Avertissement Ce site n'est pas recommandé pour les navigateurs Internet Explorer. Veuillez utiliser un autre navigateur Web pour profiter d'une meilleure expérience.

Cloche
Abonnez-vous à la newsletter

Safran Engineering Services réinvente la conception des systèmes électriques aéronautiques

Innovation

La transformation digitale en cours dans l’aéronautique révolutionne la manière de concevoir et de contrôler les systèmes électriques. L’éclairage d’Yves Bley, Responsable Innovation chez Safran Engineering Services.

SES Electrical Design BU

La conception de systèmes électriques aéronautiques est un métier qui regroupe deux activités. D’une part l’installation, qui consiste à déterminer le meilleur cheminement possible d’un harnais électrique entre deux systèmes de l’avion, et à concevoir ses supports pour l’accrocher dans l’avion. Et d’autre part le fonctionnel, qui définit les caractéristiques techniques de ce harnais, les types de câbles et de composants à utiliser. « Ces deux activités sont liées, précise Yves Bley, puisque le matériau ou le diamètre d’un harnais va impacter ses cheminements possibles dans l’avion ».

Safran Engineering Services dispose d’une expertise unique dans ce domaine : filiale de Safran Electrical & Power, la société bénéficie à la fois d’un savoir-faire historique et d’une vision produit concrète. Cette position lui permet aujourd’hui d’être un véritable acteur de la transformation digitale aéronautique, à la fois en accompagnant ses clients et en innovant dans ses deux cœurs de métier.

Accompagner la transformation digitale des programmes industriels et aéronautiques

Safran Engineering Services a ainsi accompagné des projets de transformation digitale pour l’industrie. La société est aujourd’hui capable de créer une maquette numérique 3D de systèmes d’interconnexion électriques à partir de plans anciens. Un objectif ardu. « Nous apportons une expertise métier et accompagnons nos clients à la fois sur la création de maquettes numériques et la transition vers ce nouveau mode de fonctionnement », résume Yves Bley.

La modélisation fournie sert désormais de base pour tous les produits fabriqués, et facilite la montée en cadence de la production. Elle permet également d’anticiper les problèmes de cheminement et de cohérence entre les systèmes, et ainsi de réduire les non-conformités.

Car avec la complexification des avions, disposer d’une maquette numérique en 3D devient une nécessité, pour les avionneurs comme pour leurs équipementiers. Le principe du Model Based System Engineering (MBSE), utilisé dès aujourd’hui par Safran Engineering Services, permettra alors d’assurer la continuité numérique. Les impacts (techniques et financiers) d’un changement de matériau ou d’une nouvelle configuration de la cabine seront visibles directement dans la maquette du système d’installation électrique. « Pour les prochains programmes, nous voulons pouvoir répondre rapidement à ce type de demande client » explique Yves Bley.

Robots et intelligence artificielle, des domaines clés pour les systèmes électriques de demain

La transformation digitale ouvre également de nouvelles possibilités pour la conception et le contrôle des systèmes électriques. Safran Engineering Services a identifié trois axes d’innovation majeurs : l’automatisation, la Data et l’Intelligence Artificielle, et la réalité augmentée.

Les systèmes électriques aéronautiques à l’ère de l’automatisation

L’entreprise mène ainsi deux projets en partenariat avec la start-up DessIA, dont la plateforme de bots permet d’automatiser les tâches récurrentes effectuées par les ingénieurs. Les travaux en cours concernent à la fois le design des harnais et le contrôle de ce design.

« Nous voulons développer une solution digitale de conception pour générer automatiquement, en 3D, le cheminement de harnais le plus optimisé dans une configuration donnée », indique Yves Bley. La solution devrait être capable de proposer le meilleur chemin pour connecter deux équipements, en prenant en compte les caractéristiques des différents itinéraires, comme leur longueur et les problématiques qu’ils rencontrent (le franchissement d’une cloison étanche, par exemple), « de la même façon que le fait le GPS d’une voiture ».

Le deuxième projet est lié : il s’agit de traduire en code les exigences des avionneurs concernant les installations électriques, puis d’intégrer ces informations dans les bots. L’objectif : automatiser les processus de contrôle du design des harnais afin de réduire la non-qualité.

C’est donc la manière même de créer les systèmes électriques que Safran Engineering Services réinvente grâce à l’automatisation.

L’intelligence artificielle et la réalité augmentée au service de la qualité

L’intelligence artificielle bouleverse également le domaine du contrôle qualité. Safran Engineering Services développe ainsi le projet SENSession, destiné à optimiser le traitement des dérogations : lorsqu’un opérateur doit traiter une dérogation sur une pièce non conforme, il est aidé par l’intelligence artificielle, qui s’appuie sur l’historique des dérogations déjà enregistrées. L’outil propose automatiquement un traitement (accepter la pièce, la retoucher ou la rejeter), ce qui réduit le temps de réponse et permettra à terme de diminuer le nombre de dérogations.

Pour optimiser encore ce traitement des dérogations, Safran Engineering Services s’intéresse également à la réalité augmentée, au travers de son projet « No Concession » : en scannant la pièce sur sa tablette, le contrôleur voit désormais apparaître directement sur son écran les zones d’écart acceptables.

Vers une collaboration entre l’humain et le robot

« L’expertise métier reste essentielle, conclut Yves Bley, elle apporte le recul nécessaire. Mais de plus en plus, nos experts travailleront sur des plateformes digitales, en lien avec des codeurs, et avec le support de bots ».

C’est donc une nouvelle ère qui s’ouvre pour Safran Engineering Services, où l’humain, assisté par un bot, pourra se concentrer sur les tâches à valeur ajoutée et aboutir rapidement à la solution la plus optimisée.

Dernières actualités
  • © Safran
  • © Pierre Soissons / Safran