Avertissement Ce site n'est pas recommandé pour les navigateurs Internet Explorer. Veuillez utiliser un autre navigateur Web pour profiter d'une meilleure expérience.

Rencontre avec Orianne, chef de projet chez Safran Engineering Services

Ressources Humaines

A 30 ans, Orianne Broussard est chef de projet pour Renault et gère une équipe de 13 personnes. Son objectif : piloter la charge de travail de ses membres sur des activités de dépollution, directement sur le site du constructeur. La jeune femme nous parle de son parcours, de son travail au quotidien et des qualités qui, pour elle, font un bon chef de projet. Rencontre.

orianne_broussard_ses.jpg

Vous êtes issue de quelle formation ?

J’ai obtenu un diplôme d’ingénieur chimie à l’ESCOM (Ecole Supérieure de Chimie Organique et Minérale) en 2011. Je l’ai prolongé d’une thèse en chimie et matériaux obtenue en 2015 avec l’INRA de Versailles et Saint-Gobain Recherche. Le sujet ? Comprendre et améliorer un procédé de fabrication de matière composite à base de biomasse pour fabriquer des voiles en verre.

  • Sur quoi a-t-elle débouchée professionnellement ?

J’ai été recrutée chez Safran Engineering Services juste après ma thèse. Je travaillais pour le compte de Safran Nacelles, sur le site du Havre, et traitais les dérogations matériaux composite. J’étais à la fois chef de projet et ingénieur technique, en support à la production. En parallèle, je gérais un projet de qualification de peinture pour les nouvelles nacelles : prenant en charge la planification des essais, la logistique et la rédaction des rapports et conclusions. Enfin, j’ai mené des activités de recherche et de développement, réfléchissant à des problématiques de réparation locales de pièces en composite afin d’éviter de changer systématiquement la totalité de la pièce détériorée.

  • Votre fonction a-t-elle évolué au sein de l’entreprise ?

Oui. J’ai effectué une mobilité en Ile-de-France au début de l’année 2017.  La nouvelle mission était de reprendre des activités autour des matériaux composites du moteur GE9X, développé en partie par Safran Aircraft Engines. Un rôle purement technique. Mais dernièrement, on m’a affecté à une nouvelle mission : chef de projet pour Renault, un client que nous avons depuis 10 ans.

  • En quoi consiste cette nouvelle mission ?

J’encadre une équipe de 13 personnes prenant en charge les activités de dépollution catalytique auprès du constructeur. Je coordonne des techniciens, des ingénieurs, des docteurs qui s’occupent des essais, de la qualification, de la relation avec les fournisseurs. C’est un véritable challenge dans la conduite de changement auprès de l’ensemble des parties prenantes. En effet, depuis peu, nous avons un contrat au forfait et nous sommes évalués sur des livrables et non plus sur du temps passé à effectuer notre travail. Avant, c’était le client qui organisait les plannings des collaborateurs Safran Engineering Services. Aujourd’hui, c’est moi qui planifie et coordonne, avec une obligation de résultat.

  • Quelles sont, selon vous, les qualités que doit avoir un chef de projet ?

D’abord, de la rigueur. Il faut être organisé, anticiper les changements et les virages que va prendre le projet. Ensuite, il faut avoir un grand sens de la communication afin de faire passer les bons messages, au bon moment. Le fait que je cumule les compétences de chef de projet et des compétences plus techniques, grâce à ma formation et à mes précédentes expériences, est réel atout qui me permet de comprendre les enjeux et les problématiques des membres de l’équipe.

  • Qu’aimez-vous le plus dans cette mission ?

Le relationnel, avec les clients, puisque je travaille chez Renault, et les équipes. J’aime accompagner les gens, me rendre disponible. J’ai aussi une vision d’ensemble sur les activités de Safran Engineering Services. Je suis en contact avec les gestionnaires, les commerciaux, beaucoup de fonctions au sein de l’entreprise. C’est très intéressant.

  • Comment vous voyez-vous évoluer ?

Cette mission en tant que chef de projet est déjà pour moi une belle opportunité. Mais j’aimerai continuer à développer mes compétences dans le management transversal. J’aime encadrer des projets et des équipes !

 

 

 

Dernières actualités
  • ©