Avertissement Ce site n'est pas recommandé pour les navigateurs Internet Explorer. Veuillez utiliser un autre navigateur Web pour profiter d'une meilleure expérience.

Logiciels embarqués : dans les coulisses du métier

Ressources Humaines

Codage, tests, documentation, gestion de configuration, certification… Le développement des logiciels embarqués mobilise de nombreuses compétences. Autant d’opportunités pour les talents qui rejoignent le Groupe d'explorer les multiples facettes du métier ! Deux d’entre eux présentent leur parcours.

Pour Laureline Le Duigou, 25 ans, les langages de programmation sont en quelque sorte une seconde langue. « Je savais de longue date que je voulais travailler dans les logiciels embarqués, se souvient-elle. J’ai donc choisi les études correspondant à cet objectif. » Diplômée de l’ENSEEIHT(1), une école d’ingénieurs proposant une filière en mathématiques appliquées et en informatique, la jeune femme a effectué plusieurs stages à l’international sur des projets diversifiés : algorithmes anticollision pour drones autonomes, robot humanoïde semi-autonome... Mais c’est dans l’aéronautique qu’elle souhaitait travailler. Elle a donc postulé chez Safran Electronics& Defense, où elle a été recrutée en 2019 pour travailler au développement de systèmes embarqués temps réel.

 

Partir de zéro… ou presque

Autre profil, autre parcours : engagé dans des études d’ingénieur généraliste à l’ENSAM(2), Raphaël Ah-Kane, 32 ans, a choisi de se former au logiciel sur le terrain. Il a ainsi effectué son stage de fin d’études chez Safran Electronics & Defense, où il a travaillé sur du développement logiciel pour la calibration de balises aéronautiques. Embauché à l'issue de sa mission, il a rejoint une équipe implantée sur le site Safran Landing Systems de Vélizy. « Mon premier projet était une évolution logicielle destinée au système de freinage du Sukhoi Superjet 100, explique-t-il. Il s’agissait d’un logiciel embarqué critique, soumis à des normes de certification bien spécifiques. Je ne connaissais rien à ce genre de développement ! Mais j’ai rapidement acquis les compétences requises. »

 

Monter en compétence

Après avoir fait ses premiers pas sur un système de surveillance électro-optronique, Laureline fait aujourd’hui partie de l’équipe dédiée aux jumelles optroniques JIM Compact. « Je suis spécialisée en codage. J’applique les règles que j’ai apprises à l’école, mais aussi les règles spécifiques liées à l'obtention de la certification d'un logiciel de défense. Ces dernières ne m’ont pas été enseignées, je les ai apprises de mes collègues. Cette année, je dois suivre une formation Safran University(3) sur les systèmes informatiques embarqués qui va me permettre de consolider mes acquis. Parallèlement à cela, les technologies et les outils évoluent et j’apprends au quotidien ! »

 

De nombreux interlocuteurs

De son côté, Raphaël a suivi la formation Safran University peu de temps après son embauche. Après quelques années, il est devenu responsable de lots sur plusieurs projets successifs. Son rôle : piloter une équipe, un budget, un planning… et organiser les activités pour tenir les objectifs de qualité, de coûts et de délais. « C’est un poste qui requiert des compétences en codage et en tests, mais aussi beaucoup de rigueur et de méthodologie. En outre, il faut un bon relationnel, car les métiers du logiciel embarqué impliquent de multiples interactions : avec les autres métiers contribuant au système (mécanique, électronique, système, etc.), le responsable de programme, les autorités de certification, les clients externes ou internes Safran, les fournisseurs… » Depuis 2020, Raphaël a intégré l’équipe responsable du développement logiciel du drone Patroller, un programme emblématique de Safran Electronics & Defense.

 

Un métier d’avenir

Depuis leur arrivée en poste, Laureline et Raphaël ont constaté la montée en puissance du logiciel embarqué. « On note une augmentation du volume de projets qui peut s’expliquer par nos succès commerciaux ainsi que par l’automatisation d’un nombre croissant de fonctions sur les produits, analyse Raphaël. Par ailleurs, les contraintes liées à la cybersécurité sont devenues incontournables et nécessitent des développements spécifiques. » Safran recrute donc de nouveaux talents sur un marché où la concurrence est forte. Son meilleur atout ? Une expertise inégalée dans le milieu aéronautique reposant sur des méthodologies éprouvées, en particulier dans le domaine de la certification. De quoi attirer les futurs ingénieurs développement logiciel à rejoindre le Groupe !

 

 

(1) École nationale supérieure d'électrotechnique, d'électronique, d'informatique, d'hydraulique et des télécommunications (Toulouse).

(2) École nationale supérieure d’arts et métiers (Paris).

(3) Formation diplômante dispensée par EUROSAE, également incluse dans le parcours de reconversion interne vers les métiers du logiciel embarqué lancé par le Groupe en mars 2021.

Dernières actualités
  • © Safran