Avertissement Ce site n'est pas recommandé pour les navigateurs Internet Explorer. Veuillez utiliser un autre navigateur Web pour profiter d'une meilleure expérience.

« Bien industrialiser, c’est construire l’avenir de l’entreprise »

Ressources Humaines

Passionné d’industrie et d’aéronautique, Jocelyn, 30 ans, a débuté sa vie professionnelle chez Safran Electronics & Defense avant de rejoindre Safran Data Systems fin 2020. Il y a découvert un nouvel environnement de travail, de nouveaux produits… et une industrie en plein essor !

Quel est votre parcours professionnel ?

Après l’obtention de mon diplôme d’ingénieur, j’ai souhaité rejoindre le monde de l’industrie, qui me passionne depuis toujours. J’ai été recruté par la société d’ingénierie et de conseil en technologies ALTEN, qui m’a missionné sur le centre d’excellence industrielle de Safran Electronics & Defense à Fougères, spécialisé dans les calculateurs numériques pour la défense et l’aviation civile. Au bout d’un an, un poste s’est ouvert sur le site et j’ai été recruté en tant que responsable Produit industriel pour assurer l’industrialisation de nouveaux calculateurs électroniques. Enfin, après cinq années, j’ai décidé d’entreprendre un nouveau challenge en rejoignant les équipes de Safran Data Systems aux Ulis.

 

Pourquoi avez-vous choisi de travailler chez Safran ?

Depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours été attiré par l’aéronautique. Aussi, lorsqu’une opportunité s’est présentée chez Safran Electronics & Defense, où je travaillais en tant que prestataire, je n’ai pas hésité à postuler. Et je n’ai jamais regretté ma décision ! Une fois acclimaté à la culture d’entreprise, marquée notamment par une grande rigueur dans la traçabilité de la production et par le pilotage des opérations via la méthodologie du SQCD*, j’ai pu pleinement m’épanouir et développer mes compétences, y compris en matière de management, puisque j’avais la responsabilité d’une équipe de six personnes. Mon rôle était d’établir un lien entre les équipes de développement et les ateliers de production en intervenant tout au long des projets pour transmettre la vision industrielle. C’est une fonction primordiale car elle assure la fabrication pérenne des produits dans le respect des objectifs de sécurité, de qualité, de coûts et de délais.

 

Comment se sont déroulées votre mobilité puis votre intégration chez Safran Data Systems ?

Le moteur de ce changement a été l’envie de relever de nouveaux défis. J’en ai fait part à ma hiérarchie, qui m’a encouragé dans ce projet. Le service des Ressources Humaines m’a fait parvenir plusieurs offres de postes et celui chez Safran Data Systems a retenu toute mon attention. J’étais notamment intéressé par le fait d’intégrer un site plus petit (320 collaborateurs soit 3 fois moins qu’à Fougères) et de travailler sur des produits appliqués à de nouveaux domaines, en l’occurrence l’aéronautique de défense. J'ai été bien accueilli et j’ai rapidement pris mes marques.

 

Quelles sont vos fonctions actuelles et qu’est-ce qui vous plaît dans ce métier ?

Je suis ingénieur Industrialisation et Méthodes industrielles. Mon rôle est le même que dans mon précédent poste – faire le lien entre le bureau d’études et l’atelier –, mais dans un cadre différent : des produits plus exigeants en termes de contraintes opérationnelles, et donc plus complexes à concevoir, des volumes de production moindres… Par ailleurs, je travaille seul, ce qui nécessite une grande polyvalence. C’est ce rôle de pierre angulaire qui fait tout l’attrait du métier !

 

En cette période de crise, quelle vision avez-vous de l’avenir de Safran Data Systems ?

Safran Data Systems se positionne sur des marchés de « niche » dans les domaines de l’instrumentation d’essais en vol, la télémesure et les communications pour l’espace. La diversité de ses marchés représente une force en temps de crise. J’ai donc confiance dans l’avenir.

 

Comment envisagez-vous la suite de votre carrière ?

J’aimerais continuer à évoluer au sein de Safran et prendre à nouveau des responsabilités de management. L’international ? Pourquoi pas… Le Groupe offre de nombreuses opportunités de mobilité et c’est une grande chance pour ses collaborateurs.

 

Vous êtes ceinture noire de karaté, que vous apporte la pratique de cette discipline dans votre vie professionnelle?

Cela m’a appris à gérer mon stress, ce qui m’a été utile aussi bien pendant mes études que dans le cadre de mon travail, lors de réunions à forts enjeux. C’est également un sport qui demande de la rigueur. Malheureusement, depuis mon changement de poste, je n’ai plus le temps de m’entraîner ni d’enseigner, car je me consacre à ma carrière. Mais je reprendrai dès que possible!

 

* Sécurité, Qualité, Coûts, Délais.

Dernières actualités
  • © Adrien Daste / Safran