Avertissement Ce site n'est pas recommandé pour les navigateurs Internet Explorer. Veuillez utiliser un autre navigateur Web pour profiter d'une meilleure expérience.

Image d'un soldat portant un écusson mentionant AsterX 2023 French Space Command Image d'un soldat portant un écusson mentionant AsterX 2023 French Space Command

AsterX : Safran au cœur de la défense spatiale française

Business
L'alarme retentit : « Attention : risque de collision entre deux objets spatiaux dans moins de 24h ! » Du 21 février au 10 mars 2023, a eu lieu la troisième édition d’AsterX, un exercice dont le but est d’entraîner aux opérations spatiales militaires les unités du Commandement de l’espace (CDE) dans un environnement simulé mais réaliste et, pour la première fois, un entraînement coordonné avec des manœuvres conventionnelles sur terre, sur mer et dans les airs. Parmi les 200 participants, militaires et partenaires confondus, des collaborateurs de Safran Data Systems, filiale de Safran Electronics & Defense, ont participé à l’aventure.

L’édition 2023 de l’exercice de crise AsterX a été, une nouvelle fois, l’occasion pour des collaborateurs de Safran Electronics & Defense de la Direction Espace de participer à ce « Wargame » à travers la simulation de 23 évènements spatiaux : brouillage, attaques cyber, risques de collision, etc. Intégré dans ORION*, exercice interarmées de grande ampleur, AsterX a démontré le rôle primordial du domaine spatial dans l’appui aux opérations, montré l’importance de la maîtrise de l’espace et renforcé les coopérations opérationnelles.

Safran Electronics & Defense a, ainsi, contribué à la création d’un scénario réaliste et accompagné les « joueurs bleus », c’est-à-dire ceux qui découvraient le scénario, à l’utilisation de WeTrack™, la solution de référence de Safran Data Systems pour la surveillance de l’Espace. Cette technologie unique au monde, qui permet de surveiller les objets circulant en orbite, était en effet un des produits impliqués dans le narratif de cet exercice.

Trois collaborateurs de Safran Data Systems, Baptiste Guillot, responsable produit WeTrack™, Thierry Balanche, directeur des ventes de services de données et d’informations, et Yann Picard, directeur des activités Surveillance de l’Espace et des Communication, nous font entrer dans les coulisses de cette simulation de guerre des étoiles.

Vous avez pris part à AsterX 2023, c’était une première pour vous ?

Baptiste Guillot : Ce n’était pas une première pour l’équipe de Safran Data Systems qui développe WeTrack™. Safran fait partie des industriels français qui accompagnent le Commandement de l’espace, et ce dès la création du scénario. L’édition de cette année était particulière car adossée à Orion*. Nous avons donc pu participer à un évènement multi-milieux multi-champs. Depuis AsterX, nous pouvions suivre en direct ce qu’il se passait du côté de la Marine, de l’armée de l’Air et de l’armée de Terre et de la composante cyber. Un autre aspect intéressant de cette session, c’est le fait que tout se soit déroulé en temps réel. L’immersion était plus réaliste et nous nous sommes beaucoup plus pris au « jeu ».

 

Thierry Balanche : Il faut bien comprendre que la solution WeTrack est un des piliers d’AsterX. L’équipe en charge de ce produit chez Safran Data Systems prépare cet exercice un an à l’avance. Baptiste a été sollicité très tôt dans la composante de ce jeu afin de garantir le réalisme et la véracité du scénario.

Quel est l’intérêt pour la Direction Espace de Safran Electronics & Defense de participer à cet exercice d’envergure ?

Thierry Balanche : L’intérêt premier, c’est d’être au plus proche des opérations, et donc de mieux comprendre les outils et fonctionnalités dont le client a besoin. Participer à cet exercice a une très grande valeur pour nous. Cela nous permet de mesurer la pertinence de nos services « sur le terrain », de pondérer nos connaissances en la matière et de voir les priorités données lors de l’utilisation de WeTrack™. C’est un vrai win-win entre concepteur et utilisateur !

 

Baptiste Guillot : Safran Data Systems fait vraiment partie du noyau dur du jeu sur la partie capteur ! Nous pouvons observer les opérateurs utiliser notre système dans des conditions réelles. L’idée est de se mettre à côté d’eux pour mieux comprendre ce dont ils ont vraiment besoin lorsqu’ils utilisent WeTrack™.

Bon à savoir : le Commandement de l’espace français utilise d’ores et déjà les données WeTrackTM pour enrichir et diversifier ses sources d’informations afin de connaître précisément la situation spatiale globale et surveiller les abords des satellites nationaux et ceux de nos alliés.

Pourriez-vous nous raconter votre vécu aux côtés des joueurs d’AsterX ?

Thierry Balanche : Ce qui m’a marqué, c’est qu’AsterX est devenu au fil des années le lieu de rencontre de la grande famille de la défense spatiale française. Prendre part à l’exercice, c’est prendre part à une communauté dans laquelle tout le monde se connaît. Nous discutons, nous échangeons sur nos différentes problématiques et technologies, c’est un vrai moment de partage.

 

Baptiste Guillot : L’exercice commence dès le matin. On se donne rendez-vous pour un briefing de haut-niveau qui permet de partager la situation de crise. Tout le monde est présent : intervenants, État-major ou encore États menacés. Cette année était particulière puisqu’AsterX était intégré à Orion. Nous avions donc une vue globale du conflit du point de vue de l’Espace, mais également selon la Terre, la Mer, les Airs et le cyber. De ce briefing découlent des directives et, ensuite, chacun occupe son rôle afin de caractériser au mieux les menaces et d’accompagner le Commandement de l’espace. Pour ma part, je suis intervenu en support technique des joueurs dans l’utilisation de WeTrack™. Nous avons aussi pu profiter de cet exercice à haute intensité pour continuer de former les opérationnels militaires à nos outils !

 

De quelle manière cet exercice de crise influence-t-il le développement de WeTrack™ ?

Baptiste Guillot : D’une manière générale, cela nous permet de faire évoluer WeTrack™, un système qui par essence évolue régulièrement. Cette année, la fonctionnalité WeWatch, un système de veille d’environnement radio-fréquence a démontré sa capacité à détecter et à confirmer des interférences. WeWatch a pour vocation de surveiller les signaux radiofréquences émis à partir de l’orbite géostationnaire. Il permet de détecter des changements de signaux, qu’ils viennent du largage de satellites butineurs, du réveil d’un satellite officiellement désactivé ou de brouillages intentionnels comme nous avons pu l’expérimenter au cours de l’exercice.

 

Thierry Balanche : En effet, WeWatch a été la révélation de cet exercice. Il mesure tous les évènements émis à partir d’un satellite, qu’ils soient intentionnels ou qu’ils viennent d’une erreur de manipulation. Ce n’est donc pas uniquement un outil de surveillance, il permet aussi de qualifier l’intention derrière l’interférence ! C’est un outil qui va permettre aux opérationnels de discriminer les interférences reçues à partir des orbites basses et géostationnaires.

Yann Picard : Dans un contexte dans lequel le domaine spatial est de plus en plus soumis au brouillage et au leurrage, l’outil WeWatch permet de fournir aux opérationnels une cartographie sûre de ce qu’il se passe dans l’espace d’un point de vue radiofréquence, et tout particulièrement de détecter des opérations de largage de satellites dits « poupées russes », c’est-à-dire un satellite qui, en toute discrétion, en largue un autre dans l’espace.

Que retiendrez-vous cette édition 2023 d’AsterX ?

Thierry Balanche : Ce qu’AsterX et Orion ont montré cette année est que les armées ont besoin réellement de supériorité spatiale pour prendre l’ascendant sur l’adversaire. Avant, il fallait être très fort au niveau aérien, dorénavant cela s’applique au niveau spatial !

 

Baptiste Guillot : Pour ma part, je tire beaucoup de satisfaction d’avoir pu être intégré dans cet écosystème. Pour un industriel comme Safran Data Systems, c’est un élément important qui nous permet de mesurer les challenges spatiaux qui nous attendent.

 

Yann Picard : Si AsterX est un rendez-vous important pour nous, il n’est pas le seul. Nous sommes également activement impliqués depuis 2019 dans les cycles d’exercice SACT (Sprint Advanced Concept Training), piloté par la US Space Force via le National Space Defense Center (NSDC), conjointement avec le US Department of Commerce, Office of Space Commerce. Trois fois par an, sur trois continents, trois équipes regroupant industriels, acteurs institutionnels (commandement spatiaux dont le CDE par exemple, ou agence spatiale) travaillent ensemble pendant une semaine sur des cas réels de surveillance de l’espace (Space Domain Awareness) et de sécurité du trafic spatial (Space Traffic Management). Cela nous permet de tester de nouvelles pratiques de surveillance de l’Espace, de faire évoluer nos produits et services, et de former les opérationnels grâce à notre intégration dans des écosystèmes riches et réalistes.

 

Pour en savoir plus sur AsterX, rendez-vous sur le site : Présentation d'AsterX 2023 | Armée de l'air (defense.gouv.fr)

Pour en savoir plus sur l'exercice Orion,rendez-vous sur le site :  L'exercice ORION | Armée de l'air (defense.gouv.fr)

« Décidé en 2020, ORION 23 est le 1er jalon d’un cycle triennal « Conflits modernes » souhaité par l’Etat-major des armées, afin de renforcer la préparation opérationnelle interarmées. L’objectif est de mettre en synergie l’entrainement de l’ensemble des armées, directions et services sur un scénario de haute intensité prenant en compte les domaines transverses tels que la guerre informationnelle, la logistique ou le spatial. ORION vise également à éprouver de nouvelles capacités, à fédérer des partenaires pour renforcer notre interopérabilité et à tirer tous les enseignements nécessaires pour faire évoluer nos modes d’action. » ->L'exercice ORION | Armée de l'air (defense.gouv.fr)
Image d'un soldat portant un écusson mentionant AsterX 2023 French Space Command
Exercice AsterX 2023
Exercice AsterX 2023
© ADJ Cedric Guerdin / Armées de l'Air et de l'Espace / Armées
Exercice AsterX 2023
Exercice AsterX 2023
Exercice AsterX 2023
© ADJ Cedric Guerdin / Armées de l'Air et de l'Espace / Armées;
Exercice AsterX 2023
Exercice AsterX 2023
Exercice AsterX 2023
© ADJ Cedric Guerdin / Armées de l'Air et de l'Espace / Armées;
Exercice AsterX 2023
Exercice AsterX 2023
Exercice AsterX 2023
© ADJ Cedric Guerdin / Armées de l'Air et de l'Espace / Armées;
  • © Free-Lance's / Safran
  • © ADJ Cedric Guerdin / Armées de l'Air et de l'Espace / Armées;
  • © ADJ Cedric Guerdin / Armées de l'Air et de l'Espace / Armées