Avertissement Ce site n'est pas recommandé pour les navigateurs Internet Explorer. Veuillez utiliser un autre navigateur Web pour profiter d'une meilleure expérience.

COVID-19 : un an après

Business

Retrouvez la tribune publiée par Olivier Andriès, Directeur Général de Safran, sur LinkedIn.

Il y a un an, le monde s’apprêtait à vivre un bouleversement aussi soudain que profond. Une crise sanitaire d’une ampleur sans précédent, dont les conséquences économiques affectent encore aujourd’hui la quasi-totalité des secteurs, au premier rang desquels le transport aérien et, en conséquence, toute la filière aéronautique.

Ce choc a interrompu une dynamique de croissance de près de 30 ans. Pour les plus jeunes collaborateurs de Safran, qui n’avaient pas connu la récession des années 1990, la situation est absolument inédite. Comme souvent, c’est dans les situations les plus difficiles que l’on se mobilise le plus efficacement. Et Safran a su réagir rapidement pour faire face et s’adapter.

Dès les premières semaines de la crise, notre priorité a été de protéger la santé de nos collaborateurs, tout en maintenant nos activités essentielles pour rester présents aux côtés de nos clients et préserver l’avenir du Groupe. Grâce aux mesures sanitaires mises en place, nous avons pu continuer à tenir nos engagements en termes de production, de maintenance et de support après-vente, et avons notamment contribué, de cette façon, au soutien des autorités sanitaires pour le transport et l’évacuation de malades et de matériels par hélicoptère. 

Nous avons aussi réduit nos dépenses et nos coûts de façon drastique, tout en préservant l’emploi partout où cela était possible, et mis en place les moyens nécessaires pour aider nos fournisseurs et nos partenaires, eux aussi malmenés par cette crise. Enfin, nous nous sommes joints à l’effort collectif contre la maladie en faisant don d’équipements de protection et en mettant notre outil industriel au service de leur production.

Toutes ces mesures nous ont permis de surmonter ce que nous espérons être le pic de la crise. Le contexte est toujours incertain et il est difficile de dire quelle sera la tendance dans les mois à venir, mais nous avons mis en place des bases solides pour affronter la vague sans tanguer et être prêts pour la reprise.

Car la reprise viendra. Comment l’aborderons-nous ? De toute évidence, profondément transformés. Les efforts réalisés au cours des derniers mois devront être maintenus.

Notre feuille de route sera, elle aussi, profondément modelée par les conséquences de la crise. Tout d’abord, en lien avec les engagements que nous avons pris auprès du gouvernement dans le cadre du plan de relance, mais également avec les attentes de la société civile, la réduction de l’empreinte environnementale de nos produits et de nos opérations sera plus que jamais un enjeu central dont toutes les sociétés du Groupe vont s’emparer. Nos efforts dans ce domaine ne sont pas récents. À titre d’exemple, nous consacrions déjà, avant la crise, les trois quarts de nos dépenses de R&T à l’amélioration directe ou indirecte de l’impact du transport aérien sur l’environnement. Désormais, notre objectif est clair : être à l’avant-garde de la transition écologique vers l’aviation décarbonée, que ce soit par des ruptures technologiques pour réduire la consommation de carburant, par le recours aux carburants durables, par le développement de propulsions alternatives (électrique/hybride, pile à combustible…) ou, dans le domaine de nos opérations industrielles, par la mise en place d’actions bas-carbone ambitieuses.

Cet enjeu structurant est également le fil rouge de notre raison d’être et l’un des piliers de notre démarche de responsabilité sociétale d’entreprise. Il contribuera, demain, dans un monde profondément bouleversé par la crise, à mobiliser nos collaborateurs et nos parties prenantes autour d’une vision commune qui a du sens.

Le deuxième pilier de notre stratégie sera de proposer des produits et des solutions qui contribuent à garantir la souveraineté de nos clients sur terre, sur mer, dans les airs et dans l’espace. Dans un monde de plus en plus incertain, Safran a vocation à prendre part à la construction d’une Europe souveraine. Comment ? En étant un garant de l’accès à l’espace à travers son implication dans le programme Ariane, mais également un acteur clé des programmes de défense européens (Système de Combat Aérien du Futur, Eurodrone, Rafale…).

Le dernier enjeu, et non des moindres, sera de poursuivre et d’accélérer notre transformation digitale. Cette démarche, qui concerne toutes nos activités, doit nous permettre de créer encore plus de valeur, de performance et de qualité en exploitant pleinement le potentiel de nos données, que ce soit en conception, en production ou dans les supports et les services. Elle contribuera également à réduire notre empreinte environnementale et celle de nos produits.

Il y a un an, nous nous apprêtions à affronter le pire. Aujourd’hui, il reste du chemin à parcourir pour renouer avec la dynamique de croissance, mais nous avons relevé la tête et nous regardons vers l’avenir. Forts de nos ressources et de nos talents, des fondations solides que nous avons posées et de notre feuille de route ambitieuse, nous parviendrons à sortir plus forts de la crise. 

Dernières actualités
  • © Cyril Abad / CAPA Pictures / Safran