Avertissement Ce site n'est pas recommandé pour les navigateurs Internet Explorer. Veuillez utiliser un autre navigateur Web pour profiter d'une meilleure expérience.

Rétrospective : Safran et les boys du débarquement

Business

La société Pioneers, aujourd’hui intégrée à Safran Electronics & Defense, joua un rôle essentiel lors de la Seconde Guerre mondiale, notamment lors du débarquement de Normandie. Et pour cause : un grand nombre de soldats des divisions aéroportées américaines étaient équipés de parachutes fabriqués par la société du Connecticut.

Le 6 juin 1944, l'opération Overlord est lancée. Ce jour-là, 150 000 hommes débarquent sur les plages normandes. Parmi eux, quelque 13 000 soldats américains sont parachutés par avion, notamment dans le Cotentin. Les boys ont dans leurs besaces des produits jusqu'alors inconnus en Europe : chewing-gums, Coca-Cola ou encore… bas en nylon ! C'est dans ce nouveau matériau que sont cousus les parachutes du débarquement…

En effet, en 1938, la société DuPont a créé les premières chutes de toile de nylon. Très vite, Pioneers s'approprie ce nouveau matériau. Alors que les parachutes étaient initialement découpés dans de la soie et du coton, deux matières très onéreuses, le nylon offre de nombreux avantages : il est plus résistant, simple à travailler, léger et peu coûteux. Et il est facile de s'en procurer. Dès lors, Pioneers crée un parachute d'un genre nouveau, pouvant être produit massivement à moindre coût.

 

 

Le 6 juin 1942, on confie à Adeline Gray, 24 ans, responsable des tests, inspections et préparations de la société, le crash-test final du nouveau parachute Pioneers. Quelques années auparavant, cette étudiante d'Oxford avait été la première femme américaine à décrocher un brevet de parachutisme. Devant une assemblée de 50 officiers américains, la jeune femme réalise un saut de 760 mètres de haut, couronné de succès. Le produit est alors adopté et démocratisé dans la US Army.

Au plus fort de la guerre, la société emploiera plus de 3 000 personnes rien que pour la production de parachutes. Jusqu'à 300 parachutes sortiront des ateliers chaque jour. La plupart de ceux-ci équiperont les parachutistes du débarquement de Normandie ; d'autres assureront le ravitaillement des troupes par le parachutage de marchandises.

D'après le Conservatoire d'Histoire du Connecticut, alors qu'un journaliste demandait au lieutenant-parachutiste Robert Hillman comment il pouvait avoir autant confiance en son parachute, celui-ci répondit : « Parce que ma mère travaille pour Pioneers Parachutes Company, et que ses initiales sont sur mon parachute ! ». Si l'histoire semble anecdotique, elle symbolise bien l'importance qu'eut Pioneers dans les combats qui menèrent à la Libération.

 

 

Dernières actualités
  • ©