Avertissement Ce site n'est pas recommandé pour les navigateurs Internet Explorer. Veuillez utiliser un autre navigateur Web pour profiter d'une meilleure expérience.

Cloche
Abonnez-vous à la newsletter

Engagées au sein de l’association Article 1, nos collaboratrices témoignent

Responsabilité Sociétale de l'Entreprise

Safran soutient l’engagement solidaire de ses collaborateurs ! Depuis l’automne 2021, ils sont près de 70 à avoir rejoint les rangs des bénévoles Safran engagés au sein de l’association Article 1. Leur mission : accompagner des jeunes dans leurs études et leur orientation professionnelle. Une expérience enrichissante que deux collaboratrices ont souhaité partager.

Article 1

​Milouda El Kaddouri et Maelys Beliazi ne se connaissent pas. La première est chargée de mission SIRH chez Safran SA, la seconde ingénieure systèmes de navigation par satellites chez Safran Electronics & Defense. Pourtant, à quelques semaines d'intervalle, elles ont entrepris la même démarche : s'engager en tant que mentors au sein de l'association Article 1.

Safran soutient depuis 10 ans Article 1, qui aide des jeunes issus des milieux populaires dans leur parcours académique et professionnel en faisant appel à des collaborateurs d'entreprises partenaires, qui s'engagent ponctuellement ou de façon plus approfondie sous la forme d'un mentorat. Le Groupe concrétise ainsi l'un de ses engagements envers la diversité et l'inclusion(1).

 

Œuvrer pour que la réussite scolaire ne dépende pas des origines sociales, économiques et culturelles

« J'ai eu la chance de rencontrer des personnes qui m'ont guidée dans le choix de mes études et mon orientation professionnelle, se souvient Milouda, aujourd'hui âgée de 26 ans. J'ai toujours eu envie d'offrir cette opportunité à des jeunes qui n'y ont pas accès naturellement en raison de leur situation économique ou sociale. Après avoir longtemps cherché une association répondant à mes attentes, j'ai lu un article sur notre réseau interne présentant Article 1 en septembre dernier et j'ai eu le déclic ! »

Depuis le mois d'octobre, Milouda accompagne une étudiante en master Systèmes d'information. « Nous avons commencé par définir ses attentes et établir un planning pour 2022, explique-t-elle. Concrètement, il s'agira de l'aider à construire son mémoire de fin d'année. Le fait qu'Article 1 choisisse des mentors ayant le même parcours de formation ou le même projet professionnel que les mentorés permet un véritable partage d'expérience. » Au total, son rôle de mentor occupe environ 1 heure 30 de son temps toutes les deux semaines.

C'est également en lisant un article que Maelys, 25 ans, a elle aussi eu envie de se lancer. « Je m'étais déjà engagée dans le milieu associatif pour aider des jeunes à s'orienter et à réaliser leurs rêves, notamment au sein de l'association Elles Bougent(1), qui encourage les jeunes filles à rejoindre des filières techniques et scientifiques. En choisissant Article 1, je voulais enrichir cette expérience en œuvrant pour l'égalité des chances dans le milieu scolaire. »

 

« Je vois mon rôle comme celui d'un compagnon de voyage »

Depuis novembre dernier, Maelys mentore deux étudiants en prépa-ATS(2) qui souhaitent s'orienter vers l'industrie aéronautique. Comme Milouda, elle apprécie la pertinence du binôme mentor/mentoré d'Article 1, qui permet un accompagnement adapté. « Grâce à ma propre expérience des concours d'écoles d'ingénieurs, je peux les orienter dans leurs choix afin qu'ils se concentrent sur les établissements les plus cohérents avec leurs envies et leurs points forts, souligne-t-elle. Je les aide aussi dans les démarches administratives, je les conseille sur la rédaction de leur CV et de leur lettre de motivation, etc. »

Maelys estime cette charge de travail à environ 1 heure par mentoré tous les 15 jours, soit 2 heures au total. « Ce n'est pas grand-chose pour moi, mais pour eux, cela peut faire une grande différence. »

Les deux jeunes femmes projettent de rencontrer leur(s) mentoré(s) au moins une fois par an. Dans l'intervalle, les échanges se font en visio et permettent d'établir une relation de proximité. « Je vois mon rôle comme celui d'un compagnon de voyage, estime Maelys. Je suis là pour les guider sur leur chemin en les conseillant, en répondant à leurs interrogations, en les aidant à prendre conscience de leur potentiel… sans jugement ni pression. »

 

Un échange gagnant – gagnant !

Bien que leur engagement soit encore récent, toutes les deux en ont déjà constaté les effets. « Je les trouve plus en confiance et moins stressés, estime Maelys. Je suis très heureuse d'avoir pu les aider à faire ce bout de chemin, et ça ne s'arrêtera pas là ! », « Le mentorat correspond aux valeurs d'entraide, de bienveillance et de transmission qui me sont chères, résume Milouda. Cela m'apporte beaucoup de plaisir et de fierté. »

 

(1) Comme Article 1, l'association Elles bougent est soutenue par la Fondation Safran pour l'insertion professionnelle. 

(2) Classe préparatoire aidant les titulaires d'un Bac+2 à intégrer une école d'ingénieurs par un concours d'admission parallèle.

 

A SAVOIR : 

Safran affirme son engagement citoyen

Faciliter notamment l’insertion professionnelle et sociale est l’engagement poursuivi par la politique de mécénat de Safran à travers ses deux fondations et les initiatives menées dans l’ensemble du Groupe. Accompagnement des jeunes talents musiciens dans leurs débuts professionnels, insertion sociale et professionnelle de jeunes défavorisés ou porteurs de handicap, égalité des chances par l'éducation : plusieurs centaines de projets et d’actions de mécénat ont déjà été menés à ce jour, qui permettent à Safran d’affirmer son engagement citoyen - l’un des quatre piliers de sa démarche RSE.

Dernières actualités
  • © Safran
  • © GWEL