Avertissement Ce site n'est pas recommandé pour les navigateurs Internet Explorer. Veuillez utiliser un autre navigateur Web pour profiter d'une meilleure expérience.

Cloche
Abonnez-vous à la newsletter

Data engineer, l’architecte de la data

Ressources Humaines

Tous les chemins (ou presque) peuvent mener aux métiers de la data. Après un parcours en ingénierie des systèmes puis en finance, Nicolas Souchu, 49 ans, a intégré la direction des Systèmes d’information de Safran Helicopter Engines pour devenir il y a un an, un expert de la programmation : un data engineer.

Nicolas Souchu - Data engineer chez Safran Helicopter Engines

Cette reconversion n’est pas le fruit du hasard, mais d’une rencontre entre un souhait d’évolution professionnelle et la montée en puissance des métiers de la data. « Après 10 ans dans la finance, d’abord en tant que contrôleur de gestion puis contrôleur financier, je souhaitais changer de rythme de travail et privilégier le mode projet », explique Nicolas. L’informatique technique ne le rebutait pas, bien au contraire : après un DEA* d’Architectures parallèles, son premier métier avait été le développement logiciel sur des systèmes numériques aéronautiques. En finance, ensuite, cette appétence technique l’avait conduit à créer un outil data pour l’élaboration des business plans. « J’ai eu envie de poursuivre dans ce domaine », résume Nicolas.

A l'époque, les métiers de la data étaient en plein essor au sein de Safran Helicopter Engines. En 2018, une plateforme analytique baptisée SHARP venait ainsi d’être créée pour acquérir, stocker et analyser différents types de données (production, maintenance, etc.). Lorsque le poste de data engineer a été ouvert en interne, Nicolas s’est positionné. « J’ai mis en avant mes études, ma connaissance de l’entreprise et de ses processus, mais je savais qu’il me fallait un rattrapage en termes de compétences techniques », se souvient-il.

 

Sa candidature retenue, Nicolas a défini avec les RH un plan de compétence professionnelle sur deux ans assorti de plusieurs formations, dont celle de data engineer. Au programme : du développement logiciel et de la gestion de systèmes d’information.

« Apprendre plusieurs langages de programmation, connaître les principaux protocoles et formats de données, acquérir des notions de Big Data et de Machine learning pour pouvoir interagir avec les data scientists… Tout cela demande beaucoup de travail et de motivation, reconnaît Nicolas, d’autant que je mène cela de front avec mon nouveau poste. Mais c’est très stimulant ! »

Son rôle, Nicolas le définit avec humour comme celui du « plombier » de la data. « Je développe et je déploie des “tuyaux” – serveurs, réseaux, applications, bases de données, algorithmes, etc. – dans lesquels les données transitent et sont transformées pour pouvoir être utilisées par les data scientists des directions opérationnelles. Dès mon arrivée en poste, j’ai travaillé sur une interface reliée au portail client de Safran Helicopter Engines, qui permet de produire des rapports d’analyse sur les équipements moteurs. Cette interface exploite des fichiers qui circulent à travers plusieurs serveurs en changeant de format à chaque étape. » S'il réalise certains développements lui-même, Nicolas en sous-traite d’autres à des prestataires. Il assure la gestion de ces projets avec des objectifs de coût, de qualité et de délais rigoureux.

 

Après un an dans ses nouvelles fonctions, Nicolas ne regrette pas son choix. « Changer de métier est une expérience riche, que seules les grandes entreprises peuvent proposer. Il faut en profiter à condition d’accepter de sortir de sa zone de confort ! »

 

* Aujourd’hui Master 2 (diplôme de niveau Bac+5).

Dernières actualités
  • © Safran
  • © Rémy Bertrand / Safran