupiter, prévue en 2023.

Par ailleurs, les activités électriques de Safran Spacecraft Propulsion ont déjà démontré leur fiabilité au début des années 2000 en propulsant la sonde SMART-1, première sonde scientifique européenne conçue pour se placer sur une orbite lunaire. L’actuel PPS®5000 de 5 kW qui propulse déjà toutes les nouvelles générations de satellites géostationnaires contribuera sans nul doute aux nouveaux enjeux des missions cargo et du service en orbite (terrestre ou lunaire), grâce à sa très longue durée de vie associée à son excellente performance.

… aux stations sol

La station sol est, elle aussi, un équipement stratégique et un maillon indispensable au succès des missions spatiales. Elle permet en effet, via des échanges d’informations entre la Terre et les engins spatiaux (lanceurs, satellites, sondes spatiales, etc.) de déterminer la trajectoire de ces derniers, de contrôler leur fonctionnement, de leur envoyer des commandes et récupérer les données qu'ils ont collectées. Dans le cadre de la mission Artemis, les stations terrestres de la NASA s'appuient ainsi sur les antennes de poursuite satellites et de télémesure, les récepteurs très haut débit et enregistreurs radiofréquence ainsi que des processeurs vidéo de Safran Data Systems délivrant en temps réel des données de télémesure et des vidéos.

Par ailleurs, Safran Data Systems vient d’être sélectionné par la « Swedish Space Corporation » (SSC) pour fournir des antennes de poursuite de satellites et sondes d’exploration compatibles avec les besoins LEGS (« Lunar Exploration Ground Sites ») de la NASA. Pour répondre à ce besoin spécifique de communications lointaines, Safran Data Systems développe en effet un nouveau modèle d’antenne de très grand diamètre basé sur les trois technologies qui font la renommée des antennes de poursuite de Safran : un positionneur de très grande précision conçu pour les hautes fréquences (« designed-for-Ka »), une source concentrique tri-bande S/X/Ka brevetée et des bandes de base Cortex, référence mondiale dans le domaine.

 

Qui dit conquête spatiale, dit aussi enjeux de souveraineté ! Acteur mondialement reconnu de la surveillance de l'espace depuis la Terre avec le service de données WeTrack, basé sur une technologie passive radiofréquence, Safran Data Systems travaille déjà avec ses clients à améliorer et enrichir ses infrastructures pour proposer une offre de surveillance spatiale cis-lunaire et garantir ainsi la pérennité et la sûreté de l’accès à la Lune.

  • © Safran
  • © Istock