Avertissement Ce site n'est pas recommandé pour les navigateurs Internet Explorer. Veuillez utiliser un autre navigateur Web pour profiter d'une meilleure expérience.

#LoveMySafranJob - Au cœur du réacteur du futur : le technicien d’essais moteur

Ressources Humaines

Intarissable sur l’archéologie, une passion à laquelle il consacre une part importante de sa vie, Franck Mazereel a aussi un pied dans le futur en tant que technicien d’essais moteur en développement chez Safran Aircraft Engines. Il nous ouvre les portes des fameux « bancs d’essais », maillon essentiel de la Recherche et Développement du Groupe, où la concentration est extrême et la confiance entre collaborateurs cruciale.

engine test technicien 2

​A la différence des bancs d'essais série où sont effectuées les ultimes vérifications avant la livraison au client, les bancs de développement concernent les moteurs du futur. « A ce stade, le moteur peut encore casser, ou mal se comporter durant le test », explique Franck Mazereel. C'est le début du cycle long de la vie d'un moteur en aéronautique. Au programme : essais d'endurance, d'opérabilité, de flottement fan, d'endurance vibratoire, de performance… Des tests impressionnants qui sont parfois réalisés dans un contexte singulier. « Pendant les essais d'endurance ou d'engineering, il y a toujours une ambiance particulière, à la fois stressante et grisante. Quand on entend 'Repli !', il faut être réactif ! Notre rôle est d'assurer la sécurité du moteur et du banc », raconte Franck.

 

C'est lui qui élabore le branchement moteur et paramètre les différents systèmes informatiques avant de dérouler les étapes de l'essai, essai durant lequel le moteur peut être soumis à des conditions extrêmes pour tester sa résistance. « En cas de souci pour récupérer les données du test, j'effectue les premières analyses. Les mesures sont utiles au bureau d'études pour améliorer ce qui a été conçu. C'est notamment ce côté 'investigation' qui donne l'envie de travailler au quotidien. »

engine test technicien 1

L’amélioration continue comme ligne de conduite

Si confiance et partage d'informations sont toujours essentiels sur cette chaîne, Franck le ressent particulièrement au banc. « Dans la salle de pilotage, on est plusieurs à opérer. L'équipe de banc est composée d'un technicien d'essais, du responsable d'installation et d'un ou deux metteurs au point. En cas de problème, on doit se coordonner rapidement », assure-t-il. Un travail d'équipe qui n'est possible qu'avec une confiance réciproque, confiance que Franck a à cœur de cultiver tous les jours.

 

C'est aussi une valeur-clé pour améliorer les processus. Franck l'observe notamment dans son rôle d'animateur du groupe de travail des techniciens d'essais qui se retrouvent tous les mois pour parler de différents soucis et trouver des solutions ensemble. « On peut toujours progresser et il est important que le changement vienne aussi des gens du métier », affirme-t-il.

engine test technicien 4

Des outils de pointe au service du technicien

Toujours progresser mais aussi se maintenir à niveau côté connaissances techniques, même à l'ère du digital. « A l'époque des CFM56*, on notait nos observations sur de grands cahiers et le nombre de mesures visibles était très réduit », se souvient Franck qui connaît cet univers depuis plus de 30 ans et est aujourd'hui référent technicien d'essais. « Aujourd'hui, on est face à une multitude d'écrans où s'affichent les valeurs remontées par les sondes et les capteurs et une grande partie des informations s'inscrit automatiquement sur un ordinateur. »

 

Une évolution qui ne change rien aux qualités nécessaires d'un technicien d'essais : concentration extrême et vigilance élevée. « Il faut avoir des yeux partout, à la fois sur les écrans et les valeurs des mesures pour relever toute modification anormale », note Franck. « Si on s'inquiète seulement quand un voyant passe au rouge, on ratera le moment où la valeur commence à s'éloigner de la référence. »

 

Des bancs de l'ancienne école privée technique de la Snecma (aujourd'hui Safran Aircraft Engines), où il est entré en 1987, aux bancs d'essais, Franck a toujours aimé apprendre, se formant en continu pour acquérir de nouvelles compétences. Aujourd'hui, il se réjouit des actions menées pour garantir la transmission des connaissances avec à la clé la valorisation du métier de technicien d'essais en tant qu'acteur important du développement d'un moteur.

 

Ce passionné d'archéologie adore regarder dans le passé, découvrir comment l'Homme a imaginé les plus importantes inventions de l'histoire. « On n'a pas idée des innovations tombées dans l'oubli qu'on aurait pu utiliser, » expose-t-il. « Quand j'ai débuté chez Safran, je n'avais pas conscience de toute la matière grise, de l'énergie, du temps qu'il faut pour concevoir un moteur : c'est vraiment de l'excellence technologique, de l'horlogerie fine ! C'est un plaisir et une fierté de contribuer à ce travail d'orfèvre depuis toutes ces années. »

engine test technicien 3

*Moteurs conçus, développés et produits par CFM International, co-entreprise 50/50 entre Safran Aircraft Engines et GE, et qui équipent les avions monocouloirs commerciaux d’Airbus (famille A320) et de Boeing (famille 737), ainsi que plusieurs applications militaires.

Son parcours

1987 : entrée à l’école privée technique de la Snecma (CAP ajusteur, CAP dessinateur et BAC professionnel)

1991 : metteur au point des bancs d’essais de développement sur le site de Villaroche (77)

2002 : technicien d’essais

2022 : référent technicien d’essais

  • © Safran