Safran met SOPRANO en musique

Safran Tech, le centre de R&T de Safran, coordonne depuis la rentrée 2016 le projet de recherche SOPRANO sélectionné par la Commission européenne. Son objectif : enrichir les connaissances sur la formation et l’émission des suies dans les moteurs aéronautiques pour en réduire l’impact environnemental.

Lancé en septembre dernier, le projet de recherche européen SOPRANO(1) a pour ambition d'améliorer les connaissances sur la formation des suies au sein des moteurs aéronautiques et ainsi de favoriser la conception d'architectures de chambres de combustion moins émettrices de particules, quel que soit le régime du moteur. Au cours des dernières décennies, les efforts de recherche ont essentiellement porté sur la réduction du bruit ainsi que sur les émissions d'oxyde d'azote (NOx) et de dioxyde de carbone (CO2). 

Safran à bord (non exhaustif) :
Composants moteurs CFM56-7B (Safran Aero Boosters)
Moteurs CFM56-7B (au sein de CFM International) (Safran Aircraft Engines)
Câblages (Safran Landing Systems)
Boîtier accessoires moteurs CFM56-7 / -7B (Safran Transmission Systems)

Chambres académiques et modèles numériques

Concrètement, le projet SOPRANO vise à quantifier et à qualifier les processus de formation des suies au sein des chambres de combustion. « Jusqu'à présent, la majeure partie des données disponibles concerne des mesures en sortie de chambre ou de moteur… Mais on ignore encore largement ce qui se passe précisément à l'intérieur des chambres de combustion, indique Lisa Bouheraoua, responsable des technologies d'injection et coordinatrice du projet chez Safran Tech. Ainsi, nous savons que les systèmes de combustion pauvre (Lean combustion) tendent à réduire les émissions de suies, mais nous ne savons pas comment, ni dans quelles proportions. » L'enjeu, au cours des quatre prochaines années, sera donc de comprendre les mécanismes à l'oeuvre pour pouvoir, à l'avenir, concevoir des moteurs encore moins polluants. Les équipes impliquées dans le projet utiliseront différents outils expérimentaux, c'est-à-dire des chambres de combustion « académiques »(2), ou semi-industrielles, mais aussi des outils numériques. « Il existe déjà des outils de modélisation sur les particules fines, mais ils sont encore incomplets. L'un de nos objectifs phares est de les améliorer pour qu'ils soient plus prédictifs et mieux adaptés aux cas aéronautiques », explique Lisa Bouheraoua. 

Moteur de l'A330
Filtre à suie

Safran Tech pilote un projet européen

Inscrit dans le cadre de l'appel à propositions européen Mobility for Growth, SOPRANO est doté d'un budget de 6,8 millions d'euros sur quatre ans, entièrement financé par la Commission européenne. Une vingtaine de partenaires est impliquée dans ce programme : des motoristes, parmi lesquels, Safran, Rolls-Royce, GE Avio, MTU Aero Engines, et des centres de recherche comme l'ONERA, le CNRS ou encore le CERFACS… Ces entités sont inscrites au sein de réseaux internationaux et nationaux déjà établis comme le LECT (Low Emission Comb Techno) et l'INCA (Initiative en Combustion Avancée).

« C'est une grande fierté que le projet ait été sélectionné par la Commission européenne car c'est une première pour notre centre de R&T de piloter un projet européen », souligne Lisa Bouheraoua. Interlocuteur principal de la Commission européenne, Safran Tech est en effet aussi en charge de suivre et coordonner les travaux des partenaires engagés. « Nous rencontrons régulièrement les responsables des contributions techniques du programme pour faire le point sur leurs avancées et en faire part, ensuite, à la Commission européenne. Nous gérons également la communication et la diffusion des résultats auprès de tous les acteurs potentiellement concernés par la problématique des suies. »

 

(1)SOot and Particles Reduction in Aeroengines through inNOvations

(2)Modèles simplifiés pour l'étude et l'expérimentation

En savoir plus

- Sur les engagements de Safran en matière de Santé, Sécurité et Environnement