Avertissement Ce site n'est pas recommandé pour les navigateurs Internet Explorer. Veuillez utiliser un autre navigateur Web pour profiter d'une meilleure expérience.

Beñat Marmissolle, collaborateur Safran, vainqueur de la Diagonale des Fous 2022 !

Responsabilité Sociétale de l'Entreprise

23 heures et 14 minutes, c’est le temps qu’il a fallu à Beñat Marmissolle, monteur de trains d’atterrissage, pour remporter l’édition 2022 de la Diagonale des Fous, l’une des courses d’endurance les plus difficiles au monde. Un exploit rendu possible grâce à une parfaite conciliation entre entraînements, vie personnelle et activités professionnelles.

Benat après sa victoire photo portrait
Copyright : Clément Berchet
Beñat à son poste de monteur chez Safran Landing Systems

Un parcours atypique entre ultra-trail, agriculture et aéronautique

Beñat Marmissolle est un homme qui aime les défis ! Sportif de haut niveau, père de famille, agriculteur, il travaille également pour Safran Landing Systems depuis plus de 15 ans sur le site de Bidos où il occupe, à temps partiel, le poste de monteur de contrefiches sur les trains d'atterrissage avants des Airbus A320.

Enfant des Pyrénées et amoureux de la montagne, Beñat pratique le skyrunning* (course à pied en montagne) à un niveau international et participe plusieurs fois aux championnats du monde en parallèle de ses activités professionnelles chez Safran. Puis, en 2021, à l’âge de 41 ans, il se découvre un véritable talent pour l’ultra-trail : il arrive 3e à l’édition 2021 de la Diagonale des Fous et se hisse à la 6e place de l’Ultra Trail du Mont-Blanc en août dernier.

Une performance extraordinaire

Cette année sera la bonne, Beñat s’impose comme grand vainqueur au terme de 165 kilomètres et 10 217 mètres de dénivelé positif, parcourus en 23 heures, 14 minutes et 47 secondes. Une prouesse qui témoigne d’une force de caractère peu commune.

Près de 3 000 coureurs s’étaient élancés sur la ligne de départ et seulement 1 887 sont venus à bout de cette course hors norme. Parmi eux, son concurrent direct, Jean-Philippe Tschumi, qu’il a soutenu jusqu’à la dernière ligne droite.

Le courage, la détermination, l’humilité et la fraternité dont Beñat a fait preuve suscitent beaucoup d'admiration et de fierté au sein de Safran et plus particulièrement auprès de ses collègues du site de Bidos, inspirés par son aventure.

« On a vite compris que pour assurer les deux premières places, on avait tout intérêt à collaborer. Et puis, les heures et discussions faisant, un grand respect est né entre nous. Même si j'ai toujours mené l'allure dans notre échappée, j'ai refusé de le laisser décrocher. Car si l'écart grandissait avec les poursuivants, il n'était pas question pour moi de laisser une de ces deux premières places à quelqu'un d'autre. »
Raconte Beñat dans L’Équipe.
Benat Marmissolle durant sa course
Copyright : Clément Berchet

Sport et entreprise, des valeurs communes

En sport comme en aéronautique, il faut de l’audace, de la rigueur, de la persévérance et de la solidarité pour repousser les limites et écrire de nouvelles histoires, établir de nouveaux records. Ces qualités et valeurs humaines sont précieuses et primordiales pour Safran et les parcours sportifs de ses collaborateurs sont autant d’aventures fédératrices que le Groupe valorise.

 

Lorsque Beñat a découvert sa passion pour l’ultra-trail, c’est donc tout naturellement que Safran lui a permis d’allier au mieux ses entraînements et son métier en lui permettant d’aménager son temps de travail. Il explique « ça me permet, au quotidien, d'allier au mieux ma vie sportive à ma vie professionnelle ».

 

Par ailleurs, Safran encourage le développement du sport, qui regorge d’effets bénéfiques sur le bien-être des collaborateurs, au sein du Groupe. Dans cette logique, un challenge interne, « Go Safran Engage », a récemment été lancé. Il propose, notamment au travers de défis sportifs, de sensibiliser les collaborateurs aux enjeux de Safran en matière de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), d’améliorer la qualité de vie au travail et de renforcer l'esprit d'équipe pour, in fine, adopter ensemble des comportements plus responsables. Le tout de façon ludique !

 

(*) Pratiquer le skyrunning, c’est courir en montagne à une altitude dépassant les 2000 m, sur des pentes supérieures à 30 % et avec des difficultés d’escalade ne dépassant pas le 2e degré.